Mrva, le talent tchèque qui se hisse toujours au niveau de son adversaire, remporte les Petits As

Fan de Nick Kyrgios et doté d’un bras exceptionnel, le Tchèque Maxim Mrva a remporté les Petits As 2021 après avoir roulé sur le solide Italien Federico Cina en finale (6-3, 3-6, 6-0). En passant par des hauts et des bas, comme toujours.

Il est numéro de sa catégorie au classement Tennis Europe. Il était tête de série numéro un à Tarbes. Rien d’exceptionnel à ce que le Tchèque Maxim Mrva ait été, dimanche, le vainqueur du Tournoi des Petits As 2021, mondial officieux des moins de 14 ans. Ce succès contre l’Italien Federico Cina (6-3, 3-6, 6-0) cristallise une hiérarchie qui est assez claire chez les joueurs nés en 2007 cette année.

Mrva et Cina sont considérés comme les meilleurs de leur catégorie sur le circuit Tennis Europe, d’assez loin. La présence haut placée de plusieurs Russes en haut du classement (Derepasko, Gorin) est surtout liée aux restrictions de déplacement qui ont empêché plusieurs joueurs d’Europe occidentale de jouer les tournois à l’Est cette année.

Mrva a battu Cina trois fois cette année

C’est la troisième fois cette année que Mrva domine Cina, tête de série n°3. Il n’y a forcément pas de hasard, même si le tennis rigoureux et méthodique de l’Italien, grand, puissant, sans vrai point faible, semblait taillé sur mesure pour gêner l’inconstant Mrva. « Oui mais il n’aime pas mon jeu » a commenté Mrva après la finale. « Cina aime donner de la vitesse, mais c’est quelque chose que je sais faire aussi et ça le gêne. »

Mrva a mené un set à zéro (6-3) et un break (1-0) au début du deuxième set. Mais comme souvent, il s’est mis au niveau de son adversaire, s’est déconcentré, s’est retrouvé mené 4-1 avant de céder la manche 6-3. « Au début du troisième, je me suis dit que je devais m’engager totalement ». Résultat : 6-0, grâce à ce relâchement exceptionnel qui confère à son jeu un caractère atypique, qui rappelle l’un des grands modèles de Mrva, l’Australien Nick Kyrgios.

Maxim Mrva, doté d’un bras exceptionnel, distribue régulièrement des amorties.

Comme lui, Mrva se nourrit du public. Le harangue au moindre point gagnant. Repère les sceptiques au premier rang qui trouvent qu’il en fait trop, pour mieux les consulter du regard et du doigt à chaque nouveau coup magistral. Le Tchèque reconnaît qu’il aime viser les coups gagnants sur les balles de match et que son sens du spectacle peut parfois le mettre dans le pétrin. “S’il commet deux ou trois fautes consécutives, cela l’affecte, et il ne revient dans le match que petit à petit”, constate son coach Tomas Vales

4 balles de match sauvées en quart de finale

En quart de finale, face à l’Allemand Justin Engel, Mrva s’est justement dépêtré de quatre balles de match, dont trois consécutives, en alignant trois points gagnants, à l’issue d’une rencontre remplie de ces “ups and downs” si caractéristiques (6-7, 7-6, 6-0). « Après ce match, je savais que j’allais gagner le tournoi », a souri Mrva dans notre dernière conversation de la semaine.

Comme la plupart des joueurs de sa catégorie, Mrva va désormais tenter sa chance dans le grand bain du circuit junior ITF des moins de 18 ans. Ce sera un moment de vérité pour ce joueur plus brillant en compétition qu’à l’entraînement. Son entraîneur, Tomas Vales, se dit curieux de voir quel niveau d’engagement Mrva mettra dans son tennis si le passage en catégorie supérieure accroissait son nombre de défaites précoces.

L’autre modèle de Mrva est Dominic Thiem, monstre de travail qui a tout donné pour réaliser son rêve de victoire en Grand Chelem. S’il trouvait l’équilibre entre les deux approches, celle de Kyrgios et celle de Thiem, Mrva pourrait être un joueur de tennis phénoménal. Mais comme tous les joueurs de la génération 2007 vus cette semaine à Tarbes dans un calendrier iconoclaste (le tournoi a lieu en janvier, normalement), il est à la fois très proche et très loin de ses rêves.

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *