Federer botte en touche sur la séparation de Zverev et Team8 : « Je ne suis pas impliqué dans ces décisions »

En conférence de presse avant son entrée en lice à Genève, prévue mardi, Roger Federer a été questionne sur Alexander Zverev et ses soucis extra-sportifs.

Federer_Zverev_2019

À Doha, si la condition physique était loin d’être optimale après plus d’un an absence, Roger Federer a prouvé que le coup de raquette était encore là. Ce lundi, en conférence de presse de l’ATP 250 de Genève, où il a décidé de lancer sa saison sur terre battue, il a montré que son habileté à manier la communication était également intacte. Le sujet épineux ? Alexander Zverev.

Durant l’été 2019, l’Allemand avait rejoint Team8, l’agence de management fondée par Roger Federer et son agent, Tony Godsick. À la fin de cette même année, Zverev avait même accompagné Federer pour une tournée de matchs exhibition amassant les foules à travers les stades de l’Amérique latine. Puis, début 2021, le surnommé « Sascha » a annoncé son départ de Team 8, « pour revenir aux sources et donner un plus grand rôle à sa famille. »

Un choix arrêté après des semaines de tourmente extra-sportive pour le natif d’Hambourg. Fin octobre, Olga Sharypova, l’ancienne élue de son cœur, l’accusait publiquement de violences conjugales. Journaliste, entre autres, pour le New York Times et intervenant Tennis Majors, Ben Rothenberg s’est montré curieux de savoir si Team8 avait préféré se séparer du dernier vainqueur du Masters 1000 de Madrid en raison de ces allégations.

Sascha est un super mec – Roger Federer

« Évidemment, je suis très proche de Tony (Godsick) et Team8, mais ce type de décision est pris par Tony et l’équipe, a répondu Federer. Je ne suis pas impliqué dans ces choix. Ce dont j’ai toujours voulu m’assurer, que ce soit en accompagnant Grigor (Dimitrov), Delpo (Juan Martín del Potro) ou maintenant Coco (Gauff), c’est que l’agence ne se mette pas en travers de votre vie privée si vous voulez quelque chose de plus simple ou un nouveau départ. »

« J’ai entendu que c’était ce que Sascha voulait, a poursuivi le Bâlois. Je ne suis pas sûr, mais je crois que Toni et l’équipe souhaitaient également ça pour lui. Je pense que c’est important pour lui d’avoir sa propre équipe, avec qui il se sent le plus à l’aise possible. Sascha est un super mec, je suis vraiment heureux qu’il réussisse bien. Ces allégations sont quelques choses de super privé, et je ne veux pas en parler. Je veux le laisser se concentrer sur son tennis. »

Si Sharypova n’a déposé aucune plainte devant la justice, et que Zverev, niant fermement, n’a pas non plus décidé de l’attaquer pour diffamation, Ben Rothenberg a demandé au Suisse s’il estimait que l’ATP devrait elle-même se lancer dans une enquête. « Je pense qu’il y a déjà des lois pour ça, celles des gouvernements, a déclaré Federer. « Des mois après (les accusations), je saisis que tu veuilles écrire quelque chose là-dessus, mais je pense que tu me comprends aussi, je ne suis pas super à l’aise pour parler d’un sujet si privé. » Ce mardi, il retrouvera le lieu où il le plus à l’aise au monde : le court.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *