Impatient de se lancer à l’assaut du Grand Chelem, Djokovic ne veut pas se mettre de pression supplémentaire

Si Novak Djokovic s’est dit extrêmement motivé et impatient à l’idée d’en découdre à l’US Open, où il visera un Grand Chelem historique, le Serbe a aussi déclaré qu’il ne voulait pas trop penser aux enjeux. Pour ne pas en rajouter…

On avait quitté Novak Djokovic essoré, abattu même, après les Jeux Olympiques de Tokyo dont il était sorti sans la moindre médaille, début août. On l’a retrouvé reposé et apaisé vendredi à l’US Open où le Serbe a donné une conférence de presse très attendue, quelques jours avant de se lancer à l’assaut d’un Grand Chelem historique.

Evidemment questionné d’entrée sur cette perspective, le N°1 mondial n’a pas cherché de faux-fuyants. “Oui, évidemment, boucler le Grand Chelem serait le plus grand accomplissement de sa carrière”, a-t-il annoncé en préambule, des étoiles plein les yeux. J’ai conscience de l’énorme opportunité qui s’offre à moi, ici à New York où j’ai souvent très bien joué. Je ne vais pas mentir, c’est une perspective qui m’inspire et me motive incroyablement, en tant que fan de tennis et de l’histoire de ce sport. J’ai hâte d’y être, d’y jouer mon meilleur tennis. Et en même temps, je sais que je devrais surtout me concentrer à jouer une balle après l’autre.”

Djokovic a conscience qu’il aura la lumière des projecteurs entièrement braquée sur lui, a fortiori en l’absence de Roger Federer et Rafael Nadal. Mais il semble s’en délecter plus qu’autre chose, tout en admettant que même sans ses éternels rivaux du Big Three, la concurrence sera très forte, avec des adversaires qu’il a clairement identifiés : “Daniil Medvedev, Alexander Zeverev et Stefanos Tsitsipas”. Sans surprise…

“Ma préparation pour l’US Open a été bonne”

L’idée est pour Nole de ne pas en rajouter en termes de pression. S’il a martelé sa nouvelle maxime selon laquelle celle-ci est un privilège, le Serbe sait qu’il y a tout de même des limites. “Je ne veux pas me dire que c’est maintenant ou jamais parce que je pense que j’aurais d’autres opportunités de gagner des Grands Chelems. Je ne veux pas me mettre une pression supplémentaire. Il y en a suffisamment comme ça, de moi-même et de l’extérieur.”

Enfin, last but not least, Novak Djokovic a donné des nouvelles rassurantes de son état de forme, lui qui n’était plus réapparu sur le circuit depuis son échec olympique. “Ma préparation pour l’US Open a été bonne, je me sens bien sur le court. Le plan, à la base, était de jouer à Cincinnati mais j’étais trop épuisé. Les Jeux, même s’ils se sont malheureusement achevés sans médaille, ont été une belle expérience à vivre, très enrichissante. On en ressort avec beaucoup de choses positives.”

Novak Djokovic ne perd jamais. Soit il gagne, soit il apprend. Mais à l’US Open, une défaite, si elle arrive, lui fera sans doute plus mal que n’importe quelle autre dans sa carrière.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *