14 août 1996 : Le jour où Agassi a été disqualifié pour avoir insulté l’arbitre

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Retour en 1996 pour voir comment, lors du tournoi d’Indianapolis, Andre Agassi s’est fait disqualifier pour la première et unique fois de sa carrière.

Agassi 11_10 OTD

Ce qui est arrivé ce jour-là et pourquoi cela a marqué l’histoire du tennis

Le 14 août 1996, à Indianapolis, Andre Agassi, qui traverse une période difficile dans sa carrière, est disqualifié de son match du deuxième tour contre Daniel Nestor. La star américaine, bien qu’ayant remporté le premier set 6-1, a injurié l’arbitre de chaise après avoir reçu un premier avertissement et, à son grand étonnement, s’est vu montrer la porte par le superviseur.

Les acteurs

Andre Agassi, le Kid de Las Vegas, est une légende du tennis. Passé pro en 1986, il devient rapidement l’une des plus grandes stars de son sport, grâce à son talent, mais aussi à ses tenues vestimentaires originales, dont l’emblématique short en jean et le cycliste rose. Initié au tennis par son père puis élevé à l’académie de Nick Bollettieri, Agassi dispose d’un excellent retour de service (le meilleur de son temps), et son jeu consiste à frapper la balle montante avec une force incroyable, ce qui est révolutionnaire à l’époque et inspirera des générations entières de tennismen. Après trois défaites en finale de Grand Chelem, une à l’US Open en 1990, deux à Roland-Garros (1990 et 1991), il remporte son premier tournoi du Grand Chelem à Wimbledon en 1992, en battant en finale le grand serveur Goran Ivanisevic (6-7, 6-4, 6-4, 1-6, 6-4). Agassi ajoute ensuite l’US Open 1994 à son palmarès, puis l’Open d’Australie 1995, où il bat son rival Pete Sampras en finale de Grand Chelem pour la seule et unique fois (4-6, 6-1, 7-6, 6-4).

Il devient numéro 1 mondial peu après, le 10 avril 1995, pour une première période de 30 semaines. Battu en demi-finale de Wimbledon par Boris Becker (2-6, 7-6, 6-4, 7-6), il remporte ensuite quatre titres consécutifs tout au long de l’été, restant invaincu jusqu’à ce que son rival Sampras le batte une nouvelle fois en finale de l’US Open (6-4, 6-3, 4-6, 7-5). La déception liée à  cette défaite est telle qu’Agassi ne participe plus qu’à un seul tournoi jusqu’à la fin de la saison, abandonnant la lutte pour la place de numéro un mondial. En 1996, Agassi a du mal à se motiver et, bien qu’il obtienne encore de bons résultats (il atteint les demi-finales de l’Open d’Australie, remporte deux Masters 1000 à Miami et à Cincinnati, et obtient la médaille d’or aux Jeux Olympiques d’Atlanta), il n’est pas aussi régulier qu’en 1995. Il est retombé au sixième rang mondial en août.

Né en 1972, Daniel Nestor est déjà beaucoup plus connu pour ses exploits en double qu’en simple : le Canadien, 140e mondial en simple, est en effet 8e mondial en double, ayant notamment atteint la finale de l’Open d’Australie 1995 (associé à Mark Knowles). Son plus grand fait d’armes en simple a été une victoire spectaculaire contre Stefan Edberg, alors numéro un mondial, au premier tour de la Coupe Davis 1992.

Le lieu : Indianapolis

Connu à l’origine sous le nom de U.S. Men’s Clay Court Championships (Championnats américains masculins sur terre battue), le tournoi de tennis d’Indianapolis se joue sur dur depuis 1988. Organisé au Indianapolis Sports Center quelques semaines avant l’US Open, il attire généralement de grands joueurs qui préparent le dernier tournoi du Grand Chelem de la saison. À son palmarès, on compte quatre numéros 1 mondiaux, présents ou passés : John McEnroe (1989), Boris Becker (1988, 1990), Jim Courier (1993) et Pete Sampras (1991, 1992).

L’histoire :

En 1996, Andre Agassi participe au tournoi d’Indianapolis pour la première fois depuis cinq ans. La présence du Kid de Las Vegas attire de nombreux spectateurs, d’autant plus que son rival de toujours, Pete Sampras, est également de la partie. De plus, après être apparu hors de forme à Roland-Garros (battu au deuxième tour par Chris Woodruff, 4-6, 6-4, 6-7, 6-3, 6-2) et à Wimbledon (éliminé au premier tour par le numéro 281 mondial, Doug Flach, 2-6, 7-6, 6-4, 7-6), Agassi semble s’être ressaisi : après son triomphe olympique à Atlanta, il a remporté le tournoi de Cincinnati, en battant consécutivement le N°4 mondial, Yevgeny Kafelnikov (7-6, 3-6, 6-3), le N°2 mondial, Thomas Muster (6-4, 6-1), puis le N°3 mondial, Michael Chang (7-6, 6-4). Par conséquent, son premier match à Indianapolis, face à Daniel Nestor, 140e mondial, semble n’être qu’un simple échauffement pour le puissant Agassi, qui domine largement un premier set remporté 6-1.

Mais son adversaire lui donne plus de fil à retordre dans le deuxième set et, après avoir perdu son service pour se retrouver mené 3-2, Agassi écope d’un avertissement de la part de l’arbitre, Dana Laconto, pour avoir lancé une balle dans les tribunes. Mécontent de cet avertissement, Agassi répond durement à l’arbitre.

“J’ai frappé la balle et il a dit ‘avertissement’, et juste au moment où il finissait de me donner mon avertissement, j’ai dit ‘Va te faire f…, Dana'”, racontera Agassi lui-même, lors de la conférence de presse d’après-match.

Andre Agassi - USA
Andre Agassi – USA

L’arbitre de chaise fait alors venir le superviseur, Mark Darby, qui décide la disqualification immédiate d’Agassi. L’Américain, qui pensait seulement risquer un point de pénalité, proteste devant cette décision et refuse d’abord de quitter le court. 

“Se retrouver disqualifié pour avoir dit quelque chose que vous avez souvent dit et pour lequel vous n’avez reçu que des avertissements et des points de pénalité, et parfois même pas, ce n’est pas juste. C’est ça qui est injuste ; ça ne change rien au fait que je n’aurais pas dû le dire.”

Pendant ce temps, son adversaire attend qu’il quitte le court, ce qu’Agassi doit finalement se résoudre à faire, au grand dam de la foule, qui jette des bouteilles de plastique sur le court. C’est la première et seule fois de sa carrière que le Kid de Las Vegas est disqualifié. Bien que l’ancien numéro 1 mondial ne trouve pas de mots assez durs à l’encontre du superviseur, Darby reste persuadé d’avoir pris la bonne décision.

“C’est la première fois que ces mots étaient directement adressés à l’arbitre, déclare Darby. Cela dépasse les bornes. C’est au-delà des limites du code de conduite.”

La postérité du moment

Au cours des douze mois suivants, Agassi connaîtra une véritable descente aux enfers, au point de retomber au 141e rang mondial à la fin 1997. Cependant, il reviendra au sommet pour triompher à Roland-Garros en 1999 et redevenir numéro un mondial. Il ne sera plus jamais disqualifié.

Daniel Nestor se hissera jusqu’à la 58e place mondiale en simple, mais il deviendra une légende en double, atteignant la première place mondiale en 2002 et accumulant 8 titres du Grand Chelem au cours de sa carrière.

Autres disqualifications célèbres, passées et futures, sur le circuit masculin

  • John McEnroe, Open d’Australie 1990 (injures aux officiels, disqualifié pour une troisième violation du code de conduite)
  • Tim Henman, Wimbledon, 1995 (a accidentellement touché une ramasseuse de balles avec un coup frappé sous le coup de la colère)
  • Stefan Koubek, Metz 2007 (langage abusif)
  • David Nalbandian, Queen’s Club, 2012 (a blessé un officiel après avoir donné un coup de pied dans un panneau publicitaire)
  • Denis Shapovalov, Coupe Davis 2017 (a touché l’arbitre de chaise à l’œil avec une balle envoyée sous le coup de la colère).
  • Nick Kyrgios, Rome, 2019 (a jeté une chaise sur le court)
  • Novak Djokovic, US Open 2020 (a accidentellement touché une juge de ligne en lançant une balle)
Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *