18 juin 2018 : le jour où Federer a amélioré son record du plus vieux numéro 1 mondial

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 18 juin 2018, Roger Federer améliorait son record du joueur le plus âgé à s’emparer de la première place mondiale.

Federer_otd_06_18(1)(1)

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi c’est historique : Federer a encore amélioré le record du joueur le plus vieux à devenir numéro 1 mondial

Ce jour-là, le 18 juin 2018, après avoir décroché la veille son 98e titre ATP à Stuttgart, Roger Federer améliore son propre record du joueur le plus âgé à s’emparer de la place de numéro 1 mondial, à 36 ans et 10 mois. Après son incroyable retour au sommet en 2017, le Suisse avait récupéré la première place une première fois en février, plus de cinq ans après avoir été numéro 1 pour la dernière fois.

L’histoire : Federer s’assure la place du roi après une victoire contre Nick Kyrgios en demi-finale

Roger Federer, le génie suisse, né en 1981, a 36 ans en juin 2018. Il a outrageusement dominé le tennis des années 2000, surtout entre 2004 et 2008, gagnant alors 12 titres du Grand Chelem, jusqu’à ce que Rafael Nadal lui dispute la place de numéro 1 mondial. En 2009, après trois défaites en finale face à son bourreau espagnol, il s’impose enfin à Roland-Garros, bouclant ainsi un Grand Chelem en carrière qui lui vaut alors d’être considéré comme le plus grand joueur de tous les temps.

En 2011, Novak Djokovic devient le meilleur joueur du monde. Federer, qui avait remporté 16 tournois du Grand Chelem entre 2003 et 2010, traverse une longue période de disette après son titre à Wimbledon en 2012. Au cours des onze levées du Grands Chelem qui suivent ce succès, il dispute une seule finale, à Wimbledon 2014, où Djokovic le domine en cinq sets, et est stoppé trois fois au stade des demi-finales. Le Serbe, en 2015, le domine ensuite en finale de Wimbledon et de l’US Open. En 2016, Federer doit mettre un terme prématuré à sa saison, après avoir perdu en demi-finale au All England Club. Comme Federer n’a alors plus gagné en Grand Chelem depuis quatre ans, bien des experts pensent qu’il n’était plus capable de remporter des tournois majeurs et que, à 34 ans, il commence à se faire vieux. Ils se trompent : Roger Federer réalise un come-back spectaculaire en 2017 en remportant l’Open d’Australie, battant Rafael Nadal au terme de l’un des matches les plus attendus de l’histoire du tennis (6-4, 3-6, 6-1, 3-6, 6-3).

Sur sa lancée, le Suisse s’impose à Indian Wells et Miami, battant au passage Nadal à deux nouvelles reprises, avant de faire l’impasse sur la saison sur terre battue et de remporter un 19e titre du Grand Chelem à Wimbledon (aux dépens de Marin Cilic, 6-3, 6-1, 6-4).

En 2018, après que Federer a défendu avec succès son titre à Melbourne (en battant une nouvelle fois Cilic, 6-2, 6-7, 6-3, 3-6, 6-1), il se trouve en mesure de redevenir numéro 1 mondial, pour la première fois depuis plus de cinq ans. Pour réaliser cet exploit, le Suisse s’aligne au tournoi de Rotterdam, qu’il remporte (en battant Grigor Dimitrov en finale, 6-2, 6-2), devenant ainsi le joueur le plus âgé à occuper la première place mondiale le 19 février, effaçant le record détenu par Andre Agassi (le Kid de Las Vegas avait été numéro 1 mondial à l’âge de 33 ans, en 2003).

Cependant, dans les semaines suivantes, Federer ne parvient pas à imposer son emprise sur le circuit. À Indian Wells, il s’incline en finale face à Juan Martin del Potro, après avoir manqué trois balles de match (6-4, 6-7, 7-6). À Miami, où il est tenant du titre, il est éliminé dès le premier tour par Thanasi Kokkinakis (3-6, 6-3, 7-6), et perd ainsi la place de numéro un mondial au profit de Nadal, après seulement six semaines. Suite à cette défaite, le Suisse annonce qu’il compte une nouvelle fois faire l’impasse sur la saison de terre battue, pour ne réapparaître qu’à Stuttgart.

La plupart des experts se demandent à nouveau si le Maestro sera suffisamment affûté après une si longue période sans compétition, et lors de son premier tour, alors qu’il perd le premier set contre Mischa Zverev, ses fans ont des raisons de s’inquiéter. Cependant, Federer finit par écarter l’Allemand (3-6, 6-4, 6-2), puis élimine Guido Pella (6-4, 6-4), Nick Kyrgios (6-7, 6-2, 7-6) et enfin Milos Raonic en finale (6-4, 7-6). Grâce à ce résultat, il reprend la première place, améliorant son précédent record de numéro 1 mondial le plus âgé de l’histoire du tennis, à près de 37 ans. L’homme aux 20 titres du Grand Chelem ne semble pas accorder beaucoup d’importance à cet exploit, scellé après sa victoire en demi-finale contre Kyrgios.

Roger Federer, célébré à Stuttgart après avoir acté son retour à la première place mondiale, © Imago / Panoramic

“C’est bien que cela soit arrivé, mais j’ai d’autres problèmes”, explique-t-il. “Je n’avais pas joué depuis trois mois, c’est sur gazon, c’est rapide et il est difficile d’aller aussi loin ici. Mais je suis quand même ravi d’y être parvenu.”

Federer est déjà concentré sur Wimbledon, où il semble avoir de bonnes chances de remporter un 9e titre.

La postérité du moment : Federer perd la première place mondiale dès la semaine suivante

La semaine suivante, à Halle, Federer s’inclinera en finale face à Borna Coric (7-6, 3-6, 6-2), et perdra définitivement la première place mondiale. Il établira alors un record absolu de 310 semaines passées au sommet, qui sera battu par Novak Djokovic en 2021.

Cependant, sa principale déception surviendra à Wimbledon, où il sera éliminé en quart de finale par Kevin Anderson (2-6, 6-7, 7-5, 6-4, 13-11), après avoir mené deux sets à zéro et manqué une balle de match.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *