22 novembre 2015 : le jour où Novak Djokovic a remporté un 4ème titre consécutif au Masters

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps et revient sur un événement marquant pour la planète tennis. Aujourd’hui, retour au Masters 2015 où Novak Djokovic a clôturé une saison exceptionnelle en réalisant un exploit unique.

Novak Djokovic, ATP Finals 2015, Londres

CE QUI S’EST PASSÉ CE JOUR-LÀ ET POURQUOI C’EST HISTORIQUE

Ce jour-là, le 22 novembre 2015, Novak Djokovic domine largement Roger Federer en finale de l’ATP World Tour Finals (6-3, 6-4). Le Serbe, qui avait déjà établi un record de 15 victoires consécutives lors du tournoi de fin d’année quelques jours auparavant, est le premier joueur de l’histoire à remporter l’épreuve plus de trois fois d’affilée.

LES ACTEURS

  • Novak Djokovic, le révolutionnaire des Balkans

Novak Djokovic est né en 1987. Il entre dans le top 100 en 2005, saison qu’il termine à la 83e place mondiale. En 2006, il fait parler de lui lorsque, classé 63e mondial, il atteint les quarts de finale de Roland-Garros après avoir éliminé le 9e mondial Fernando Gonzalez au deuxième tour.

Sa carrière décolle en 2007 : il se hisse en demi-finales à Roland-Garros et à Wimbledon (arrêté à chaque fois par Rafael Nadal) avant de se tailler un chemin jusqu’en finale de l’US Open où il est vaincu par Roger Federer (7-6, 7-6, 6-4).

Début 2008, il triomphe pour la première fois en Grand Chelem, à l’Open d’Australie, aux dépens de Jo-Wilfried Tsonga (4-6, 6-4, 6-3, 7-6). Djokovic reste alors trois années durant à la troisième place, atteignant régulièrement les derniers tours des épreuves majeures où il bute sans cesse sur Federer et Nadal.

Novak Djokovic at the 2021 US Open
Novak Djokovic at the 2021 US Open ©

Le vent tourne en 2011, lorsque Djokovic réalise une première moitié de saison presque parfaite. Après avoir triomphé à l’Open d’Australie au grand dam d’Andy Murray, il reste invaincu 42 matches durant, jusqu’à ce que Roger Federer le batte en demi-finale de Roland-Garros.

Depuis, le Serbe a accumulé six titres du Grand Chelem supplémentaires (Wimbledon en 2011 et 2014, l’US Open en 2011, l’Australian Open en 2012, 2013 et 2015). Bien que la première place mondiale lui ait été disputée par Rafael Nadal en 2013 et 2014, il a passé plus de 150 semaines au sommet.

En 2015, après son succès à l’Open d’Australie, il subit l’échec le plus douloureux de sa carrière à Roland-Garros : alors qu’il a enfin battu Rafael Nadal en quarts de finale (7-5, 6-3, 6-1), il est dominé en finale par Stan Wawrinka qui réalise un match parfait pour s’imposer en quatre manches (4-6, 6-4, 6-3, 6-4). Cependant, Djokovic se relève rapidement de cette douloureuse défaite pour triompher à Wimbledon et à l’US Open, en battant à chaque fois Roger Federer en finale.

  • Roger Federer, le génie suisse

Roger Federer, le génie suisse, né en 1981, est 3e mondial en novembre 2015. Il a outrageusement dominé le tennis dans les années 2000, surtout entre 2004 et 2008, gagnant alors 12 titres du Grand Chelem, jusqu’à ce que Rafael Nadal lui dispute la place de numéro un mondial.

En 2009, après trois défaites en finale face à son bourreau espagnol, il s’impose enfin à Roland-Garros, bouclant ainsi un Grand Chelem en carrière qui lui vaut alors d’être considéré comme le plus grand joueur de tous les temps. 

En 2011, Novak Djokovic devient le meilleur joueur du monde. Federer, qui avait remporté 16 tournois du Grand Chelem entre 2003 et 2010, n’a plus soulevé un grand trophée depuis Wimbledon 2012. Au cours des onze Grands Chelems suivants, il dispute une seule finale, à Wimbledon 2014 (où Djokovic le domine en cinq sets), et il est stoppé trois fois en demi-finales. 

Comme Federer n’a plus triomphé en Grand Chelem depuis trois ans, bien des experts pensent qu’à 33 ans, il commence à se faire vieux et qu’il n’est plus capable de gagner des tournois majeurs. Cependant, il revient en force en 2015, atteignant les finales de Wimbledon et de l’US Open, mais à chaque fois, Djokovic le prive d’un 18e titre du Grand Chelem.

LE LIEU : L’O2 ARENA DE LONDRES

Créé en 1970, le Masters est le rendez-vous de fin d’année des huit meilleurs joueurs du monde. Au départ, il change de lieu chaque année, avant de s’installer au Madison Square Garden de New York, de 1977 à 1989. Depuis, le tournoi a pas mal voyagé, passant par Francfort (1990-1995), Hanovre (1996-1999), Lisbonne (2000), Sydney (2001), Shanghai (2002), Houston (2003-2003) puis à nouveau Shanghai depuis 2005, et ce jusqu’en 2009, où l’épreuve s’installe à Londres. Etant donné que chaque année, seuls les huit meilleurs joueurs se qualifient pour le Masters, les plus grands joueurs de tennis figurent au palmarès de l’épreuve.

L’O2 Arena a accueilli le Masters depuis 12 ans. Mais le record appartient toujours au Madison Square Garden, qui a organisé l’événement 13 fois, entre 1977 et 1989. En 2021, la capitale britannique a passé le témoin à Turin.

L’HISTOIRE : DJOKOVIC REDUIT FEDERER AU SILENCE

Lorsque Novak Djokovic affronte Roger Federer en finale des ATP World Tour Finals, on pourrait penser qu’il n’aurait pu imaginer un adversaire plus difficile. En effet, le Suisse est le seul joueur à avoir battu le Serbe à plusieurs reprises au cours de son exceptionnelle saison 2015 : Federer s’est imposé à Dubaï (6-3, 7-5), à Cincinnati – le dernier Masters 1000 manquant au palmarès de Djokovic (7-6, 6-3) – et lors de la phase de poule du Masters Cup (7-5, 6-2), où il a mis fin à sa série record de 15 victoires d’affilée.

Mais Djokovic, en plus de ses victoires à Indian Wells et au Masters 1000 de Rome, a surtout remporté leurs deux confrontations les plus importantes, en finale de Wimbledon au mois de juillet (7-6, 6-7, 6-4, 6-3), et en finale de Flushing Meadows en septembre (6-4, 5-7, 6-4, 6-4). Le Serbe s’est montré quasiment invincible toute l’année, atteignant la finale de tous les tournois auxquels il avait participé sauf un, et seul un Stan Wawrinka magique l’a empêché de réaliser le Grand Chelem, en le battant en finale de Roland-Garros.

Lorsqu’il arrive au Masters, Novak est sur une lancée de quatre titres consécutifs et reste  invaincu depuis la finale de Cincinnati, en août. Sa confiance n’est pas si simple à ébranler. Le Serbe a démoli Rafael Nadal en demi-finale sans même devoir sauver la moindre balle de break.

En finale, Federer ne se montre pas beaucoup plus menaçant : les retours profonds de Djokovic le maintiennent à distance comme en finale de l’US Open, et il doit prendre bien trop de risques pour contrôler les échanges. Le numéro un mondial s’impose 6-3, 6-4 en seulement 90 minutes, à l’issue d’une finale à sens unique.

« Je suis très fier, avec mon équipe, des résultats de la saison. Nous n’aurions pas pu mieux finir. La saison a été longue, mais c’est la meilleure de ma vie », déclare Djokovic après son titre. 

Federer est quant à lui forcé de reconnaître la supériorité de son adversaire.  « J’ai fait de mon mieux, je pense avoir joué du très bon tennis toute la semaine et en finale, mais Novak mérite la victoire aujourd’hui ,comme tant de fois cette année ».

Djokovic, qui était jusque-là, avec Ilie Nastase et Ivan Lendl, l’un des trois seuls joueurs à avoir triomphé trois fois de suite au Masters, est désormais le seul à avoir remporté le tournoi quatre fois d’affilée. Cependant, Federer détient toujours le record de six titres remportés au tournoi des Maîtres.

LA POSTERITÉ DU MOMENT : UN « DJOKO SLAM » EN COURS DE ROUTE POUR LE NUMÉRO UN MONDIAL

Djokovic, après ses victoires à Wimbledon et à l’US Open, deviendra le premier joueur à détenir les quatre titres du Grand Chelem simultanément depuis Rod Laver, en triomphant à l’Open d’Australie puis à Roland-Garros, en 2016. Après deux années difficiles,  il redeviendra numéro 1 mondial en 2018 et égalera le record de 20 titres du Grand Chelem de Federer et Nadal en 2021.

Après une saison 2016 plombée par les blessures, Federer reviendra en force en 2017, remportant l’Open d’Australie à la surprise générale, avant d’ajouter deux nouveaux titres du Grand Chelem à son palmarès et de devenir le premier joueur masculin de l’histoire du tennis à détenir 20 couronnes majeures. En 2018, il deviendra également le joueur masculin le plus âgé à avoir jamais occupé la place de numéro 1 mondial.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *