7 septembre 1953 : Le jour où Connolly a réalisé le premier Grand Chelem calendaire de l’histoire du tennis féminin

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Aujourd’hui, nous retournons en 1953 pour voir comment Maureen Connolly, âgée de 18 ans, a remporté l’US National Championships (l’ancien nom de l’US Open) et réalisé l’exploit de gagner les quatre tournois du Grand Chelem lors de la même saison.

7 septembre 2021
Connolly OTD 06_21

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi cela a marqué l’histoire du tennis

Le 7 septembre 1953, à New York, Maureen Connolly domine Doris Hart (6-2, 6-4) pour la troisième fois cette année-là dans une finale majeure, et remporte l’US National Championships. Elle devient la première femme de l’histoire du tennis à réaliser le Grand Chelem calendaire. Un exploit qui n’avait été réalisé qu’une seule fois auparavant dans le tennis masculin, par Donald Budge, en 1938.

Les actrices

  • Maureen Connolly, la grande « Little Mo »

Maureen Connolly est née en 1934 à San Diego, en Californie. Sa première passion est l’équitation. Comme sa famille ne peut pas lui payer les leçons, l’Américaine se met au tennis. Alors qu’elle commence à jouer de la main gauche, son coach lui impose de jouer comme une droitière. Ce changement ne l’empêche pas de devenir une excellente joueuse. Connolly frappe très fort du fond de court. Avec beaucoup de précision, particulièrement côté revers. A 11 ans, elle se voit surnommer « Little Mo » par un journaliste de San Diego. Référence à la puissance de feu d’un navire de l’US Navy, l’USS Missouri, fréquemment appelé « Big Mo ».

Elle participe à l’US National Championships (qui deviendra plus tard l’US Open) pour la première fois en 1949, à l’âge de 14 ans. Elle est éliminée au deuxième tour. En 1950, elle perd au même stade du tournoi. Cela restera la dernière défaite de sa carrière dans un tournoi du Grand Chelem.

A partir de 1951, Little Mo domine le tennis. Elle remporte les 6 tournois du Grand Chelem auxquels elle participe : l’US National Championships (1951, 1952,), l’Open d’Australie (1953), Roland-Garros (1953) et Wimbledon (1952, 1953). En 1953, après avoir remporté les trois premiers tournois majeurs de l’année, elle a l’occasion de réaliser le tout premier Grand Chelem du tennis féminin.

  • Doris Hart, affaiblie mais au sommet

Née en 1925, Doris Hart commence à jouer au tennis à l’âge de 10 ans. Ayant souffert d’ostéomyélite, sa jambe droite est affaiblie. Cela ne l’empêche pas de devenir l’une des plus grandes joueuses de son temps. À ses débuts, elle perd quatre finales de Grand Chelem en simple. Avant de triompher enfin aux Championnats d’Australie en 1949.

Ce premier titre majeur est suivi de trois autres : Roland-Garros (1950, 1952) et Wimbledon en 1951. Cette année-là, au All England Club, Hart remporte les titres en simple, double et double mixte. Elle dispute les finales des trois épreuves le même jour ! Hart a déjà accumulé un total de 12 titres du Grand Chelem en double, ainsi que 10 titres en double mixte.

Le lieu : Le West Side Tennis Club de New York

L’US National Championships a été créé en 1881. Bien qu’il soit le seul Grand Chelem à avoir été disputé sans la moindre interruption depuis ses débuts, le tournoi a changé de site à plusieurs reprises. Les premières éditions se déroulent sur les courts en herbe du Casino de Newport, à Rhode Island. En 1915, l’épreuve s’installe à New York, au West Side Tennis Club, dans le quartier de Forest Hills (avec une parenthèse de 1921 à 1923, où les joueurs s’affrontent à Philadelphie).

L’histoire : Connolly sans pitié pour Hart

En 1953, Maureen Connolly domine outrageusement le tennis féminin. Elle n’a perdu que deux matchs durant toute la saison, et a remporté les trois premiers tournois majeurs de l’année en ne perdant qu’un seul set (en quart de finale de Roland-Garros). A l’US Open, elle peut devenir la première femme à réaliser le Grand Chelem calendaire. 

“Little Mo” se hisse en finale sans perdre un set. En finale, le 7 septembre, elle affronte sa rivale, Doris Hart, qu’elle a déjà battue en finale à Roland-Garros et à Wimbledon, dans ce qu’elles ont toutes deux qualifié de “meilleur match de leur vie” (8-6, 7-5). Hart est l’une des deux seules joueuses à avoir réussi à battre Connolly cette année-là, à l’Open d’Italie (4-6, 9-7, 6-3). Elles sont les premières femmes à s’affronter lors de trois finales majeures la même année.

A Forest Hills, devant 12 000 spectateurs, Connolly ne laisse aucune chance à son adversaire. Elle écrase Hart en 43 minutes, 6-2, 6-4. Son seul moment de doute survient à 4-2 dans le deuxième set. Proche de la victoire, elle laisse son adversaire revenir à 4-4. Elle se ressaisit rapidement, et réalise le premier Grand Chelem de l’histoire du tennis féminin. Au cours des 22 matchs qu’elle a disputés pour réaliser cet exploit, “Little Mo” n’a perdu qu’un seul set. Elle a laissé à ses adversaires une moyenne de trois jeux par match.

La postérité du moment

En 1954, “Little Mo” continuera de dominer le tennis féminin. L’Américaine de 1,65m ajoute deux titres du Grand Chelem à son palmarès : Roland-Garros et Wimbledon. Le 20 juillet 1954, Connolly sera victime d’une blessure à la jambe après avoir été heurtée par un camion, alors qu’elle faisait de l’équitation. Cette blessure mettra fin à sa brillante carrière.

Même si elle ne pourra  plus jouer en compétition, Connolly sera toujours capable de jouer des exhibitions en une seule manche. Elle deviendra ensuite commentatrice à la radio et à la télévision. En 1958, elle gagnera un procès contre la compagnie de transport à laquelle appartenait le camion et obtiendra les plus grandes indemnités jamais accordées dans ce type d’affaire. En 1966, Maureen Connolly découvrira qu’elle souffre d’un cancer des ovaires qui l’emportera en 1969, à l’âge de 34 ans. 

Doris Hart deviendra, elle, la première femme à réaliser un Grand Chelem total : remporter au moins un titre en simple, en double et en double mixte dans chaque Grand Chelem. Elle prendra sa retraite en 1955, après avoir remporté 6 titres majeurs en simple, 14 en double et 15 en double mixte.

Connolly et Hart resteront les seules femmes à s’être affrontées dans trois finales de Grand Chelem en une saison, jusqu’en 1984, date à laquelle Martina Navratilova et Chris Evert réaliseront le même exploit. Les sœurs Williams seront la troisième paire de l’histoire du tennis féminin à faire de même, en 2002. A chaque fois, la même joueuse a remporté les trois finales (Connolly, Navratilova et Serena Williams).

Seules deux autres joueuses égaleront l’exploit de Little Mo en réalisant le Grand Chelem calendaire : Margaret Court, en 1970, et Steffi Graf, qui, en 1988, en plus de gagner sur quatre surfaces différentes, réalisera même un Grand Chelem doré, en ajoutant une médaille d’or olympique aux quatre tournois majeurs. Dans le tennis masculin, deux autres Grands Chelems calendaires seront réalisés. Et par le même homme : Rod Laver, en 1962 et 1969.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *