29 août 1978 : Le jour où l’US Open déménage à Flushing Meadows

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 29 août 1978, l’US Open déménage sur ses nouveaux terrains du National Tennis Center, à Flushing Meadows, après plus de soixante ans passés à Forest Hills.

Tennis Center OTD - Flushing Meadows - US Open

Ce qui s’est passé jour-là : nouveau terrain de jeu

Ce jour-là, le 29 août 1978, l’US Open commence sur ses nouveaux terrains du National Tennis Center, à Flushing Meadows, après plus de soixante ans passés à Forest Hills. Le tournoi ne change pas seulement de lieu, mais également de surface, passant de la terre battue au ciment. Les premiers joueurs à s’affronter dans le nouveau stade sont Bjorn Borg et Bob Hewitt, le Suédois s’imposant 6-0, 6-2, les premiers tours se jouant alors au meilleur des trois manches. Pour un sport élitiste que le tennis, quitter un club huppé comme le West Side Tennis Club, pour des courts publics à Flushing Meadows est un grand pas vers la démocratisation.

Le lieu : Flushing Meadows, après d’autres

L’US Open (appelé US Nationals avant 1968 et le début de l’Ère Open) a été créé en 1881. Bien qu’il soit le seul Grand Chelem à avoir été disputé sans la moindre interruption depuis ses débuts, le tournoi a changé de site à plusieurs reprises au fil des ans. Les premières éditions se déroulent sur les courts en herbe du Casino de Newport, à Rhode Island, puis, en 1915, l’épreuve s’installe à New-York, au West Side Tennis Club, dans le quartier de Forest Hills, jusqu’en 1977 (avec une parenthèse de 1921 à 1923, où les joueurs s’affrontent à Philadelphie). De 1975 à 1977, le tournoi se dispute sur terre battue. Bien que le public apprécie grandement les dernières innovations, notamment les sessions nocturnes, le West Side Club devient trop exigu pour un tournoi en pleine expansion tel que l’US Open. Il faut se rendre à Flushing Meadows.

Flushing Meadows - Arthur Ashe

L’histoire : un rêve de « self-made man »

En 1977, l’US Open, remporté par Guillermo Vilas, se dispute pour la dernière fois sur terre battue verte à Forest Hills. L’idée de changer de lieu a germé dès janvier 1977 dans l’esprit de W.E « Slew » Hester, président de la Fédération américaine de tennis (USTA). Survolant l’aéroport La Guardia, il repère le Singer Bowl à l’abandon, et imagine immédiatement un nouvel usage pour cet espace. Il se rapproche vite de la ville de New York, se proposant d’investir 10 millions de dollars pour rénover les lieux et édifier un nouveau complexe sportif pour accueillir l’US Open dès le mois d’août 1978.

Personne ne pense qu’un projet si ambitieux puisse être achevé à temps pour le tournoi 1978. Hester est conscient du défi : “Si c’est terminé à temps, on lui donnera le nom d’USTA Tennis Center. Sinon, on l’appellera « monument à la mémoire de Slew Hester », déclare-t-il alors, selon le Washington Post. Le self-made man venu du Mississipi sait tout de même ce qu’il fait. Il a le soutien de la mairie de New-York car, pour la première fois, un tournoi du Grand Chelem quitte un club privé tel que le West Side Club, pour s’installer sur des courts publics, sur une surface dure similaire à celle sur laquelle jouent des milliers de joueurs de loisir.

A l’arrivée, le rêve de « Slew Hester » se réalise à temps pour l’US Open 1978. L’ancien Singer Bowl, qui avait vu jouer les Who et les Doors dans les années 1960, a été divisé en deux courts, le Stade Louis Armstrong (14,000 places), et le Grandstand (6,000 places). L’USTA Tennis Center comprend également 25 courts extérieurs éclairés et 9 courts couverts. 

« Les ouvriers se sont assis pour regarder Jimmy Connors »

Pour que le tournoi démarre dans les meilleures conditions, les ouvriers sont à pied d’œuvre jusqu’à la dernière minute. La semaine précédant l’ouverture, Hester vient inspecter les derniers détails sur le Stade Louis Armstrong, pour s’apercevoir d’une menace inattendue : le numéro 1 mondial, Jimmy Connors, est venu en avance pour s’entraîner, et les ouvriers, qui ont travaillé d’arrache-pied pendant des mois, se sont soudain arrêtés pour le regarder. « Il a tapé la balle sur tous les courts, mais lorsqu’on l’a mis sur le central, les ouvriers se sont assis pour regarder. Ce n’était pas possible », explique Hester.

Afin de terminer le stade dans les délais, W.E Hester ne recule devant aucune dépense.

« Nous avons dépensé beaucoup d’argent au fil du temps, souligne Hester. Personne ne sait encore combien. Nous avons dit à tout le monde : ‘Travaillez jour et nuit, faites le boulot, et envoyez votre facture’.  Nous ne pouvions pas nous permettre de faire autrement parce que nous n’avions pas d’autre endroit où jouer. Je m’inquiéterai des coûts la semaine prochaine. Peut-être l’USTA voudra-t-elle un nouveau président. »

A l’affiche du premier match disputé dans le nouveau Tennis Center se trouve la superstar suédoise Bjorn Borg, qui écrase le vétéran australien Bob Hewitt, 6-0, 6-2 et commente ensuite, d’après worldtennismagazine.com 

« Quand j’aurais 75 ans, je pourrai certainement dire que j’ai été le premier à jouer dans le nouveau stade. »

Postérité du moment : le rêve américain

L’US Open 1978 sera remporté par Jimmy Connors, qui battra Bjorn Borg en finale (6-4, 6-2, 6-2) et par Chris Evert, qui dominera Evonne Goolagong (6-3, 6-0). Les sept premières éditions du tournoi à Flushing Meadows seront remportées exclusivement par des stars américaines : Jimmy Connors (1978, 1982, 1983), John McEnroe (1979, 1980, 1981, 1984), Chris Evert (1978, 1980, 1982), Tracy Austin (1979, 1981) et Martina Navratilova (1983, 1984).

En 1997, un nouveau court central, le Stade Arthur Ashe (23,000 places) sera édifié. En 2006, le complexe prendra le nom de Billie Jean King Tennis Center, en honneur à la championne douze fois titrée en Grand Chelem.

Flushing Meadows - Arthur Ashe -

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *