Paire abandonne contre Ruusuvuori, Sinner tombe de haut à Atlanta

Assommé par la chaleur étouffante, Benoît Paire a été contraint à l’abandon dans le troisième set (4-6, 6-4, 3-0) de son huitième de finale face au Finlandais Emil Ruusuvuori ce jeudi. Pour son retour sur les courts, un mois après son élimination d’entrée à Wimbledon, Jannik Sinner est, lui, tombé de haut. L’Italien a mordu la poussière contre l’inconnu australien Christopher O’Connell, 132eme mondial et issu des qualifications.

La chaleur étouffante d’Atlanta a eu raison de Benoît Paire. Assommé par l’atmosphère caniculaire qui régnait une fois de plus, ce jeudi, en Géorgie, l’Avignonnais a fini par jeter l’éponge dans le troisième set de son huitième de finale contre Emil Ruusuvuori alors que le Finlandais menait 3 jeux à rien (4-6, 6-4, 3-0, 2h02 de jeu). A la fin de la deuxième manche déjà, Paire, proche de la rupture, avait pris de longues minutes pour s’allonger sur son banc, le temps de retrouver de l’air.

Plus exactement, de tenter de retrouver de l’air, car, asphyxié par la moiteur ambiante, il n’y est jamais parvenu. Incapable de marquer davantage que trois points sur les trois jeux suivants en dépit de ce break, Paire n’a eu d’autre choix que d’abandonner. Il ne disputera donc pas son troisième quart de finale de rang après ceux joués à Hambourg et Gstaad ces deux dernières semaines. Le 49eme mondial pourra regretter les deux balles de break qu’il a obtenues à 3-3 dans le deuxième set sans parvenir à profiter de l’occasion alors qu’il menait une manche à zéro.

Car, ensuite, s’il a su écarter trois premières balles en faveur de son adversaire pour recoller à un set partout, il a cédé sur la quatrième et s’est retrouvé embarqué dans cette dernière manche qu’il n’a donc pas terminée. Pas de troisième quart consécutif donc pour Paire, qui avait pourtant mieux démarré la rencontre que Ruusuvuori. Mais c’est ce dernier qui sera opposé pour une place dans le dernier carré à Nick Kyrgios ou Cameron Norrie.

Sinner battu dès son entrée en lice

Il ne fait pas bon être favori dans ce tournoi d’Atlanta. Quelques heures après que le Canadien Milos Raonic, tête de série numéro 1, s’est fait surprendre par l’Américain Brandon Nakashima, 115eme au classement, Jannik Sinner, tête de série numéro 2, a connu le même sort ce jeudi (7-6, 6-4) contre un autre inconnu l’Australien Christopher O’Connell. Pour son retour sur les courts un mois après son élimination dès le premier tour de Wimbledon, le jeune Italien, exempté de premier tour, rêvait forcément d’un autre scénario pour son premier match depuis sa mésaventure londonienne. Malheureusement pour le 23eme mondial, il s’est de nouveau incliné dès ses débuts dans le tournoi. Le tout face au 132eme mondial.

A court de rythme évident, Sinner aurait pourtant pu s’éviter pareille déconvenue s’il avait su concrétiser l’une des trois balles de premier set qu’il a obtenues dans le jeu décisif de la première manche face à l’Australien contraint de remporter deux matchs en qualifications pour accéder au grand tableau. Finalement, O’Connell, qui restait sur une élimination à Hambourg dès les qualifications, a remporté ce tie-break (9-7). Mieux : le joueur de 27 ans a enchaîné en breakant tout de suite Sinner dans la deuxième manche.

 Un break que l’Australien, solide sur ses mises en jeu (9 aces, aucun break ni balle de break contre lui), a ensuite protégé jusqu’au bout pour finalement s’offrir le plus bel exploit de sa carrière à sa troisième balle de match, se qualifiant du même coup pour son premier quart de finale sur le circuit. Sinner, lui, repassera.

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *