19 novembre 2006 : Le jour où Federer a conclu une saison exceptionnelle avec le Masters

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 19 novembre 2006, Roger Federer, alors numéro 1 mondial, s’offre James Blake en finale du Masters de Shanghai et s’adjuge un troisième trophée des Maîtres.

Federer OTD 11_19

CE QUI S’EST PASSÉ CE JOUR-LÀ ET POURQUOI CELA A MARQUÉ L’HISTOIRE DU TENNIS

Ce jour-là, le 19 novembre 2006, Roger Federer conclut en beauté une saison fantastique, au cours de laquelle il a dominé le tennis comme personne avant lui, en battant James Blake en finale du Masters. Lors de ce dernier match de l’année, le Maestro délivre un match parfait et ne laisse pas la moindre chance à son adversaire, qu’il balaye 6-0, 6-3, 6-4. Avec ce dernier titre, Federer a donc accumulé 12 trophées en une seule saison, dont trois Grands Chelems (avec une défaite en finale à Roland-Garros) et quatre Masters 1000, ne subissant que cinq défaites en chemin.

LES ACTEURS

  • Roger Federer, le sanguin devenu ange

Roger Federer est né en 1981. Après avoir été champion du monde juniors en 1998, Federer obtient vite des résultats chez les pros : lors de ces cinq premiers tournois, il atteint les quarts de finale à trois reprises, à Toulouse, Marseille et Rotterdam. Son jeu fantastique fascine le monde du tennis et on l’imagine rapidement dans la peau du futur numéro 1. Le Suisse, très émotif lors de ses premières années sur le circuit, finit par maîtriser ses nerfs en 2003, lorsqu’il remporte son premier titre du Grand Chelem à Wimbledon (aux dépens de Mark Philippoussis, 7-6, 6-2, 7-6). Quelques mois plus tard, après son succès à l’Open d’Australie (où il bat en finale Marat Safin, 7-6, 6-4, 6-3), il devient numéro 1 mondial, le 2 février 2004, et il occupe cette place sans interruption depuis.

Depuis 2003, il a remporté neuf titres du Grand Chelem : l’Open d’Australie (2004, 2006), Wimbledon (2003, 2004, 2005, 2006) et l’US Open (2004, 2005, 2006). Depuis son accession à la première place mondiale, il a glané 24 tournois, dont 11 Masters 1000, et il a également ajouté deux Masters à son palmarès, en 2003 et 2004. En 2006, sa meilleure saison jusqu’à présent, il a déjà gagné dix tournois, dont trois Grands Chelems et quatre Masters 1000. Il n’a subi que 5 défaites, dont quatre contre son seul véritable rival, Rafael Nadal. L’Espagnol est la raison pour laquelle Federer n’a toujours pas gagné Roland-Garros : Federer a échoué face à Nadal en demi-finale en 2005 (6-3, 4-6, 6-4, 6-3) et en en finale en 2006 (1-6, 6-1, 6-4, 7-6).

Roger Federer - 2004
  • James Blake, le renaissance

James Blake est né en 1979. Après avoir joué deux ans sous les couleurs de l’Université de Harvard, il se lance sur le circuit en 1999, et en septembre 2001, il intègre le top 100. Blake joue un jeu très offensif, avec des coups très à plat. En 2002, après avoir disputé ses premières finales sur le circuit pro à Memphis (battu par Andy Roddick, 6-4, 3-6, 7-5) et à Newport (vaincu par Taylor Dent, 6-1, 4-6, 6-4), James Blake remporte son premier titre à Washington, où il domine Paradorn Srichaphan en finale (1-6 ,7-6, 6-4). En 2003, Blake confirme son statut de solide top 30, mais il traverse une passe difficile en 2004, se fracturant d’abord une vertèbre à Rome, avant d’affronter le décès de son père et de développer un zona qui lui paralyse temporairement la moitié du visage et perturbe sa vision. Il chute jusqu’au 231e rang mondial en avril 2005. Quelques mois plus tard, invité dans le tableau de l’US Open, il se hisse jusqu’en quarts de finale, où il est battu par Andre Agassi à l’issue d’une épique bataille en cinq sets (3-6 3-6 6-3 6-3 7-6). 2006 reste sa meilleure saison. Au cours de l’été, il grimpe jusqu’à la 5e place mondiale, son meilleur classement, et se qualifie pour le Masters après avoir remporté cinq titres et atteint les quarts de finale de l’US Open (éliminé par Roger Federer, 7-6, 6-0, 6-7, 6-4).

LE LIEU : SHANGHAI

Créé en 1970, le Masters est le rendez-vous de fin d’année des huit meilleurs joueurs du monde. Au départ, il change de lieu chaque année, avant de s’installer au Madison Square Garden de New York, de 1977 à 1989. Depuis, le tournoi a pas mal voyagé, passant par Francfort (1990-1995), Hanovre (1996-1999), Lisbonne (2000), Sydney (2001), Shanghai (2002), Houston (2003-2003) puis à nouveau Shanghai depuis 2005. Étant donné que chaque année, seuls les huit meilleurs joueurs se qualifient pour le Masters, les plus grands joueurs de tennis figurent au palmarès de l’épreuve.

L’HISTOIRE : AUCUNE CONTESTATION POSSIBLE

Les deux joueurs qui s’affrontent en finale du Masters 2006 viennent tous deux de vivre leur plus belle saison. Roger Federer est resté presque intouchable toute l’année, à l’exception de la saison sur terre battue, où sa bête noire, Rafael Nadal, lui a mené la vie dure en le battant à quatre reprises. Invaincu en phase de poules, le Suisse s’offre en demi-finale de Shanghai une victoire satisfaisante sur l’Espagnol (6-4, 7-5). James Blake, bien que ses performances soient difficiles à comparer à celles de Federer, est entré dans le top 10 pour la première fois, et s’est qualifié pour son premier Masters, au cours duquel il a battu Nadal en match de poule (6-4, 7-6). En demi-finale, il a éliminé le tenant du titre et 7e mondial, David Nalbandian (6-4, 6-1). 

En cinq rencontres avec le n°1 mondial incontesté, l’Américain n’a pour l’instant gagné qu’un seul set, en quarts de finale du dernier US Open, où Federer avait pris le dessus 7-6, 6-0, 6-7, 6-4). Le Maestro a un réel avantage psychologique sur son adversaire, et il s’en sert à merveille en prenant un départ canon qui ruine toute forme d’espoir que Blake aurait pu entretenir. Federer place la barre très haut et remporte les sept premiers jeux du match, laissant l’Américain impuissant. A l’arrivée, après une heure et demie de jeu et 41 coups gagnants, Federer renvoie l’Américain à ses études, 6-0, 6-3, 6-4. Le 8e mondial semble perdu sur le court, comme s’il avait peine à croire ce qui est en train de lui arriver.

« Aujourd’hui, vous savez, il n’y avait rien que je puisse faire », déclare le finaliste, cité par le New York Times. « Il a trop bien joué. Je suis certainement à court d’adjectifs pour le décrire, pour parler de son niveau d’excellence. C’est simplement incroyable. Il monte encore d’un cran en finale. » 

Le premier mondial lui-même semble presque gêné au moment de décrire sa performance.

« Je suis moi-même à court de mots. J’ai tellement bien joué aujourd’hui que cela en devenait drôle. A cet instant de ma carrière, je suis tellement content de mon tennis. »

LA POSTÉRITÉ DU MOMENT : LA LÉGENDE EST EN MARCHE

Federer va également dominer le jeu en 2007, remportant à nouveau trois des quatre tournois du Grand Chelem. À partir de 2008, il sera défié par Rafael Nadal, puis par Novak Djokovic, mais quatorze ans plus tard, en 2020, Roger Federer détiendra un nombre incroyable de 103 titres sur le circuit, dont 20 tournois du Grand Chelem, 6 Masters Cups et 28 Masters 1000.

James Blake finira par battre Federer, une seule fois en onze confrontations. En quarts de finale des Jeux Olympiques de Pékin, en 2008, l’Américain prendra le dessus (6-4 7-6). Il remportera son dernier titre en 2007, à New Haven, et, après un dernier quart de finale disputé à l’Open d’Australie 2008, il déclinera lentement. Il quittera le top 10 en août 2008, puis le top 50 en 2010. Sans jamais annoncer officiellement sa retraite, James Blake arrêtera la compétition en 2013.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *