5 octobre 1918 : le jour où l’aviateur français Roland Garros a trouvé la mort au front lors de la Première Guerre Mondiale

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Aujourd’hui, nous retournons en octobre 1918, le jour où Roland Garros, qui allait plus tard donner son nom au célèbre stade accueillant les Internationaux de France, était abattu dans les Ardennes.

CE QU’IL S’EST PASSÉ CE JOUR-LÀ ET POURQUOI CELA A MARQUÉ L’HISTOIRE DU TENNIS

Ce jour-là, le 5 octobre 1918, le célèbre aviateur français Roland Garros, premier homme à avoir survolé la Méditerranée, est tué dans les Ardennes après que son avion a été abattu par l’armée allemande. Bien que Garros n’ait pas beaucoup joué au tennis, dix ans après sa mort, le stade flambant neuf construit pour accueillir la Coupe Davis ainsi que les Internationaux de France portera son nom par son ami du Stade Français, Emile Lesieur.

LES PERSONNAGES : ROLAND GARROS

  • Jeunesse

Roland Garros est né en 1988 à Saint-Denis de la Réunion. Il fait cependant ses études à Paris, à la prestigieuse école HEC, avant de se mettre à son compte en tant que vendeur de voitures près de l’Arc de Triomphe. Garros est un sportif accompli, qui s’est notamment mis au cyclisme à l’adolescence pour se refaire une santé après avoir souffert d’une grave pneumonie – mais il n’a jamais joué sérieusement au tennis. Sa vie change à jamais en août 1909, lorsqu’il assiste à un meeting aérien en Champagne et l’apprécie tellement qu’il décide de devenir aviateur. Il achète immédiatement un avion, apprend à le piloter tout seul et obtient son brevet dès juillet 1910.

  • Un aviateur pionnier

Deux ans seulement après avoir commencé à piloter, l’aventureux Roland Garros participe aux défilés du 14 juillet. Il participe également à plusieurs courses et établit deux records d’altitude, le premier à 3 950 m (12 960 ft) en 1911, le second à 5 610 m (18 410 ft) en 1912. Cependant, son exploit le plus célèbre est le premier vol sans escale à travers la Méditerranée, en 1913, depuis le sud de la France jusqu’à Bizerte en Tunisie, un voyage qui dure huit heures, au cours duquel il doit réparer deux pannes de moteur. À l’époque, cet exploit lui vaut une grande notoriété, notamment dans les milieux huppés parisiens.

Lors de la Grande Guerre, Roland Garros participe aux toutes premières batailles aériennes, et c’est lui qui met au point la première mitrailleuse tirant dans l’axe de l’avion à travers le champ de rotation de l’hélice. Grâce à ce dispositif, les pilotes français disposent en vol d’une arme précise et puissante, qui leur permet d’obtenir de nombreuses victoires aériennes au début de la guerre.

En 1915, l’avion de Garros est abattu par des tirs de DCA. Il est capturé et, non seulement il est fait prisonnier de guerre pour les  trois ans à venir, mais la capture de son avion permet aux Allemands de copier son équipement et de prendre le dessus dans la plupart des batailles aériennes.

En 1918, Garros parvient à s’évader et à regagner Paris. Sa santé s’est sérieusement détériorée, mais il décide néanmoins de rejoindre à nouveau l’armée. Le 5 octobre 1918, il est abattu et tué près de Vouziers, dans les Ardennes, un mois avant la fin de la guerre, la veille de son 30e anniversaire.

LA POSTERITE DU MOMENT : UN RECORD EPHEMERE

A la fin de l’année 1927, alors que les célèbres Mousquetaires ont remporté la Coupe Davis pour la première fois, les présidents du Racing Club et du Stade Français se positionnent pour acheter un terrain près de la porte d’Auteuil, dans l’ouest de Paris, où ils pensent pouvoir construire le court de 10 000 places nécessaire à l’organisation du Challenge Round, et qui pourrait également recevoir les Internationaux de France. Ils vont jusqu’à garantir leur prêt sur leurs biens personnels, ce qu’Emile Lesieur, du Stade Français, n’accepte qu’à une condition : que le nouveau stade porte le nom d’un autre stadiste. Il s’agit bien sûr de Roland Garros, qui a perdu la vie presque dix ans plus tôt. Le nouveau stade deviendra si emblématique des Internationaux de France qu’aux yeux du grand public, le tournoi lui-même sera plus tard connu sous le nom de Roland-Garros.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *