21 juillet 1924 : Le jour où Dick Williams, rescapé du Titanic, a remporté l’or olympique

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 21 juillet 1924, Richard “Dick” Norris Williams, rescapé du naufrage du Titanic, remportait l’or olympique en double mixte.

Dick Williams, On This Day

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi cela a marqué l’histoire du tennis

Ce jour-là, le 21 juillet 1924, aux Jeux de Paris, Dick Williams remporte la médaille d’or olympique en double mixte aux côtés de Hazel Wightman. Douze ans plus tôt, Williams avait survécu au naufrage du Titanic et avait failli être amputé de ses jambes après être resté pendant des heures dans les eaux glacées de l’Atlantique Nord.

L’histoire : un médecin a voulu amputer les deux jambes de Dick Williams

Richard “Dick” Norris Williams est né en 1891, en Suisse, de parents américains, et il commence à jouer au tennis à l’âge de 12 ans, avec son père, Charles, un avocat passionné de tennis qui avait lancé le projet d’une Fédération Internationale, en 1911. Malheureusement, le rêve de Charles n’aboutira pas de son vivant. Au printemps 1912, Richard est accepté à Harvard, et  père et fils embarquent sur le Titanic pour rejoindre les États-Unis. Le 14 avril, le navire heurte un iceberg et sombre en à peine deux heures. Richard et son père restent à bord presque jusqu’à la dernière minute, mais alors qu’ils tentent enfin de rejoindre un canot de sauvetage, Charles est tué par la chute d’une cheminée. Richard parvient jusqu’à un canot de sauvetage, où il reste pendant des heures, les jambes immergées dans l’eau glacée. Lorsque les passagers sont secourus, ses jambes sont si sévèrement gelées que le médecin du Carpathia suggère de les amputer. “Je refuse de vous donner cette permission”, rétorque Dick Williams, alors âgé de 21 ans, selon le New York Times. “Je vais avoir besoin de ces jambes.” Il marche en long et en large sur le pont du RMS Carpathia, le navire venu à sa rescousse, jusqu’à ce qu’il puisse à nouveau sentir ses jambes.

Le risque pris par le jeune homme s’avère payant. Douze semaines seulement après la catastrophe, il participe déjà au Longwood Challenge Bowl, près de Boston, où il est singulièrement battu par un autre survivant du naufrage, Karl Howell Behr. Avec le courage dont il a fait preuve pendant la tragédie du Titanic, il n’est pas surprenant qu’il pratique un tennis à hauts risques. Selon Allison Danzig, Williams a “l’un des jeux d’attaque les plus audacieux que le tennis ait connus. Il ne jouait jamais la sécurité. Il se tenait proche de la ligne, prenait la balle montante, souvent en demi-volée, et visait les lignes.”

Ce jeu élégant lui permet de triompher aux US Nationals, ancêtre de l’US Open, dès 1914, prenant sa revanche (6-3, 8-6, 10-8) sur Maurice McLoughlin, qui l’avait battu en finale en 1913. Il remporte une seconde fois les US Nationals, en 1916, et obtient la même année son diplôme à Harvard avant de servir dans l’armée américaine pendant la Première Guerre mondiale, où il obtient une prestigieuse médaille militaire, la Croix de Guerre.  

Je refuse de vous donner la permission de m’amputer, je vais avoir besoin de ces jambes.

Après la Grande Guerre, il entame une carrière de banquier d’affaires, mais ne raccroche pas ses raquettes pour autant, bien qu’il obtienne la plupart de ses grands résultats en double, remportant le titre à Wimbledon en 1920 (aux côtés de Chuck Garland) et atteignant trois autres finales majeures (une au All England Club en 1924, deux aux US Nationals en 1921 et 1923). Cependant, ses jambes sont affaiblies et deviennent souvent douloureuses lors des longs matchs.

En 1924, peu après avoir perdu la finale du double à Wimbledon, Dick Williams participe aux Jeux olympiques, de l’autre côté de la Manche, dans le tout nouveau stade olympique de Colombes, dans la banlieue ouest de Paris. Évincé du tournoi en quart de finale en simple, où, selon le rapport officiel, il n’a pu “donner le meilleur de lui-même en simple en raison d’une blessure au pied”, il parvient à décrocher la médaille d’or en double mixte, aux côtés de Hazel Wightman, 38 ans, qui avait également remporté l’épreuve de double dames avec la grande Helen Wills. Ils en resteront les tenants du titre pendant… 88 ans.

Dick Williams et Hazel Wightman aux Jeux olympiques de Paris en 1924
Dick Williams et Hazel Wightman aux Jeux olympiques de Paris en 1924, domaine public

La postérité du moment : Dick Williams deviendra capitaine de l’équipe américaine de Coupe Davis

Dick Williams remportera deux autres titres majeurs en double, en triomphant aux US Nationals (avec Vincent Richards) en 1925 et 1926. Il sera le capitaine de l’équipe américaine de Coupe Davis à partir de 1921, et il jouera également en double lors des campagnes victorieuses de de 1925 et 1926. Cependant, il n’aura jamais l’occasion de défendre son titre olympique car, en raison d’un conflit entre la Fédération internationale de tennis et le Comité olympique, le tennis sera banni des Jeux olympiques jusqu’en 1988, et le double mixte n’y fera son retour qu’en 2012. Williams prendra retraite à l’âge de 44 ans et sera intronisé au International Tennis Hall of Fame en 1957. Il s’éteindra en 1968, à l’âge de 77 ans.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *