22 juin 2009 : Le jour où Federer a inauguré le nouveau Centre Court de Wimbledon

Roger Federer disputait le premier match dans le nouveau Centre Court de Wimbledon le 22 juin 2009, contre Yen-Hsun Lu. Un honneur que le Suisse devait au forfait de Rafael Nadal.

22 juin 2021
Roger Federer - On This Day

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi cela a marqué l’histoire du tennis

Le 22 juin 2009, Roger Federer est le premier joueur à gagner un match sur le nouveau Centre Court de Wimbledon, équipé d’un toit rétractable. Bien qu’il ne soit pas le tenant du titre, le Suisse a été choisi pour le match d’ouverture sur le Central car le vainqueur de l’édition 2008, Rafael Nadal, a déclaré forfait. Federer remporte son premier tour contre Yen-Hsun Lu en trois sets (7-5, 6-3, 6-2). Le toit ne sera toutefois fermé pour la première fois qu’une semaine plus tard.

Les acteurs

  • Roger Federer, un homme libéré par son Grand Chelem en carrière

Roger Federer a 27 ans en juin 2009, et, après avoir traversé une passe difficile en 2008 et 2009, il vient enfin de réaliser son rêve en s’imposant enfin à Roland-Garros. Il a dominé le tennis pendant les années 2004-2007, gagnant à peu près tout, à l’exception des Internationaux de France. Rafael Nadal en est la principale raison : à trois reprises, il a buté sur lui en finale, en 2006, 2007 et 2008. D’ailleurs, cette saison 2008 a été un tournant dans la carrière du Suisse. Tout d’abord, le jeune Novak Djokovic l’a battu en demi-finale de l’Open d’Australie (7-5, 6-3, 7-6), mais le pire était encore à venir. Son rival Rafael Nadal, après l’avoir démoli lors d’une douloureuse finale à Paris (6-3, 6-1, 6-0), a réussi à le mettre à terre en son jardin de Wimbledon, après cinq sets de combat acharné (6-4, 6-4, 6-7, 6-7, 9-7). Quand l’Espagnol s’est permis de le renverser du trône de numéro 1 mondial qu’il occupait depuis 237 semaines consécutives, Federer a probablement cru toucher le fond. Si c’est le cas il avait tort. Il allait le faire à l’Open d’Australie 2009, en s’inclinant à nouveau contre Nadal en cinq sets (7-5, 3-6, 7-6, 3-6 6-2), et s’effondrer en larmes lors de la remise des trophées.

Au mois de mai, Federer n’est pas seulement devenu le dauphin de l’Espagnol, mais il a également subi des défaites face à Novak Djokovic, Andy Murray et Stan Wawrinka. Pour la première fois depuis 2000, il n’a pas gagné le moindre tournoi lors des quatre premiers mois de la saison. Les journalistes commencent à parler de déclin, mais le Suisse remporte alors le tournoi de Madrid, en battant Nadal sur terre battue pour la deuxième fois de sa carrière. Quelques semaines plus tard, le rêve de Federer devient réalité : après que Robin Söderling a éliminé Nadal en huitièmes de finale, Federer domine le Suédois en finale (6-1, 7-6, 6-4), bouclant ainsi son Grand Chelem en carrière. S’il gagne Wimbledon, il fera d’une pierre deux coups, en battant le record de 14 tournois majeurs de Pete Sampras, et en récupérant la première place mondiale.

  • Yen-Hsun Lu, un piège à gros

Yen-Hsun Lu, né en 1983, est devenu, en 2004, le premier joueur de Taipei à entrer dans le Top 100. Bien qu’il ait obtenu la plupart de ses points ATP sur le circuit Challenger, ces dernières années, il s’est montré assez dangereux dans les grands événements. Aux Jeux Olympiques de 2008, il a éliminé Andy Murray (6e mondial, 7-6, 6-4), et il a commencé l’année 2009 en battant le 11e mondial, David Nalbandian, à l’Open d’Australie (6-4, 5-7, 4-6, 6-4, 6-2). Cependant, il n’a encore jamais atteint une finale sur le circuit principal, et son meilleur résultat en Grand Chelem est le troisième tour qu’il a atteint à Melbourne cette année. En juin 2009, il est 65e mondial.

Le lieu : Wimbledon

Wimbledon est le tournoi de tennis le plus ancien et le plus prestigieux au monde. Organisé par le All England Lawn Tennis and Croquet Club depuis 1877, il s’est installé sur son site actuel en 1922, année de la construction du célèbre Centre Court. Considéré par beaucoup comme le court le plus impressionnant au monde, avec sa célèbre citation de Rudyard Kipling gravée au-dessus de l’entrée (« Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite et recevoir ces deux menteurs d’un même front »), le Centre Court a vu s’affronter tous les plus grands joueurs de l’histoire.

Wimbledon, Centre Court
Wimbledon, Centre Court

Après la conversion, dans les années 1970, de l’US Open à la terre battue puis au ciment, et après l’abandon du gazon au profit du dur par l’Open d’Australie en 1988, Wimbledon demeure le dernier tournoi du Grand Chelem sur herbe, une surface qui convient généralement mieux aux serveurs-volleyeurs. Non seulement Wimbledon conserve sa surface historique, mais le tournoi maintient également certaines traditions comme l’obligation pour les joueurs de s’habiller en blanc.

L’histoire : Federer toujours comme chez lui sur le Centre Court

Bien que Roger Federer, qui est à l’époque quintuple vainqueur de Wimbledon, soit un habitué du match d’ouverture sur le Centre Court le premier jour du tournoi, cette journée du 22 juin 2009 est tout de même particulière. Cette fois, Federer n’est pas le tenant du titre. Douze mois auparavant, il avait perdu une finale légendaire contre Rafael Nadal (6-4, 6-4, 6-7, 6-7, 9-7).

Cependant, dans la foulée de son hallucinante défaite à Paris, l’Espagnol, souffrant d’une blessure au genou, a déclaré forfait pour Wimbledon, et le finaliste de l’année dernière a donc été choisi pour jouer le match d’ouverture : « Rafa le mérite évidemment plus que moi cette année, déclare Federer. Mais quelqu’un devait le faire, et je suis très heureux qu’ils m’aient choisi. Ça fait toujours vibrer, c’est sûr ».

Deuxième fait notable : Federer est le premier à fouler le nouveau Centre Court, équipé d’un toit rétractable, ce qui est une vraie révolution dans un tournoi souvent considéré comme le plus conservateur de tous les Grands Chelems. La décision de construire ce toit a été prise en 2004, après des années de débats interminables à chaque interruption des matches par la pluie. Certains pensaient que Wimbledon était un tournoi joué en extérieur et devait le rester, et qu’un toit rétractable sur le Central serait injuste pour les joueurs moins bien classés. Mais finalement, il a été décidé que les Championships devaient suivre la voie de l’Open d’Australie, où le court principal possède un toit rétractable depuis 1988.

Le nouveau toit a été inauguré en mai 2009, en présence d’Andre Agassi, Steffi Graf, Tim Henman et Kim Clijsters, mais les premiers joueurs à entrer sur le nouveau Centre Court pour un match officiel sont donc Roger Federer et Yen-Hsun Lu.

Andre Agassi & Steffi Graf at Wimbledon in 2009
Andre Agassi & Steffi Graf at Wimbledon in 2009 © BPI / Panoramic

« Il n’a rien perdu de son côté historique, avait déclaré Federer pendant le week-end, selon le New York Times. Il reste toujours, vous savez, le meilleur court du monde. Je suis excité à l’idée d’y jouer lundi ».

Le Suisse, qui, après son triomphe à Roland-Garros, est le grand favori de Wimbledon, s’impose facilement face à Lu, 7-5, 6-3, 6-2, par un temps sec qui n’a pas nécessité la fermeture du toit.

« Je suppose que le moment viendra où je jouerai en intérieur ici, dit Federer. Mais on ne l’espère pas vraiment pendant le match. (…) Je suis très heureux de mon premier tour, je pense que c’était une performance très solide ».

La postérité du moment

Le toit rétractable du Centre Court de Wimbledon sera fermé pour la première fois une semaine plus tard, le lundi 29 juin, lors d’un huitième de finale entre Amélie Mauresmo et Dinara Safina (remporté par la Russe, 4-6, 6-3, 6-4). Le premier match joué entièrement en salle à Wimbledon sera un autre huitième de finale, entre Andy Murray et Stan Wawrinka (remporté par l’Écossais, 2-6, 6-3, 6-3, 5-7, 6-3).

En 2009, Roger Federer remportera une sixième couronne à Wimbledon et battra ainsi le record de Sampras avec un 15e titre du Grand Chelem, après avoir miraculeusement battu Andy Roddick en finale (5-7, 7-6, 7-6, 3-6, 16-14). Grâce à ce succès, il redeviendra numéro 1 mondial et le restera pour 48 nouvelles semaines consécutives.

L’US Open suivra les traces de Wimbledon en dotant le stade Arthur Ashe d’un toit rétractable en 2016, tandis que Roland-Garros devra attendre 2020 pour être équipé de la sorte.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *