7 février 1997 : Le jour où Washington a gagné un match qui lui a coûté sa carrière

MaliVai Washington, tout juste finaliste de Wimbledon en 1996, remporte le 7 février 1997 le premier match, face à Gustavo Kuerten, de la rencontre entre les Etats-Unis et le Brésil en Coupe Davis. Et pourtant, il s’était blessé au genou sur le court, et ne s’en remettra jamais complètement.

MALIVAI_WASHINGTON_OTD_7/02/21

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : La victoire pour Washington, mais surtout une blessure dont il ne reviendra jamais

Le 7 février 1997, lors du premier tour de la Coupe Davis, l’Américain MaliVai Washington surmonte une blessure au genou pour dominer le Brésilien Gustavo Kuerten (3-6, 7-6, 7-6, 6-3). Même si Washington aura la satisfaction d’avoir apporté à son équipe un avantage qui s’avérera décisif, il ne se remettra malheureusement jamais de cette blessure. Malgré deux opérations, le finaliste de Wimbledon 1996 ne sera plus jamais en mesure de jouer régulièrement au plus haut niveau.

Les personnages : Le finaliste du dernier Wimbledon face à un jeune Brésilien qui commence à faire du bruit

L’Américain MaliVai Washington est né en 1969. Il joue sa meilleure saison sur le circuit en 1992. Cette année-là, il remporte le premier des quatre titres de sa carrière, à Memphis (en battant Wayne Ferreira en finale, 6-3, 6-2), avant de gagner un deuxième tournoi à Charlotte et d’atteindre les huitièmes de finale de l’US Open (battu par Michael Chang, 6-2, 2-6, 3-6, 6-3, 6-1).

Grâce à ces résultats, il se hisse à la 11e place mondiale, ce qui restera le meilleur classement de sa carrière. Il obtient son résultat le plus mémorable à Wimbledon, en 1996, où il atteint la finale, battu par Richard Krajicek (6-3, 6-4, 6-3), après avoir été mené 5-1 au cinquième set et été finalement poussé jusqu’à 10-8 par Todd Martin en demi-finale (5-7, 6-4, 6-7, 6-3, 10-8). Il débute l’année 1997 en atteignant les huitièmes de finale de l’Open d’Australie (battu par Felix Mantilla, 7-5, 6-2, 6-1).

Gustavo Kuerten est né au Brésil en 1976. Passé professionnel en 1995, il entre dans le top 100 en août 1996, après deux victoires prometteuses sur terre battue, contre le numéro 21 mondial Alberto Berasategui et le numéro 22 mondial Carlos Moya. En février 1997, il est 85e mondial.

L’endroit : Dans une ambiance tropicale

Le premier tour de la Coupe Davis 1997 entre le Brésil et les États-Unis se déroule au Brésil, au Tennis Country Club, à Ribeirão Preto, sur terre battue, sous une chaleur tropicale étouffante.

L’histoire

MaliVai Washington n’était pas censé participer au premier tour de la Coupe Davis 1997 contre le Brésil, jusqu’à ce qu’Andre Agassi, qui avait été choisi à l’origine par le capitaine Tom Gullikson, avec Jim Courier, mais qui n’était pas en grande forme, se retire de l’équipe. Pour Washington, c’est une superbe occasion. Membre d’une génération dorée américaine, avec des joueurs comme Agassi, Sampras, Courier et Chang, il n’avait représenté que deux fois son pays, alors qu’il avait tout de même été finaliste à Wimbledon en 1996.

Lors du match d’ouverture de cette rencontre contre le Brésil, il affronte Gustavo Kuerten, 20 ans, qui est alors presque un parfait inconnu.

« En 1996, j’avais entendu parler de Kuerten. Il avait obtenu quelques résultats et était entré dans le top 100 à la fin de l’année 1996. J’avais entendu parler de lui, mais je ne savais rien de lui. Je ne l’avais jamais vu jouer. Honnêtement, je ne savais pas qui il était », se souviendra Washington en 2013, selon worldtennismagazine.com.

Gustavo Kuerten - Roland-Garros

Bien qu’il soit largement favori, Washington se retrouve rapidement en difficulté sous la chaleur brésilienne, sur une surface qui ne convient pas vraiment à son jeu, face à un Kuerten déchaîné qui enchaîne les revers à une main hallucinants depuis la ligne de fond. L’Américain perd le premier set, 6-3, et doit se battre pour remporter le deuxième set, 8-6 au tie-break. Le troisième set est également très serré, mais alors que Washington mène 5-3 dans le tie-break, il ressent soudain une vive douleur au genou gauche. Cela ne l’empêche pas de boucler la troisième manche. Pour gérer la douleur, le finaliste de Wimbledon 1996 applique de la glace et se gave d’analgésiques. Malgré la blessure évidente, remporte le quatrième set, 6-3, donnant ainsi le premier point aux États-Unis.

« Vos coéquipiers sont là pour vous soutenir bruyamment, il n’y a aucune raison d’abandonner, expliquera Washington. Ce n’est qu’après le match que j’ai réalisé à quel point mon genou était en mauvais état. Je me souviens que juste après le match, j’étais dans les vestiaires et je ne pouvais pas m’accroupir pour ramasser une balle ».

Dix-huit ans plus tard, lorsque Randy Walker lui demandera s’il aurait abandonné s’il s’était agi d’un tournoi ATP normal et non d’un match de Coupe Davis, il répondra sans hésiter : « Oh mon Dieu, oui. »

La postérité du moment : Les Etats-Unis qualifiés, Kuerten sur le chemin de la gloire

Grâce aux efforts de Washington, les États-Unis éviteront un dangereux cinquième match décisif contre le Brésil : Jim Courier bouclera la rencontre le dimanche à l’issue du premier match, en battant Kuerten en 3 heures et 36 minutes (6-3, 6-2, 5-7, 7-6). Les Américains se hisseront même jusqu’en finale, où ils s’inclineront lourdement à Göteborg face à la Suède (5-0).

Atteint de chondromalacie, MaliVai Washington subira deux opérations. Mais il ne se remettra jamais complètement de cette blessure et ne parviendra plus jamais à jouer régulièrement au plus haut niveau. Il mettra fin à sa carrière en 1999.

Gustavo Kuerten, le parfait inconnu du mois de février, deviendra une superstar du tennis quelques mois plus tard, en remportant le premier de ces trois Roland-Garros, en battant trois anciens vainqueurs sur le chemin de la victoire, dont Sergi Bruguera en finale (6-3, 6-4, 6-2).

Lire aussi : 8 juin 1997 : le jour où Gustavo Kuerten a remporté son premier Roland-Garros

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *