17 octobre 1982 : le jour où Jimmy Connors a fait sortir l’arbitre de chaise

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 17 octobre 1982, Jimmy Connors, furieux, poussait le superviseur du Sydney Indoor Open à remplacer l’arbitre de chaise.

Ce qu’il s’est passé ce jour-là et pourquoi cela a marqué l’histoire du tennis

Ce jour-là, le 17 octobre 1982, alors qu’il affronte Gene Mayer en demi-finale du Sydney Indoor Open, Jimmy Connors, mécontent des décisions prises par l’arbitre, Peter Duncan, fait un tel scandale que le superviseur accepte finalement de le remplacer. Ce changement ne sera finalement pas d’une grande aide à Connors, qui s’inclinera 6-2, 2-6, 6-3.

Les personnages : Jimmy Connors et Gene Mayer

  • Jimmy Connors, le monument qui brille à nouveau

Jimmy Connors, né en 1952,est l’un des plus grands joueurs de son temps. Coaché depuis toujours par sa mère, Gloria, Connors est l’un des premiers joueurs à jouer à plat et en cadence depuis la ligne de fond de court. Sa manière de frapper la balle montante inspirera beaucoup les futures générations de joueurs. « Jimbo », passé pro en 1972 à vingt ans, devient numéro 1 mondial dès 1974. Cette année-là, il gagne trois des quatre tournois du Grand Chelem, et est interdit de participation à Roland-Garros, le quatrième tournoi, en raison d’une procédure judiciaire qu’il a lancée contre l’ATP. Il reste numéro 1 mondial pendant une durée record de 160 semaines consécutives, entre 1974 et 1977. Après avoir cédé son trône à Björn Borg le 23 août 1977, pour une semaine seulement (!), il le récupère pour 84 semaines supplémentaires, jusqu’au printemps 1979. À ce moment-là, il a passé un record de 251 semaines au sommet du classement et décroché cinq titres du Grand Chelem : l’Open d’Australie (1974), Wimbledon (1974) et l’US Open (1974, 1976, 1978). Lors des années suivantes, Connors n’est pas aussi performant qu’à son apogée, n’atteignant pas la moindre finale de Grand Chelem pendant trois ans – cependant, 1982 est l’année de son retour au sommet. Au cours des derniers mois, « Jimbo » connaît à nouveau le succès, triomphant à la fois à Wimbledon (en battant John McEnroe à l’issue d’une finale épique, 3-6, 6-3, 6-7, 7-6, 6-4) et à l’US Open (en battant Ivan Lendl en finale, 6-3, 6-2, 4-6, 6-4). Grâce à ces résultats, Connors récupère la place de numéro 1 mondial le 13 septembre 1982.  

  • Gene Mayer, le top 10 qui joue à deux mains

Né en 1956, Gene Mayer, fils d’un ancien entraîneur de tennis, commence sa carrière en 1975. Jouant ses coups à deux mains des deux côtés, il remporte son premier titre à Guadalajara, en 1978, en battant John Newcombe en finale (6-3, 6-4). Au cours des années suivantes, il ajoute onze autres titres à son palmarès, le plus important d’entre eux en 1981, lorsqu’il domine Roscoe Tanner en finale des US National Indoor Tennis Championships, à Memphis (6-2, 6-4). Il  atteint les quarts de finale de trois tournois du Grand Chelem (à Wimbledon en 1981 et 1982, et à l’US Open en 1982). Mayer obtient son meilleur classement, 4e mondial, en 1980, année où il remporte sa seule victoire contre Björn Borg lors de la phase de poule du Masters (6-0, 6-3). En octobre 1982, il est numéro 6 mondial.

Gene Mayer à Rotterdam 1979, domaine public

Le lieu : le Sydney Australian Indoor Championship

Le Sydney Australian Indoor Championship a été créé en 1973 et se déroule sur des courts en dur couverts. La première édition fut remportée par la légende australienne Rod Laver, aux dépens de son compatriote John Newcombe  (3-6, 7-5, 6-3, 3-6, 6-4). Toutefois, au cours des années suivantes, les joueurs américains ont assis leur mainmise sur l’épreuve, Jimmy Connors triomphant en 1977 et 1978, suivi de Vitas Gerulaitis en 1979 puis de John McEnroe en 19780 et 1981.

L’histoire : Connors se bat contre deux adversaires, Mayer et l’arbitre

Le 17 octobre 1982, lorsque Jimmy Connors entame sa demi-finale de l’Australian Indoor Championship contre Gene Mayer, à Sydney, il est largement favori et tout le monde anticipe déjà la finale contre son rival John McEnroe. Non seulement Connors a remporté Wimbledon et l’US Open, mais il a également récupéré la place de numéro un mondial en septembre. De plus, il n’a encore jamais perdu contre Mayer.

Pourtant, dès le début, Connors semble nerveux et Mayer remporte le premier set, 6-2, tandis que le récent vainqueur de l’US Open reçoit un premier avertissement lorsqu’il s’en prend rageusement à l’un des officiels de la rencontre. La tension atteint son paroxysme au début du deuxième set avec une série d’altercations entre le numéro un mondial et l’arbitre de chaise, Peter Duncan. Selon le New York Times, « la situation a failli dégénérer lorsque Duncan a d’abord jugé qu’une balle de Mayer était bonne, puis faute, puis à nouveau bonne ».

Ce type n’a aucun contrôle sur le match depuis le début, je veux que vous le fassiez sortir !

Jimmy Connors

A ce stade, alors qu’il appelle le juge-arbitre, Connors dit à Duncan : « L’un de nous doit partir. »

Lorsque Bill Gilmour, le juge-arbitre, arrive enfin, l’Américain est furieux. »Ce type n’a aucun contrôle sur le match depuis le début, je veux que vous le fassiez sortir », dit-il, selon El Pais

Gilmour fait rejouer le point, mais sa mission est loin d’être terminée, car Connors refuse de reprendre le jeu si Duncan reste sur la chaise. Finalement, l’arbitre de chaise est remplacé au début du sixième jeu du deuxième set.

Malgré le gain de la deuxième manche, ce changement d’arbitre n’empêchera pas Connors de subir la première défaite de sa carrière contre Mayer, 6-2, 3-6, 6-2.

Jimmy Connors à Roland-Garros en 1985, crédit : Tennis Mag / Panoramic

La postérité du moment : Connors jouera encore pendant une décennie

En finale, Gene Mayer sera dominé par le tenant du titre, John McEnroe (6-4, 6-1, 6-4). Quelques semaines plus tard, il jouera un rôle important dans la finale de la Coupe Davis contre la France, en battant Henri Leconte au premier jour de la rencontre (6-2, 6-2, 7-9, 6-4).

Jimmy Connors remportera un dernier titre du Grand Chelem à l’US Open en 1983, établissant un record de 268 semaines passées au sommet du classement. Jimbo restera dans le top 10 jusqu’en avril 1989, à l’âge de 37 ans. En 1991, à 39 ans, il réalisera un parcours mémorable à l’US Open, où il se hissera jusqu’en demi-finale, finalement éliminé par Jim Courier (6-3, 6-3, 6-2). A la fin de sa longue carrière, il détiendra le record de 109 titres glanés sur le circuit ATP. Malgré quelques apparitions ultérieures, Connors prendra sa retraite à la fin 1992.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *