Roland-Garros 2020 : y aura-t-il vraiment 10.000 spectateurs ?

La volonté affichée par le gouvernement de refuser toute dérogation préfectorale dans les zones rouges de circulation du coronavirus pourrait fragiliser les objectifs de jauge de la FFT pour Roland-Garros. Si vous êtes détenteur de billets, voici ce qu’il faut savoir.

Court Philippe Chatrier Roland Garros

La Fédération Française de tennis (FFT) n’a pas encore communiqué sur le sujet, mais les annonces du Premier ministre Jean Castex sur la crise sanitaire du coronavirus sont forcément revenues à ses oreilles à cinq semaines de Roland-Garros. Son président Bernard Giudicelli attend jusqu’à 10 000 personnes dans le Court Philippe-Chatrier pendant Roland-Garros (27 septembre – 10 septembre) en divisant les tribunes en deux zones hermétiques.

Mais jeudi lors d’une conférence de presse, le Premier Ministre Jean Castex a confirmé avoir demandé aux préfets des 21 départements passés en « zone de circulation active » du coronavirus de refuser systématiquement toute dérogation afin d’aller au-delà de la jauge limitée à 5000 personnes pour les rassemblements. L’Ile-de-France fait partie de ces zones. Alors que la FFT a relancé la billetterie pour Roland-Garros – jusqu’à 20 000 personnes sur l’ensembles des installations et 10 000 places disponibles pour les finales – la préfecture de police de Paris conserve le pouvoir de faire évoluer les choses.

Une bulle aussi à Roland-Garros ?

Selon une information de l’AFP, le préfet de police de Paris Didier Lallement compte faire appliquer de manière stricte les consignes du gouvernement, c’est-à-dire 5000 personnes par jour sur l’ensemble des installations de Roland-Garros, sans aucune distinction faite pour chaque court pris séparément.

« Clairement, la tendance n’est pas bonne, a assuré une source proche du dossier à l’AFP alors qu’une réunion au niveau du gouvernement doit aborder le sujet dans le courant de la semaine prochaine. La crainte c’est aussi de créer un précédent, et que d’autres s’y engouffrent. »

Une incertitude, voire un flou, qui inquiète également les joueurs. Nicolas Mahut a récemment déclaré au micro d’Eurosport qu’il ne considérait pas comme possible d’allier bulle sanitaire stricte à l’image de ce qui est mis en place à New York pour l’US Open et l’ouverture des tribunes au public.

« Le moment venu, il y aura des précisions » a, pour sa part, commenté Jean-François Vilotte, directeur général de la FFT, auprès de l’AFP. Ce printemps, au moment où la crise était la plus aiguë en France, Bernard Giudicelli avait indiqué envisager un tournoi à huis clos. La FFT serait privée des revenus de la billetterie mais elle conserverait ceux des droits télé.

• Lire aussi : Roland-Garros programmé avec du public

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *