23 novembre 1997 : le jour où Novotna a remporté le Masters

Le 23 novembre 1997, Jana Novotna domine Mary Pierce en finale du Masters (7-6, 6-2, 6-3) et remporte ainsi le premier grand titre de sa carrière.

Jana Novotna, On this day

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Premier titre majeur pour Jana Novotna

Ce jour-là, le 23 novembre 1997, Jana Novotna domine Mary Pierce en finale du Masters (7-6, 6-2, 6-3) et remporte ainsi le premier grand titre de sa carrière. La Tchèque fait partie des meilleures mondiales depuis plusieurs années, mais lors des grandes occasions, elle a souvent craqué au moment crucial. La confiance qu’elle engrange grâce à ce succès sera probablement à l’origine de son premier et unique triomphe en Grand Chelem, six mois plus tard, à Wimbledon 1998.

Les personnages :

Jana Novotna, un mental en question

Jana Novotna est née en Tchécoslovaquie en 1968. Adepte du service-volée, elle intègre le top 100 en 1987, avant de remporter son premier tournoi en 1988 à Adelaïde, aux dépens de Jana Pospisilova (7-6, 6-4). Elle réussit sa première performance en Grand Chelem à Roland-Garros en 1989, battue en quarts de finale par Arantxa Sanchez (6-2, 6-2), et se maintient dans le top 10 au cours des années suivantes. Malgré sa régularité au plus haut niveau, elle lutte souvent avec ses émotions dans les matches à fort enjeu, et elle échoue à trois reprises en finale de Grand Chelem, la première fois à l’Open d’Australie 1991 (face à Monica Seles, 5-7, 6-3, 6-1), puis à Wimbledon 1993 (contre Steffi Graf, 7-5, 1-6, 6-4) et 1997 (contre Martina Hingis, 2-6, 6-3, 6-3). Sa défaite face à Graf en 1993 marque les esprits : alors qu’après la perte du set, Novotna avait pris l’avantage, 6-1, 4-1, elle s’effondre et s’incline 6-4. Lors de la remise des prix, elle fond en larmes dans les bras de la Duchesse de Kent. En 1995, au troisième tour de Roland-Garros, elle perd contre Chanda Rubin après avoir mené 5-0, 0-40 au dernier set et gâché 9 balles de match. Beaucoup d’observateurs pensent alors que, malgré son superbe tennis, elle n’a pas le mental pour gagner des grands tournois. Novotna a un palmarès bien plus fourni en double, où elle a déjà accumulé 9 titres du Grand Chelem et atteint la première place mondiale en 1990.

Jana Novotna, Wimbledon 1998

Mary Pierce, vainqueure en Grand Chelem

Mary Pierce est née en 1975 à Montréal, au Canada, mais elle a choisi de représenter la France, le pays de sa mère. A l’époque, elle est la plus jeune joueuse de l’histoire à faire ses débuts professionnels, à l’âge de quatorze ans et deux mois, mais c’est en 1991 qu’elle atteint le plus haut niveau en remportant son premier titre à Palerme avant de terminer l’année à la 26e place mondiale. Le début de sa carrière est fortement marqué par le comportement violent de son père, Jim, qui, en 1993, amène la WTA à l’interdire de stade, et amène Mary à demander une ordonnance restrictive à son encontre.

Au cours des deux saisons suivantes, elle gagne s’adjuge quatre tournois supplémentaires et, après avoir atteint les quarts de finale à l’Open d’Australie 1993, elle parvient en finale de Roland-Garros en 1994. Avant de s’incliner face à Arantxa Sanchez (6-4, 6-4), elle balaie la numéro 1 mondiale, Steffi Graf, en demi-finale (6-2, 6-2), en livrant l’une des performances les plus impressionnantes de l’histoire du tournoi. Quelques mois plus tard, Pierce devient la première Française à triompher en Grand Chelem depuis François Dürr (Roland-Garros 1967), prenant sa revanche sur Sanchez en finale (6-3, 6-2). Après une année 1996 gâchée par les blessures, mais en 1997, elle dispute une deuxième finale à Melbourne, mais cette fois, elle est sèchement battue par la prodige suisse, Martina Hingis (6-2, 6-2). Cette même année, elle mène la France à la victoire en Fed Cup, et au mois de novembre, elle est 7e mondiale.

Mary Pierce, Roland-Garros 2000

Le lieu : le Madison Square Garden de New York

Le Masters féminin, officiellement nommé Virginia Slims Championships, a été créé en 1972. Sa première édition à lieu à Boca Raton, en Floride, et le tournoi se déplace ensuite à Los Angeles puis Oakland avant de s’installer pour de bon à New York en 1979. Là, le tournoi se déroule au Madison Square Garden, qui peut accueillir 18 000 spectateurs. En 1994, les 16 meilleures joueuses du monde sont qualifiées pour le Masters, et le tournoi est constitué d’un tableau à élimination directe. De 1984 à 1998, c’est la seule épreuve féminine où la finale se dispute au meilleur des cinq manches. Martina Navratilova y détient le record du nombre de titres avec pas moins de 8 victoires.

L’histoire : Enfin un grand titre pour Novotna

A l’entame de la finale de ce Masters 1997, Jana Novotna devrait s’imposer comme la favorite face à Mary Pierce. 2e mondiale, elle a atteint la finale de Wimbledon quelques mois plus tôt, et ses antécédents face à la Française sont sans appel : en quatre rencontres, elle n’a jamais perdu un set.

Toutefois, les experts savent que Novotna n’a jamais réussi à remporter le moindre titre majeur, malgré les trois finales déjà disputées par le passé. A l’inverse, Pierce a déjà triomphé en Grand Chelem, à l’Open d’Australie 1999, et elle semble en grande forme après sa victoire sur la n°1 mondiale, Martina Hingis, en quarts de finale (6-3, 2-6, 7-5).

Au premier set, Novotna doit écarter deux balles de set sur son service à 5-6, mais elle parvient à emmener son adversaire dans un tie-break qu’elle remporte, 7-4. Au premier du jeu du deuxième set, Novotna sauve encore deux balles de break, mais finit par tenir sa mise en jeu après sept égalités. Elle fait alors le break au jeu suivant, et le match, jusque-là très serré, devient alors à sens unique. S’appuyant sur un excellent service (15 aces), la Tchèque remporte les deuxième et troisième sets, 6-2, 6-3.

Après trois défaites en finale de tournois majeurs, Novotna tient enfin le grand titre qui manquait à son palmarès. 

« Je ressens une joie intense, c’est fantastique », déclare-t-elle, selon Le Monde, avant d’exprimer sa gratitude envers son entraîneur, Hana Mandlikova. « Elle fut une grande championne, elle m’a appris à devenir une championne. Depuis que je travaille avec Hana, je suis devenue une autre joueuse, j’ai appris à croire en moi. »

La postérité du moment

En 1998, Jana Novotna remportera enfin Wimbledon, après y avoir échoué deux fois en finale. Cette fois, elle maîtrisera ses émotions pour éliminer la n°1 mondiale Martina Hingis en demi-finale (6-4, 6-4) avant de battre Nathalie Tauziat (7-6, 6-4). Elle y remportera également le double, associée à Hingis. Novotna prendra ensuite sa retraite à la fin de la saison 1999. Elle s’éteindra le 19 novembre 2017 des suites d’un cancer, à l’âge de 49 ans.

En 2000, Mary Pierce réalisera le rêve de n’importe quel joueur de tennis français en triomphant à Roland-Garros, aux dépens de Conchita Martinez (6-2, 7-5), remportant par la même occasion le double avec Martina Hingis. Au cours de sa carrière, elle disputera deux autres finales de Grand Chelem, à Roland-Garros 2005 (battue par Justine Henin, 6-1, 6-1) et à l’US Open 2005 (dominée par Kim Clijsters, 6-3, 6-1). Fin 2006, alors qu’elle affrontera Vera Zvonareva au tournoi de Linz, le ligament antérieur croisé de son genou gauche lâchera. Elle ne se remettra jamais de cette blessure et, bien que Mary Pierce n’annoncera jamais officiellement sa retraite, cela restera le dernier match de sa carrière.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *