30 août 1979 : Le jour où McEnroe et Nastase ont joué l’un des matchs les plus houleux de l’histoire de l’US Open

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 30 août 1979, John McEnroe et Ilie Nastase disputent l’un des matches les plus tumultueux de l’histoire du tennis, au deuxième tour de l’US Open.

30 août 2021
On This Day - 30.08.2020

Ce qui s’est passé jour-là et pourquoi cela a marqué l’histoire du tennis

Le 30 août 1979, John McEnroe et Ilie Nastase disputent l’un des matches les plus tumultueux de l’histoire du tennis, au deuxième tour de l’US Open. Au cours de la partie, après avoir sorti toute sa panoplie de trucs et astuces pour faire sortir McEnroe de ses gonds, Nastase est disqualifié par l’arbitre au début du quatrième set, avant que, devant la réaction du public, le superviseur ne revienne finalement sur cette décision. Des bagarres éclatent même dans les tribunes et la police est appelée en renfort. Au bout du compte, McEnroe s’impose (6-4, 4-6, 6-3, 6-2), et, après que Nastase l’invite contre toute attente à dîner le soir même, il ira jusqu’au bout du tournoi, remportant son premier titre du Grand Chelem dix jours plus tard.

Les acteurs

  • McEnroe, la star montante du tennis

John McEnroe, né en 1959, est l’étoile montante du tennis américain. Le gaucher de New York a ébloui le monde du tennis dès ses premier pas sur le circuit, en 1977, lorsqu’à l’âge de 17 ans, il s’était aligné à Wimbledon en tant qu’amateur pour s’extraire des qualifications et atteindre les demi-finales. « Mac » est extrêmement talentueux. Son jeu est basé sur le toucher de balle et la précision, le tout agrémenté d’un service aussi original qu’efficace, souvent suivi au filet. En 1978, McEnroe parvient en demi-finale de l’US Open, où il est sèchement battu par le numéro 1 mondial, Jimmy Connors (6-2, 6-2, 7-5), et il entame 1979 en remportant le Masters, au mois de janvier, dominant Arthur Ashe en finale (6-7, 6-3, 7-5). Lorsque l’US Open démarre, il est 3e mondial, a déjà remporté sept titres, dont le prestigieux tournoi du Queen’s (aux dépens de Victor Pecci, 6-7, 6-1, 6-1). Mais sa performance la plus remarquée a pour cadre les finales du WCT, à Dallas, où il renverse Björn Borg en personne pour s’adjuger le titre (7-5, 4-6, 6-2, 7-6). McEnroe est célèbre pour son comportement, qui choque à l’époque le monde bien propre et policé du tennis. Ses querelles incessantes avec le corps arbitral dénotent dans un sport dit « de gentlemen ».

John McEnroe - 1981
  • Ilie Nastase, l’ancien numéro un mondial

Ilie Nastase, né en 1946, commence à jouer à l’international en 1966, jouant notamment les doubles avec son compatriote Ion Tiriac, et il obtient ses premiers résultats marquants en 1969, battant des joueurs de haute volée tels que Tony Roche et Stan Smith. Les plus grandes années de sa carrière se situent entre 1971 et 1976. A cette époque, adoré par le public et détesté de la plupart des autres joueurs en raison de son attitude, il atteint tout d’abord la finale de Roland-Garros en 1971, où il est battu par Jan Kodes (8-6, 6-2, 2-6, 7-5). Après une autre grande finale perdue à Wimbledon en 1972 (face à Stan Smith, en cinq sets, 4-6, 6-3, 6-3, 4-6, 7-5), il remporte son premier titre du Grand Chelem à Forest Hills quelques mois plus tard, venant à bout d’Arthur Ashe en finale (3-6, 6-3, 6-7, 6-4, 6-3). L’année suivante, après s’être imposé à Roland-Garros face à Niki Pilic (6-3, 6-3, 6-0), il devient le premier joueur à s’installer au sommet du nouveau classement ATP. Il s’accroche à cette place 40 semaines durant.

Nastase obtient ses meilleurs résultats au Masters, un tournoi qu’il gagne à quatre reprises, en 1971, 1972, 1973 et 1975. Sa dernière grande saison sur le circuit est 1976, où il se hisse en finale de Wimbledon (battu par Björn Borg, 6-4 6-2 9-7), avant d’atteindre sa dernière demi-finale de Grand Chelem à l’US Open (encore une fois battu par Borg, 6-3 6-3 6-4). Nastase décline ensuite progressivement, et il quitte le top 20 en 1978. Nastase est connu pour faire le spectacle. Mais son comportement imprévisible ne plaît pas toujours à ses pairs, et, bien que les foules apprécient généralement ses pitreries, il se voit attribuer les surnoms de « Nasty » (« méchant ») et de « bouffon de Bucarest ». Contestant en permanence les décisions des arbitres, il est capable d’imiter ses adversaires, mais aussi de les narguer sans le moindre respect jusqu’à ce qu’ils craquent.

Le lieu : L’US Open, à Flushing Meadows

L’US Open (appelé US Nationals avant 1968 et le début de l’Ère Open) a été créé en 1881. Bien qu’il soit le seul Grand Chelem à avoir été disputé sans la moindre interruption depuis ses débuts, le tournoi a changé de site à plusieurs reprises au fil des ans. Les premières éditions se déroulent sur les courts en herbe du Casino de Newport, à Rhode Island, puis en 1915, l’épreuve s’installe à New York, au West Side Tennis Club, dans le quartier de Forest Hills, jusqu’en 1977 (avec une parenthèse de 1921 à 1923, où les joueurs s’affrontent à Philadelphie). De 1975 à 1977, le tournoi se dispute sur terre battue.

En 1978, l’US Open quitte le West Side Tennis Club, désormais trop petit pour accueillir un événement d’une telle importance, pour l’USTA National Tennis Center, situé à Flushing Meadows, à New York. Par la même occasion, le tournoi se dispute à présent sur surface dur. Le Tennis Center est l’un des plus grands complexes de tennis au monde et son court central est le Stade Louis Armstrong, d’une capacité de 14 000 places.

L’histoire : McEnroe et Nastase, deux bad boys au combat

Le 30 août 1979, le deuxième tour entre John « le sale gosse » McEnroe et Ilie Nastase « le méchant », est prévu comme l’attraction principale de la session nocturne, et tout le monde s’attend à ce que le match soit animé. Personne n’a cependant prévu le chaos qui allait s’ensuivre et faire de ce match l’un des plus célèbres de l’histoire du tournoi : une disqualification, une réhabilitation, le remplacement de l’arbitre ainsi que des bagarres entre supporters.

A l’époque, le jeune McEnroe, 20 ans, 3e mondial, est l’un des favoris du tournoi, tandis que Nastase, 33 ans, est sur le déclin et a déjà quitté le Top 20. Pourtant, le premier numéro 1 mondial de l’histoire du classement ATP n’a pas l’intention de se laisser faire par le jeune homme, et il est prêt à tout pour rendre la vie difficile à McEnroe.

“J’étais fatigué, expliquera Nastase, quarante ans plus tard, au New York Times. J’avais 33 ans et je ne jouais plus tant que ça. Il avait 20 ans. Il fallait que je sorte le grand jeu.

C’est ainsi que « Nasty », le méchant, parodiant le célèbre comportement de McEnroe, conteste sans cesse les annonces des arbitres. Il va jusqu’à se plaindre à l’arbitre de chaise, Mike Hammond, des avions qui survolent le stade, lui demandant d’appeler la tour de contrôle de l’aéroport La Guardia pour mettre les décollages en suspens. McEnroe essaie tant bien que mal de garder son calme, mais il est clairement agacé de se retrouver au milieu de ce cirque. A un moment, un McEnroe à bout de nerfs finit par traiter son adversaire de « fils de pute », ce à quoi Nastase réplique en s’adressant à l’arbitre : « Dites-lui de m’appeler Monsieur Fils de pute. »

Ilie Nastase at Wimbledon in 1980
Ilie Nastase at Wimbledon in 1980 © Imago / PanoramiC

Pendant ce temps, dans les tribunes, l’excitation monte à chaque nouvelle singerie de Nastase. “Jouer des matches en nocturne était assez nouveau, et c’est ce qui en faisait tout l’attrait. Les gens sortaient du travail, ils pouvaient se détendre un peu, boire quelques verres et ensuite ils pouvaient devenir bruyants et un peu fous. C’est ce qui s’est passé”, se rappellera McEnroe.

Les événements dérapent au début de quatrième set, alors que le gaucher mène 2-1, lorsque Nastase pousse le bouchon trop loin. Considérant que Mac met trop de temps à servir, il s’allonge à même le ciment. Cette fois, Hammond, qui lui a déjà donné un avertissement, inflige au Roumain un jeu de pénalité : 3-1 pour McEnroe. Le public sort alors de ses gonds, huant et jetant des canettes vides sur le court, alors que Nastase refuse de reprendre le jeu. Les fans chantent « deux-un, deux-un ». Après un quart d’heure de flottement, Hammon finit par prendre la décision de disqualifier l’ex-numéro 1 mondial. “Jeu, set et match, McEnroe.”

“Quand ils ont entendu ça, les gens sont devenus fous, raconte Nastase. Ils voulaient voir le match. Ils avaient payé leurs places. Ils ne voulaient pas que je sois disqualifié.

Dans les gradins du Stade Louis Armstrong, des bagarres éclatent à présent entre des spectateurs surexcités et, il faut le dire, assez alcoolisés. Certains essaient même d’envahir le court, stoppés par l’intervention de la police. Pour mettre un terme au chaos, il faut prendre des décisions, et vite. Bill Talbert, directeur du tournoi, décide alors de requalifier Nastase, et de remplacer le pauvre Mike Hammond.

Lorsque le jeu reprend enfin, McEnroe conclut rapidement le match en remportant la quatrième manche, 6-2.

L’histoire ne s’arrête pas là pour autant. Plus tard, dans les vestiaires, Mac voit Nastase venir vers lui, accompagné de deux jeunes femmes.

“J’avais vraiment envie de le frapper parce que je trouvais qu’il avait fait de notre match une parodie de tennis, racontera ensuite McEnroe. Et alors que j’allais lui sauter dessus, il m’a dit ‘Hey, MacAroni – il m’appelait comme ça – où est-ce qu’on va dîner ? Et soudain, on est passé de ‘je vais lui tordre le cou’, à passer la soirée ensemble au Patrick’s Pub.

La postérité du moment

McEnroe remportera le premier de ses quatre titres à l’US Open dix jours plus tard, aux dépens de son voisin new-yorkais Vitas Gerulaitis (7-5, 6-3, 6-3). 

Après ce duel chaotique, les instances du tennis renforceront le code de conduite, déjà instauré en 1975 en raison des frasques de Nastase et Connors.

Bien que l’on assistera, les années suivantes, à de nombreuses colères sur les courts de tennis, et que la guerre psychologique aura de beaux jours devant elle, aucun match n’atteindra le degré de folie de l’affrontement entre McEnroe-Nastase, en cette soirée du 30 août 1979.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *