7 novembre 1999 : Le jour où Andre Agassi a réalisé un doublé parisien inédit

Le 7 novembre 1999, Andre Agassi est sorti vainqueur d’une finale haletante face à Marat Safin à Paris-Bercy (7-6, 6-2, 4-6, 6-4). Dès lors assuré de rester numéro 1 mondial jusqu’à la fin de la saison, l’Américain est en outre devenu le premier joueur à remporter ce tournoi après avoir triomphé à Roland-Garros la même année.

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Nouveau titre et performance inédite pour le numéro 1 mondial

Ce jour-là, le 7 novembre 1999, Andre Agassi domine Marat Safin en finale du tournoi de Paris-Bercy (7-6, 6-2, 4-6, 6-4). Grâce à ce succès, l’Américain, qui avait déjà remporté Roland-Garros et l’US Open, s’assure de terminer l’année à la première place mondiale. Il devient également le premier joueur à s’imposer à la Porte d’Auteuil et à Bercy la même année, un exploit qui ne sera égalé qu’en 2016, par Novak Djokovic.

Les acteurs

Andre Agassi, un retour fracassant sur le devant de la scène

Andre Agassi, le « Kid de Las Vegas », est une légende du tennis. Passé pro en 1986, il devient rapidement l’une des plus grandes stars du tennis, grâce à son talent mais aussi à ses tenues vestimentaires originales, dont l’emblématique short en jean et le cycliste rose. Initié au tennis par son père puis élevé à l’académie de Nick Bollettieri, il dispose d’un excellent retour de service (le meilleur de son temps), et son jeu consiste à frapper la balle montante avec une force incroyable, ce qui est révolutionnaire à l’époque et inspirera des générations entières de tennismen. Après trois défaites en finale de Grand Chelem, une à l’US Open en 1990, deux à Roland-Garros (1990 et 1991), il remporte son premier tournoi du Grand Chelem à Wimbledon en 1992, en en battant en finale le grand serveur Goran Ivanisevic (6-7 6-4 6-4 1-6 6-4). Il ajoute ensuite l’US Open 1994 à son palmarès, puis l’Open d’Australie 1995, où il bat son rival Pete Sampras en finale de Grand Chelem pour la seule et unique fois (4-6 6-1 7-6 6-4). 

Agassi devient numéro 1 mondial peu après, le 10 avril 1995, pour une première période de 30 semaines.  En 1996 et 1997, malgré une médaille d’or obtenue aux Jeux Olympiques d’Atlanta, le joueur américain traverse une mauvaise passe et descend jusqu’à la 141e place mondiale. Faisant preuve d’une grande humilité, il retourne sur le circuit Challenger à la fin 1997 pour reprendre confiance. En 1998, il revient doucement au sommet, terminant l’année au 6e rang mondial malgré des résultats décevants en Grand Chelem. En juin 1999, il s’impose enfin à Roland-Garros, en battant Andrei Medvedev en cinq sets (1-6, 2-6, 6-4, 6-3, 6-4), et réalise ainsi le Grand Chelem en carrière. Depuis, il a atteint la finale de Wimbledon (battu par Pete Sampras, 6-3, 6-4, 7-5) et ajouté un nouvel US Open à son palmarès, en dominant Todd Martin en finale (6-4, 6-7, 6-7, 6-3, 6-2). Grâce à ce nouveau titre du Grand Chelem, il récupère la première place mondiale au mois de septembre.

Marat Safin, l’étoile montante

Le Russe Marat Safin est né en 1980. Il obtient son premier grand résultat à Roland-Garros en 1998 : classé à la 116e place mondiale, il s’extrait des qualifications pour battre au premier tour l’ancien n°1 mondial, Andre Agassi (5-7, 7-5, 6-2, 3-6, 6-2). Au tour suivant, le jeune homme de 18 ans élimine le 8e mondial et tenant du titre, Gustavo Kuerten (3-6, 7-6, 3-6, 6-1, 6-4), et ne s’incline que sur le fil face à Cédric Pioline en huitièmes de finale ((7-5, 4-6, 6-7, 6-4, 6-4). Safin atteint ensuite les demi-finales à Long Island, avant de parvenir en huitièmes de finale de l’US Open (battu par le n°1 mondial, Pete Sampras, 6-3, 6-4, 6-2). Il termine l’année à la 48e place mondiale. 

En 1999, Safin remporte son premier titre, à Boston, aux dépens de Greg Rusedski (6-4, 7-6). A nouveau huitième de finaliste à Roland-Garros (éliminé par Dominik Hrbaty, 6-4, 3-6, 7-6, 6-3), il permet à la Russie de rallier les demi-finales de la Coupe Davis en gagnant à deux reprises un cinquième match décisif. En novembre 1999, il pointe à la 34e place du classement ATP.

Le lieu : Le Palais omnisports de Paris-Bercy

Le tournoi de Paris-Bercy, créé en 1986, se déroule au Palais omnisports de Paris-Bercy, d’une capacité de 15 000 spectateurs. Il remplaçait à l’origine l’ancien Open de Paris, qui s’est tenu de 1969 à 1982 au stade Pierre de Coubertin. En 1990, le tournoi intègre la catégorie Super 9 (qui prendra plus tard le nom de Masters 1000), et s’impose alors comme le tournoi en salle le plus prestigieux de l’époque. Le palmarès du tournoi inclut de nombreuses stars du tennis, telles que Boris Becker (1986, 1989, 1992), Stefan Edberg (1990) ou encore Pete Sampras (1995, 1997). Andre Agassi y a déjà triomphé en 1994, peu après son premier titre à l’US Open.

L’histoire : une finale de haut vol et Agassi prend sa revanche

Depuis son sacre à Roland-Garros, au début du mois de juin, Andre Agassi semble avoir entamé une nouvelle carrière. Le « Kid de Las Vegas », qui deux ans auparavant, au fond du trou, pointait à la 141e place mondiale, est redevenu n°1 mondial, trois ans et demi après sa dernière apparition au sommet du classement, en février 1996. Finaliste à Wimbledon, il s’est imposé à l’US Open et a maintenant pour but de terminer l’année à la première place.

Son adversaire en finale, Marat Safin, n’a que 19 ans. Pourtant, Agassi a déjà une revanche à prendre sur le Russe : c’est en l’éliminant en cinq sets, au premier tour des Internationaux de France 1998, que le jeune homme s’était révélé. 

La finale démarre sur un rythme endiablé. Les deux joueurs collent à leur ligne de fond de court et, frappant aussi fort que possible, se lancent dans des échanges spectaculaires. Le Russe fait le break au troisième jeu, mais il perd son propre service dans la foulée. Le plus expérimenté des deux joueurs finit par remporter le premier set, 7-6.

Safin, qui est déjà connu pour son fort caractère et sa tendance à casser des raquettes, s’écroule au deuxième set, qu’il laisse filer 6-2. Mais au troisième, il retrouve ses esprits et se relance dans la bagarre. Le jeune homme remporte la troisième manche, 6-4. 

Au cours d’une quatrième manche très serrée, Agassi prend les devants (3-1) mais il se fait débreaker et Safin recolle à 3-3. Finalement, le récent vainqueur de l’US Open élève son niveau de jeu au moment le plus important et parvient à conclure, 7-6, 6-2, 4-6, 6-4. Il est le premier joueur à s’imposer à Roland-Garros et à Bercy la même année.

« Je n’oublierai pas l’année que j’ai passée en 1999 à Paris, » dit Agassi au public parisien. « Avec tout le soutien que j’ai reçu du public, c’est comme si j’avais joué dans mon propre pays. En l’an 2000, il faudra que je parle quelques mots de français quand je reviendrai. »

« Je pense que nous avons tous les deux joué un tennis formidable aujourd’hui, ajoute Agassi en conférence de presse. Il a très bien tenu le choc et m’a fait travailler dur du début à la fin. »

Postérité du moment

Par la suite, Andre Agassi ajoutera trois Open d’Australie à son palmarès (2000, 2001, 2003), portant ainsi à huit son total de titres du Grand Chelem, et apparaîtra pour la dernière fois au sommet du classement ATP le 7 septembre 2003. En 2005, à 35 ans, il disputera sa dernière finale en Grand Chelem à New-York, où il sera à nouveau vaincu par Federer (6-3, 2-6, 7-6, 6-1). Ce n’est qu’en 2006 qu’il quittera le Top 10 pour de bon. Cette année-là, il ne jouera que huit tournois et mettra un terme à sa carrière à Flushing Meadows. Après avoir livré un dernier combat épique pour dominer le 8e mondial Marcos Baghdatis (6-4, 6-4, 3-6, 5-7, 7-5), il sera éliminé par Benjamin Becker au troisième tour (7-5, 6-7, 6-4, 7-5).

Andre Agassi US Open 2006

Marat Safin deviendra une icône des années 2000. Il décrochera deux titres du Grand Chelem, le premier à l’US Open 2000 (en battant en finale Pete Sampras, 6-4, 6-3, 6-3), et le second à l’Open d’Australie 2005, où il dominera Lleyton Hewitt en finale (1-6, 6-3, 6-4, 6-4) après une demi-finale de légende gagnée face à Roger Federer (5-7, 6-4, 5-7, 7-6, 9-7). En novembre 2000, il deviendra le plus jeune n°1 mondial de l’histoire du tennis (record battu ensuite par Lleyton Hewitt en 2001), une place qu’il n’occupera que 9 semaines durant. Son triomphe à Melbourne en 2005 sera son dernier titre sur le circuit. Après un lent déclin, Safin mettra un terme à sa carrière en 2009.

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *