16 septembre 2007 : Le jour où la jeune maman Davenport a remporté le tournoi de Bali

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 16 septembre 2007, Lindsay Davenport, tout juste maman, s’adjuge le tournoi WTA de Bali, en s’imposant face à Daniela Hantuchova.

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Héroïque Lindsay Davenport

Ce jour-là, le 16 septembre 2007, Lindsay Davenport s’impose à Bali, le premier tournoi auquel elle participe après avoir donné naissance à son fils, Jagger, trois mois auparavant. Pour remporter le titre, l’ancienne numéro 1 mondiale élimine la 3e mondiale, Jelena Jankovic, en quarts de finale, avant de battre en finale Daniela Hantuchova, 12e mondiale (6-4, 3-6, 6-2). Même si son spectaculaire come-back se poursuivra avec trois nouveaux titres, l’Américaine ne retrouvera jamais le top 10 mondial. Elle prendra même sa retraite à la fin 2008, enceinte de son second enfant.

Les acteurs

Lindsay Davenport, top 5 affirmée

Lindsay Davenport est née en 1976. Elle devient professionnelle en 1993, saison au cours de laquelle elle remporte son premier tournoi à Lucerne. Elle atteint également les huitièmes de finale de l’US Open et domine Gabriela Sabatini, 6e mondiale, à Philadelphie (6-4, 6-2), terminant l’année à la 20e place mondiale. En 1994, elle entre dans le top 10 et parvient en finale au Masters de fin d’année (battue par Sabatini, 6-3, 6-2, 6-4). Mais, en 1995, perturbée par des problèmes familiaux, elle prend beaucoup de poids et ne parvient pas à rester dans le top 10. L’année suivante, elle travaille beaucoup sa condition physique et remporte aux Jeux Olympiques d’Atlanta le plus grand titre de sa carrière, battant en finale Arantxa Sanchez (7-6, 6-2).
   

En 1997, elle gagne pas moins de six tournois, et atteint les demi-finales de l’US Open, battue par Martina Hingis (6-2, 6-4). Elle se hisse sur le toit du monde en 1998, devenant numéro 1 mondiale à l’issue d’une saison fantastique où elle dispute les demi-finales à l’Open d’Australie ainsi qu’à Roland-Garros, avant de remporter son premier tournoi du Grand Chelem à l’US Open, où elle prend sa revanche sur Hingis (6-3, 7-5). En 1999 et 2000, elle ajoute deux titres majeurs à son palmarès, Wimbledon 1999 (aux dépens de Steffi Graf, 6-4, 7-5) et l’Open d’Australie 2000 (où elle bat à nouveau Hingis le dernier jour, 6-1, 7-5). Au cours des années suivantes, Davenport se maintient dans le top 5, terminant première mondiale à l’issue des saisons 1998, 2001, 2004 et 2005. Elle ne parvient pas à remporter de quatrième titre en Grand Chelem, malgré quatre finales et six demi-finales atteintes. En décembre 2006, son agent annonce qu’elle est enceinte, et le monde du tennis se demande si elle reviendra un jour sur le circuit.

Daniela Hantuchova, poil à gratter tchèque

Daniela Hantuchova est née en 1983. Elle intègre le top 100 en 2001, mais c’est en 2002, saison qui restera d’ailleurs la meilleure de sa carrière, qu’elle se révèle. Cette année-là, 26e mondiale, elle s’impose de manière inattendue à Indian Wells, battant au passage Justine Henin, 7e mondiale, en huitièmes de finale (6-3, 6-3) et la 4e mondiale Martina Hingis en finale 6-3, 6-4). Plus tard, elle se hisse en quarts de finale à Wimbledon et à l’US Open, sèchement battue à chaque fois par Serena Williams.

En janvier 2003, elle grimpe à la 5e place mondiale, le meilleur classement de sa carrière, après avoir disputé les quarts de finale de l’Open d’Australie (éliminée par Venus Williams, 6-4, 6-3). Par la suite, elle ne parvient pas à se maintenir dans le top 10, et elle plonge même à la 62e place mondiale fin 2004. De retour dans le top 20 en 2005 et 2006, elle ne parvient pas à dépasser les huitièmes de finale en Grand Chelem. En 2007, elle remporte le deuxième tournoi de sa carrière, à nouveau à Indian Wells, aux dépens de Svetlana Kuznetsova (6-3, 6-4). Au mois de septembre, elle est 12e mondiale.

Le lieu : Bali

L’Open d’Indonésie a été créé en 1994. Disputé sur dur après l’US Open, il a été organisé à différents endroits au fil du temps, d’abord à Surabaya, puis à Kuala Lumpur, avant d’atterrir à Bali en 2001. Les noms les plus célèbres figurant au palmarès sont Elena Dementieva (2003), Svetlana Kuznetsova (2004) et Lindsay Davenport (2005).

L’histoire : La maman Davenport triomphe

Lors de la grossesse de Lindsay Davenport, les spéculations sont allées bon train au sujet de son éventuel retour sur le circuit. En juillet 2007, un mois après la naissance de son fils Jagger, elle annonce son retour en septembre. Elle s’organise seulement trois tournois jusqu’à la fin de la saison, avant un come-back à temps plein en 2008.

Le premier des trois tournois prévus est Bali. Lors de son premier match, l’ancienne numéro 1 mondiale rassure ses fans : ses violentes frappes de fond de court sont encore assez précises pour écarter sans encombre Eleni Daniilidou (36e mondiale), 6-2, 6-2. En quarts de finale, elle se retrouve face à un défi bien plus compliqué : Jelena Jankovic, 3e mondiale, demi-finaliste à Roland-Garros et quart de finaliste à l’US Open. Malgré la perte du deuxième set, Davenport passe l’obstacle, 6-4, 2-6, 6-2. Après une demi-finale facilement gagnée contre Sara Errani, 90e mondiale (6-1, 6-3), elle doit affronter Daniela Hantuchova en finale. La Slovaque, qui avait commencé l’année avec une belle victoire à Indian Wells, n’a pas été brillante ces dernières semaines. A Bali, elle n’a pas croisé la moindre joueuse du top 100 sur le chemin de la finale. 

Avec deux joueuses aux styles diamétralement opposées, un jeu de stratégie intéressant se déploie lors de la finale. Alors qu’Hantuchova essaie de faire bouger Davenport le plus possible pour l’empêcher de diriger le jeu, l’Américaine essaie de raccourcir les échanges le plus possible. Après qu’elles se sont partagé les deux premiers sets, la championne de l’US Open 1998 étouffe son adversaire de toute sa puissance au dernier set, bouclant le match, 6-4, 3-6, 6-2.

« Ca me dépasse un peu, c’est très excitant », déclare Davenport, selon reuters.com. « Bien sûr, puisque c’était mon premier tournoi, je ne savais pas comment je tiendrais le coup physiquement et je vous jure que c’est probablement le premier tournoi depuis quatre ans que j’ai joué sans avoir aucune douleur en bas du corps. Je pense que cela a beaucoup à voir avec l’enthousiasme d’être de retour, et la fraîcheur. Mais je n’aurais jamais cru que ça se passerait comme ça, alors, je suis un peu sous le choc. »

La postérité du moment : Une retraite définitive en fin d’année

Au cours des semaines suivantes, Davenport atteindra les demi-finales à l’Open de Chine (battue cette fois par Jankovic, 6-3, 7-5), et elle remportera un deuxième tournoi à Québec (aux dépens de Julia Vakulenko, 6-4, 6-1). Elle commencera 2008 avec deux nouveaux titres, à Auckland et Memphis, mais le reste de sa saison ne sera pas à la hauteur de ce début prometteur, et elle n’obtiendra aucun grand résultat en Grand Chelem. A la fin de l’année, elle annoncera être enceinte à nouveau, et cette fois, elle ne rejouera plus en simple sur le circuit. Au total, l’Américaine aura remporté 55 tournois, dont trois en Grand Chelem, et occupé la première place mondiale 98 semaines durant.

Hantuchova atteindra les demi-finales de l’Open d’Australie 2008 (battue par Ana Ivanovic, 0-6, 6-3, 6-4). Elle quittera ensuite le top 20, et n’obtiendra plus de résultat notable en majeur avant un quart de finale disputé à l’US Open 2013 (perdu contre Viktoria Azarenka, 6-2, 6-3). En janvier 2016, Hantuchova sortira du top 100, avant de prendre sa retraite en 2017.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *