9 avril 2000 : Le jour où Sampras a gagné blessé un 5e match décisif en Coupe Davis

Pete Sampras n’avait encore jamais disputé de cinquième match décisif en Coupe Davis avant le 9 avril 2000. Malgré une douleur au quadriceps, l’Américain a tenu le coup pour s’imposer contre Slava Dosedel et qualifier les Etats-Unis aux dépens de la République tchèque.

Pete Sampras, On this day

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Une première dans la carrière de Sampras

Le 9 avril 2000, pour la première fois de sa carrière, Pete Sampras dispute un cinquième match décisif dans une rencontre de Coupe Davis, alors que les États-Unis affrontent la République tchèque. L’ancien N.1 mondial, malgré une douleur au quadriceps, domine Slava Dosedel (6-4, 6-4, 7-6) et envoie son équipe en demi-finale, au grand soulagement de son capitaine, John McEnroe.

Les acteurs : Sampras, ancien patron encore costaud, contre le spécialiste de la terre Dosedel

Pete Sampras, né en 1971, a dominé le tennis des années 1990. Après un premier titre du Grand Chelem conquis à l’US Open 1990, où il devient le plus jeune vainqueur de l’histoire du tournoi, aux dépens de son éternel rival Andre Agassi (6-4, 6-3, 6-2), il s’installe à la place de numéro 1 mondial en avril 1993. Sampras termine les six saisons suivantes (1993-1998) à cette place, établissant un record toujours d’actualité. Son jeu de service-volée est particulièrement efficace sur le gazon de Wimbledon, où il décroche six titres entre 1993 et 1999, affichant 46 victoires pour une seule défaite (le seul homme à le terrasser est Richard Krajicek, en quarts de finale de l’édition 1996, 7-5, 7-6, 6-4). Sampras remporte quatre fois l’US Open (1990, 1993, 1995, 1996) et deux fois l’Open d’Australie (1994, 1997), et ne se trouve plus qu’à une longueur du record de Roy Emerson de 13 titres du Grand Chelem. De plus, l’Américain s’impose aussi à quatre reprises au Masters, accumulant un total de 60 titres au long de sa carrière.

Sampras aurait été sans conteste le plus grand joueur de tous les temps n’était sa réelle faiblesse sur terre battue : son meilleur résultat à Roland-Garros est une demi-finale perdue contre Yevgeny Kafelnikov en 1996 (7-6, 6-0, 6-2), et il n’a plus jamais atteint la deuxième semaine du tournoi depuis. En 1999, il paie le prix de ses efforts passés, et joue loin de son niveau habituel lors de la première partie de saison, avant de ressusciter au All England Club, où il empêche Agassi de devenir le premier joueur depuis Björn Borg à réaliser le doublé Roland-Garros-Wimbledon en le battant en finale (6-3, 6-4, 7-5). Après un bel été, où il s’impose à Cincinnati (aux dépens de Patrick Rafter, 7-6, 6-3), une blessure au dos l’empêche de participer à l’US Open. Il se remet juste à temps pour disputer un tournoi avant de remporter le Masters, où il arrive avec le dossard N.5, son plus mauvais classement depuis 1991. En avril 2000, après avoir perdu contre Agassi en demi-finale de l’Open d’Australie (6-4, 3-6, 6-7, 7-6, 6-1), il remporte le Masters 1000 de Miami et redevient numéro 2 mondial.

Le Tchèque Slava Dosedel est né en 1970. Il passe professionnel en 1989 et fait son entrée dans le Top 100 en 1993, année où il atteint sa première finale ATP, à Sao Paulo (battu par Alberto Berasategui, 6-4, 6-3). Il atteint en 1994 le meilleur classement de sa carrière, le 26e rang mondial. Mais il ne remporte le premier de ses trois titres ATP qu’en 1995, à Santiago (en battant Marcelo Rios en finale, 7-6, 6-3). Bien qu’il n’ait jamais disputé de finale sur une autre surface que la terre battue, il obtient sa meilleure performance en Grand Chelem à l’US Open 1999, où il atteint les quarts de finale (défait par Todd Martin, 6-3, 5-7, 6-4, 6-4).

Le lieu : Le Forum d’Inglewood, salle mythique

Le quart de finale de la Coupe Davis 2000 entre les États-Unis et la République tchèque se déroule au Forum, une salle située à Inglewood, en Californie. De 1967 à 1999, elle a été le domicile de la célèbre équipe de basket-ball, les Los Angeles Lakers. Elle a également accueilli de nombreux concerts au fil des ans, avec des artistes tels que Jimi Hendrix, les Rolling Stones ou Paul McCartney qui s’y sont produits.

Forum, Inglewood

L’histoire : Sampras vainqueur malgré une grosse frayeur

En avril 2000, pour un joueur comme Pete Sampras, qui a passé six années à la première place mondiale et qui a déjà accumulé 12 titres du Grand Chelem, il semble difficile d’imaginer une nouvelle expérience. Pourtant, le dimanche 9 avril, pour la première fois de sa carrière, il joue le cinquième match décisif d’une rencontre de Coupe Davis.

Le sextuple champion de Wimbledon ne s’est pas toujours montré très intéressé par la Coupe Davis, bien qu’il ait fait partie de l’équipe américaine victorieuse en 1992 et 1995. En 2000, cependant, John McEnroe, le nouveau capitaine, a exercé une forte pression sur lui et son rival Agassi pour qu’ils participent à sa première campagne. Sampras a tout de même refusé de jouer le premier tour au Zimbabwe. Mais cette fois, en Californie, il n’a aucune excuse valable pour éviter le match contre la République tchèque.

Lors du match d’ouverture, le N.2 mondial subit l’une de ses plus lourdes défaites, battu en trois sets (7-6, 6-3, 6-2) par le 39e mondial, Jiri Novak.

« Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu l’impression d’être surclassé de la sorte », lance-t-il après coup.

Heureusement, Andre Agassi parvient à égaliser en battant Slava Dosedel lors du deuxième match (6-3, 6-3, 6-3). Après la défaite des Américains en double le samedi, le Kid de Las Vegas sauve une nouvelle fois la mise en balayant Novak (6-3, 6-3, 6-1).

C’est maintenant à Sampras de finir le travail. Face à Dosedel, 48e mondial, il est largement favori. Mais dès le troisième jeu, un frisson parcourt le public lorsque l’Américain se blesse visiblement à la jambe. Cependant, son capitaine ne lui laisse pas vraiment l’occasion d’abandonner.

« Je suis retourné à ma chaise et John m’a dit : ‘Serre les dents’, a déclaré Sampras, dans des propos rapportés par le Washington Post. John m’aurait étranglé. Je savais qu’il fallait que je joue quoi qu’il arrive. J’ai pu le voir dans ses yeux quand je lui ai dit que je m’étais blessé à la jambe. Il ne voulait pas en entendre parler… Heureusement, l’adrénaline est une drogue assez étonnante – elle peut me sortir de situations difficiles. »

S’appuyant principalement sur son terrible service, suffisamment efficace ce jour-là pour lui éviter d’être baladé par son adversaire, Sampras maîtrise le match de bout en bout, malgré ce qui sera plus tard diagnostiqué comme une contracture au quadriceps, et l’emporte 6-4, 6-4, 7-6.

« Mon cœur s’est arrêté de battre quelques instants [lorsque Sampras s’est blessé], mais j’ai senti qu’il y avait quelque chose de différent chez Pete aujourd’hui, souffle McEnroe. On aurait dit qu’il était plus prêt à jouer. Le niveau d’énergie était différent ; il était en grande forme dès le début. »

La postérité du moment : Sampras ne sera pas de l’équipe éliminée, Dosedel ne durera pas sur le circuit

Pete Sampras ne fera pas partie de l’équipe américaine en demi-finale, où ses compatriotes seront battus par l’Espagne. Quelques mois plus tard, il remportera le dernier de ses sept titres à Wimbledon, en battant Patrick Rafter en finale (6-7, 7-6, 6-4, 6-2). Il jouera son dernier match à l’US Open 2002, où il battra Agassi en finale (6-3, 6-4, 5-7, 6-4) pour remporter un 14e titre du Grand Chelem.

Slava Dosedel quittera le Top 100 au début de l’année 2001, qui s’avèrera être sa dernière sur le circuit.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *