4 août 1973 : le jour où les Etats-Unis et le Chili ont joué le set le plus long de l’histoire de la Coupe Davis

3h45 pour un seul set, c’est ce qui s’est passé le 4 août 1973 lors d’une rencontre de Coupe Davis entre les Etats-Unis et le Chili.

4 August 2021

Ce qui s’est passé ce jour-là et pourquoi c’est historique : 3h45… pour un seul set !

Ce jour-là, le 4 août 1973, lors d’une rencontre entre les États-Unis et le Chili, Stan Smith et Erik van Dillen perdent le plus long set de l’histoire de la Coupe Davis, au profit de Jaime Fillol et Patricio Cornejo. Après 3 heures et 45 minutes de jeu, l’équipe chilienne remporte le deuxième set, 39-37, pour prendre une avance de deux sets à rien. Cependant, Smith et van Dillen ne se laissent pas abattre et remportent ensuite le troisième set, avant que le match ne soit interrompu par l’obscurité à 5-1 pour les USA dans le quatrième set.

Les personnages : Stan Smith – Erik van Dillen et Jaime Fillol – Patricio Cornejo

  • Stan Smith, l’un des meilleurs du monde

Stan Smith est né en 1946 en Californie du Sud. Enfant, il se propose comme ramasseur de balles pour une rencontre de Coupe Davis, mais il n’est pas retenu, les organisateurs le jugeant trop maladroit. Pourtant, quelques années plus tard, Smith représente l’Université de South California en championnat universitaire, et en 1968, il se lance sur le circuit. En septembre 1971, il a déjà gagné 11 tournois, dont l’Open de Stockholm 1970 où il domine Arthur Ashe (5-7, 6-4, 6-4), le Masters de Tokyo 1970 où il bat Rod Laver (4-6, 6-3, 6-4) et le tournoi du Queen’s 1971 où il vient à bout de John Newcombe (8-6, 6-3). Trois semaines après son triomphe au Queen’s, Newcombe prend sa revanche sur Smith à l’occasion d’une finale très disputée à Wimbledon (6-3, 5-7, 2-6, 6-4, 6-4). Quelques semaines plus tard, Stan Smith remporte son premier titre du Grand Chelem à Forest Hills, après avoir battu Jan Kodes en finale (3-6, 6-3, 6-2, 7-6). C’est la première fois qu’une finale de l’US Open se conclut par un tie-break, règle qui n’a été instaurée qu’en 1970. En 1972, il s’adjuge un deuxième titre majeur à Wimbledon, venant à bout d’Ilie Nastase (4-6, 6-3, 6-3, 4-6, 7-5), et, aux yeux de beaucoup d’experts, il est le meilleur joueur au monde. Cependant, en 1973, son emprise sur le circuit n’est déjà plus la même.

Stan Smith, 1972 Wimbledon champion
Stan Smith, 1972 Wimbledon champion
  • Erik van Dillen, l’homme du double

Erik van Dillen, né en 1951, obtient sa première victoire notable en 1968, à Boston, lorsqu’il domine Charlie Pasarell, alors n°1 américain. Bien qu’il soit un bon joueur de simple, il est surtout connu pour être un excellent joueur de double, ayant atteint la finale de l’US Open en 1971 et celle de Wimbledon en 1972, à chaque fois avec Stan Smith.

  • Jaime Fillol et Patricio Cornejo, un double redoutable

Jaime Fillol, né en 1946, obtient ses premiers résultats en 1968, avant l’ère Open, en remportant son premier titre à Indianapolis (aux dépens de Cliff Richey, 6-1, 7-5, 6-2), avant d’être diplômé de l’Université de Miami en 1969. En août 1973, il a déjà remporté quatre titres en simple depuis le début de l’ère Open. Fillol est également un bon joueur de double, où, associé à son compatriote Patricio Cornejo, il atteint la finale de Roland-Garros en 1972 (battus par Bob Hewitt et Frew McMillan, 6-3, 8-6, 3-6, 6-1). 

Le lieu : North Little Rock

La finale de la phase inter-zone des Amériques de la Coupe Davis 1973 se déroule sur dur au Burns Park Tennis Center, à North Little Rock, Arkansas. Le lieu peut accueillir jusqu’à 4 000 spectateurs pour cette occasion spéciale.

L’histoire : Un 39-37 historique

En 1973, l’équipe américaine de Coupe Davis est quintuple tenante du titre, et même la fin de la règle du Challenge Round, en 1972, n’a pas empêché les joueurs américains de triompher. Cette fois, après avoir battu le Mexique, ils sont les grands favoris fae au Chili pour se qualifier pour la zone dite inter-zonale (le tableau final). Le premier jour, Tom Gorman bat Jaime Fillol (17-15, 6-4, 4-6, 6-3) et Stan Smith s’impose face à Patricio Cornejo pour permettre à son équipe de mener 2-0 (7-9, 6-2, 8-6, 6-4). 

Le 4 août, lorsque Fillol et Cornejo entrent sur le court pour jouer le double, ils n’ont d’autre choix que de gagner s’ils veulent rester en vie dans cette rencontre. Ils se montrent à la hauteur de l’enjeu, jouant à un très haut niveau pour arracher le premier set, 9-7. Mais c’est le deuxième set de ce match qui restera dans l’histoire du tennis : les équipes restent au coude-à-coude pendant trois heures et 45 minutes ! Les Chiliens réalisent le break à trois reprises, mais ils ne parviennent jamais à conserver l’avantage – pendant ce temps, les Américains manquent la bagatelle de 12 balles de set. Fillol et Cornejo parviennent une nouvelle fois à prendre le service adverse à 37-37, et cette fois, Fillol a gagné son jeu de service blanc pour conclure le set.

Après avoir perdu un set aussi long et dramatique, l’équipe américaine aurait pu s’effondrer. Cependant, un soutien bienvenu leur vient alors du public, en réponse à un groupe de bruyants supporters chiliens, comme le raconte Smith au New York Times :

“C’était comme s’il y avait 10 cheerleaders qui les menaient à l’unisson. C’était la chose la plus extraordinaire que j’aie jamais entendue. Cela nous a permis de rester dans le match”, explique Smith. “Ce public nous a donné envie de gagner. C’est le meilleur public pour lequel nous avons joué aux États-Unis. Ce n’était pas un public odieux comme nous l’avons vu dans d’autres pays – juste un public poli, qui nous soutenait.”

Smith et van Dillen remportent le troisième set, 8-6, et dans le quatrième set, leurs adversaires semblent à bout de forces. Cependant, alors que l’équipe américaine mène 5-1, le match est arrêté alors que la nuit tombe sur North Little Rock, donnant aux Chiliens l’opportunité de prendre un peu de repos avant le cinquième set.

La postérité du moment : Les Etats-Unis s’en sortiront mais perdront en finale

Le lendemain, grâce notamment à un Stan Smith très inspiré, les Américains ne laisseront pas à leurs adversaires l’occasion de les pousser dans un set décisif à rallonge. En 20 minutes, Smith et van Dillen empocheront le quatrième set, 6-1, puis le cinquième set, 6-3. 

Malgré son épuisement et le fait que la rencontre était perdue, Cornejo jouera un dernier match de simple contre Tom Gorman, qu’il perdra sèchement, 6-3, 6-1, 6-1.

Les États-Unis connaîtront la défaite pour la première fois en six ans lors de la finale de la Coupe Davis 1973. Les Australiens Rod Laver et John Newcombe ne leur laisseront aucune chance, remportant une impressionnante victoire 5-0.

Si Stan Smith demeurera célèbre plusieurs décennies après sa retraite en raison des célèbres chaussures Adidas portant son nom. Jaime Fillol sera l’un des membres fondateurs de l’ATP Tour, créant le premier plan de retraite de l’ATP. Son petit-fils, Nicolas Jarry, né en 1995, deviendra lui aussi un joueur professionnel, atteignant le 38e rang mondial en 2019.

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *