30 juin 2012 : Le jour où Shvedova a remporté un « set d’or »

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 30 juin 2012, Yaroslava Shvedova réussissait le premier « set d’or » de l’histoire du tennis féminin, contre Sara Errani au 3e tour de Wimbledon.

30 juin 2021
Yaroslava Shvedova, On This Day 06/30

Ce qu’il s’est passé ce jour-là et pourquoi c’est historique : Shvedova a gagné tous les points du set.

Ce jour-là, le 30 juin 2012, au troisième tour de Wimbledon, Yaroslava Shvedova humilie Sara Errani en gagnant la première manche 6-0 sans perdre le moindre point. Cet exploit, appelé « set d’or », n’avait jamais été accompli auparavant chez les femmes, et n’avait été réalisé qu’une fois dans l’histoire du tennis, en 1983, par l’Américain Bill Scanlon. Après ce premier set éclair, Shvedova remporte la deuxième manche 6-4 pour boucler le match.

Les personnages : Yaroslava Shvedova et Sara Errani

  • Yaroslava Shvedova, la 65e mondiale

Yaroslava Shvedova est née russe en 1987, mais a choisi de représenter le Kazakhstan en 2008. Elle remporte son premier tournoi alors qu’elle n’est que 147e mondiale, à Bangalore, en 2007, ce qui la propulse alors dans le top 100. S’appuyant sur un bon service et des coups puissants, elle pratique un tennis à haut risques. Son jeu peut s’avérer meurtrier pour n’importe qui, y compris pour elle-même dans un mauvais jour. Ses résultats les plus marquants depuis son unique titre sont deux quarts de finale de Grand Chelem, à Roland-Garros en 2010 (battue par Jelena Jankovic, 7-5 6-4) et en 2012 (battue par Petra Kvitova, 3-6 6-2 6-4). Elle arrive à Wimbledon classée à la 65e place mondiale.

  • Sara Errani, en pleine explosion

L’Italienne Sara Errani est également née en 1987. Son jeu repose sur un excellent jeu de jambes, une grande combativité et un coup droit lifté très régulier. Elle est aussi connue pour son service d’une faiblesse rare au plus haut niveau. Entrée dans le top 100 en 2007, elle s’installe pendant plusieurs années autour de la 40e place mondiale, remportant deux titres mineurs en 2008, à Palerme et Portoroz. Sa carrière décolle en 2012 : au cours des six premiers mois de la saison, elle remporte trois tournois (Acapulco, Barcelone, Budapest), atteint les quarts de finale à l’Open d’Australie. Mais surtout, elle se hisse jusqu’en finale de Roland-Garros, où elle est vaincue par Maria Sharapova (6-3 6-2). Grâce à ces superbes résultats, elle est 10e mondiale en arrivant à Wimbledon. A Paris, Errani s’adjuge également un premier titre du Grand Chelem en double, associée à Roberta Vinci.

Sara Errani, Roland-Garros 2012

L’endroit : Wimbledon

Wimbledon est le tournoi de tennis le plus ancien et le plus prestigieux au monde. Organisé par le All England Lawn Tennis and Cricket Club depuis 1877, il s’est installé sur son site actuel en 1922, année de la construction du célèbre Centre Court. Considéré par beaucoup comme le court le plus impressionnant au monde, avec sa célèbre citation de Rudyard Kipling gravée au-dessus de l’entrée (« Si tu peux rencontrer triomphe après défaite et recevoir ces deux menteurs d’un même front »), le Centre Court a vu s’affronter tous les plus grands joueurs de l’histoire.

Après que la conversation, dans les années 1970, de l’US Open à la terre battue puis au ciment, et après l’abandon du gazon au profit du dur par l’Open d’Australie en 1988, Wimbledon demeure le dernier tournoi du Grand Chelem sur herbe, une surface qui convient généralement mieux aux serveurs-volleyeurs. Non seulement Wimbledon conserve sa surface historique, mais le tournoi maintient également certaines traditions comme l’obligation pour les joueurs de s’habiller en blanc.

L’histoire : En 15 minutes, Shvedova a marché sur Errani

Sara Errani et Yaroslava Shvedova sont toutes les deux en grande forme avant de s’affronter au troisième tour de Wimbledon. A Roland-Garros, l’Italienne vient de disputer sa première et seule finale de Grand Chelem, tandis que la Kazakhe a égalé son meilleur résultat en atteignant les quarts de finale. Elles ont aussi en commun de n’avoir jamais très bien joué à Wimbledon, leur meilleur résultat étant un troisième tour atteint par Sara Errani en 2010.

Les deux joueuses se sont déjà affrontées à trois reprises. Errani a remporté leur première confrontation en 2009 avant que Shvedova ne remporte les deux suivantes, la dernière à Miami, en 2011 (6-3 5-7 7-6). Elles ont chacune passé les deux premiers tours au All England Club sans perdre un set.

Shvedova entame le match par un ace. C’est le début de 15 minutes de cauchemar pour Errani. Frappant 14 coups gagnants et 4 aces, Shvedova enchaîne 24 points d’affilée pour boucler la première manche 6-0. Ce n’était jamais arrivé dans le tennis féminin. Le précédent record du nombre de points gagnés à la suite était déjà détenu par la Kazakhe : en 2006, elle avait remporté les 23 premiers points de son match contre Amy Frazier, avant de s’incliner 1-6 6-0 6-0.

Cette fois, il n’y pas de retournement de situation : malgré la réaction de Sara Errani au deuxième set, Shvedova s’impose deux manches, 6-0 6-4.

Plus tard, elle commente ainsi le match :

« Je ne me rendais pas compte. Je jouais juste chaque point, chaque jeu. Je n’avais pas l’impression de ne gagner que des jeux blancs, mais je me souviens qu’au début du deuxième set, elle a gagné un point et le public s’est mis à crier et applaudir. Je me suis demandé ce qu’il se passait, j’ai même souri, en me disant que les gens voulaient voir un bon match. Puis, à la salle de sport, pendant ma récupération, mon entraîneur vient me voir et il me dit, ‘Tu sais qu’on m’a parlé des stats de ton match, que tu n’as pas pas perdu de points ?’, et je lui ai dit ‘ah bon, du style, pas de fautes directes ?’. Mais il s’agissait bien de n’avoir pas perdu le moindre point. C’est incroyable. »

Visiblement impressionnée par sa propre performance, Shvedova tweete ensuite : « Aujourd’hui, j’ai pondu un œuf en or. »

La postérité du moment : Shvedova ne réussira plus cet exploit, mais se hissera dans le top 25

Yaroslava Shvedova s’inclinera deux jours plus tard, en huitièmes de finale, contre la 6e mondiale et quadruple championne de Wimbledon, Serena Williams (6-1 2-6 7-5). En septembre 2012, elle atteindra le meilleur classement de sa carrière, 25e mondiale. Elle se hissera une troisième fois en quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem, à Wimbledon, en 2016 (battue par Venus Williams, 7-6 6-2).

Sara Errani se maintiendra dans le top 10 pendant encore près de deux ans, principalement grâce à ses excellents résultats à Roland-Garros, où elle atteindra les demi-finales en 2013 (battue par Serena Williams, 6-0 6-1), et les quarts de finale en 2014 et 2015. Avec sa partenaire de double Roberta Vinci, Errani remportera en tout cinq tournois du Grand Chelem, et elle terminera la saison n°1 mondiale en 2013 et en 2014.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *