26 février 2007 : Le jour où Federer a battu le record du plus long règne au sommet du classement ATP

Numéro 1 mondial depuis 2004, Roger Federer bat le 26 février 2007 le record de Jimmy Connors du nombre de semaines passées d’affilée au sommet de la hiérarchie ATP, avec 161 semaines. Le Suisse s’arrêtera à 237, un record quasi imbattable aujourd’hui.

Roger Federer, On this day, 02/26

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Federer efface Connors des tablettes

Ce jour-là, le 26 février 2007, Roger Federer entame sa 161e semaine consécutive à la première place mondiale, effaçant ainsi des tablettes le record de Jimmy Connors, qui avait régné sans interruption durant 160 semaines. Le Suisse avait atteint le sommet du classement le 2 février 2004, et ne sera renversé qu’en août 2008, après avoir passé 237 semaines d’affilée à la première place mondiale.

Le personnage : Federer, l’incontesté patron du tennis masculin

Roger Federer, le génie suisse, est né en 1981 et est N.1 mondial depuis le 2 février 2004. Dès ses premiers pas sur le circuit, Federer obtient de bons résultats. Son tennis de rêve épate le monde du tennis et, très vite, on voit en lui le futur leader du tennis mondial. Les attentes augmentent encore lorsque, à l’âge de 19 ans, il bat sur le Centre Court le septuple vainqueur de Wimbledon, Pete Sampras en personne, en huitièmes de finale du tournoi 2001 (7-6, 5-7, 6-4, 6-7, 7-5). Cependant, le jeune Roger est très émotif et ne gère pas très bien cette pression qu’il porte sur les épaules. Il entre dans le top 10 en juin 2002, mais ses résultats dans les grands événements ne sont pas encore à la hauteur de son talent. Lors de ses seize premiers tournois du Grand Chelem, pas une seule fois il n’atteint les quarts de finale. Sa plus grande déception se produit au premier tour de Roland-Garros en 2003, lorsqu’il s’incline en trois petits sets contre Luis Horna, 88e mondial, après un match indigne de son potentiel.

Lire aussi – 2 juillet 2001 : Le jour où Federer a mis fin au règne de Sampras à Wimbledon

Cette défaite éveille peut-être en lui la fibre du champion : un mois plus tard, il remporte son premier titre du Grand Chelem à Wimbledon, venant à bout de Mark Philippoussis en finale (7-6, 6-2, 7-6). Sa confiance et sa mainmise sur le circuit grandissent inexorablement. En finale du Masters 2003, il donne une véritable leçon à Andre Agassi (6-3, 6-0, 6-4), et bien qu’il termine la saison à la 2e place mondiale, derrière Andy Roddick, la plupart des connaisseurs s’accordent à dire que ce n’est qu’une question de mois avant qu’il ne devienne N.1. Il y parvient quelques semaines plus tard, lorsqu’il remporte l’Open d’Australie aux dépens de Marat Safin (7-6, 6-4, 6-2), s’adjugeant ainsi un deuxième titre du Grand Chelem. Il en accumule huit autres dans les trois années qui suivent : l’Open d’Australie (2006, 2007), Wimbledon (2004, 2005, 2006,) et l’US Open (2004, 2005, 2006). Federer remporte également le Masters en 2004 et 2006. Au début de l’année 2007, il est le N.1 incontesté et se rapproche du record de Jimmy Connors, qui avait passé 160 semaines consécutives au sommet du classement ATP.

Le lieu : Le tournoi de Dubaï

Le tournoi de Dubaï a été créé en 1993. Disputé chaque hiver sur des courts en dur, il est rapidement devenu un événement prestigieux, remporté par quelques grands joueurs des années 90, comme Goran Ivanisevic (1996) et Thomas Muster (1997). Roger Federer a remporté le titre trois fois de suite (2003-2005), avant d’être arrêté en finale en 2006 par Rafael Nadal (2-6, 6-4, 6-4).

Roger Federer & Rafael Nadal, Dubai, 2006

L’histoire : Enfin le record de Connors tombe

En 2006, sa meilleure année, Roger Federer a remporté douze titres, dont trois Grand Chelems, le Masters et quatre Masters Series. Il a accumulé 92 victoires pour seulement 5 défaites, dont quatre contre son seul vrai rival, Rafael Nadal. L’Espagnol est la principale raison pour laquelle Federer n’a pas encore gagné Roland-Garros : il a perdu contre lui en demi-finale en 2005 (6-3, 4-6, 6-4, 6-3) et en finale en 2006 (1-6, 6-1, 6-4, 7-6), puis en 2007 (6-3, 4-6, 6-3, 6-4). Cependant, malgré leur féroce rivalité, à l’époque, les résultats de Nadal sur surfaces rapides ne lui permettent pas de défier Federer pour la place de N.1 mondial.

Le Suisse a débuté l’année 2007 en remportant l’Open d’Australie, son 10e titre du Grand Chelem, sans perdre une seule manche (un exploit qui n’avait pas été accompli dans un Grand Chelem masculin depuis Bjorn Borg, en 1980), en battant Fernando Gonzalez en finale (7-6, 6-4, 6-4).

Le 26 février 2007, Federer entame sa 161e semaine consécutive en tant que premier mondial, battant ainsi le record de Jimmy Connors de 160 semaines, établi en 1977. Pour le Suisse, c’est tout sauf une surprise.

« C’était bien sûr très spécial. Je savais que je battrais ce record depuis que j’ai battu Andy (Roddick) au Masters de Shanghai (en novembre), et j’avais hâte d’y être », a déclaré Federer.

Le N1 mondial incontesté se trouve alors à Dubaï, prêt à affronter au premier tour Kristian Pless, qu’il élimine en trois sets (7-6, 3-6, 6-3). Une cérémonie en son honneur avait été organisée avant la rencontre.

« C’est un grand jour, j’ai fait la grasse matinée, et j’ai reçu de beaux cadeaux. Et j’étais très heureux de pouvoir le fêter avec cette victoire. Je ne sais pas combien de temps je pourrai rester à cette place – cela demande beaucoup de travail. Je suis profondément fier de pouvoir rivaliser non seulement avec mes adversaires d’aujourd’hui, mais aussi avec l’histoire », écrit Federer sur son site officiel. « Cent soixante et une semaines, c’est long, et détenir désormais ce record est un sentiment formidable. Comme vous pouvez l’imaginer, il a fallu beaucoup de temps pour arriver jusqu’ici. Ce record est spécial pour moi. Même si je perdais la première place mondiale, il faudrait encore plus de trois ans à quelqu’un pour le battre ».

Signe de l’incroyable notoriété atteinte par Federer, la poste suisse annonce le même jour la production, à partir du 10 avril, d’un timbre à son effigie.

La postérité du moment : 237 semaines de suite, le record imbattable de Federer

A Dubaï, Roger Federer remportera le 47e titre de sa carrière, en battant Mikhail Youzhny en finale (6-4, 6-3). Il restera N.1 mondial jusqu’en août 2008, renversé par Rafael Nadal.

Federer reprendra la première place à plusieurs reprises au cours des années suivantes, établissant un record de 310 semaines. Ce record sera battu par Novak Djokovic en 2021, mais le Serbe n’approchera pas des 237 semaines consécutives passées par Federer au sommet du classement ATP entre 2004 et 2008.

En 2021, le Suisse, âgé de 39 ans, sera proche d’un autre record détenu par Jimmy Connors : avec ses 103 titres, Federer sera en mesure de défier l’Américain, qui a remporté 109 tournois tout au long de sa carrière. Après treize mois d’absence en 2020, il choisira Dubaï pour effectuer sa reprise en 2021.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *