ATP : Rôle, président, Covid-19, tout ce qu’il faut savoir

L’ATP est l’instance dirigeante du tennis masculin. Voici tout ce qu’il faut savoir au sujet de l’ATP pour bien comprendre son histoire et son organisation.

ATP

Vous pouvez suivre l’ATP sur Twitter, Instagram et Facebook.

Que signifie ATP ?

ATP est un acronyme pour Association of Tennis Professionals (Association des Tennismen Professionnels, en français).

Quel est le rôle de l’ATP ?

L’ATP administre le circuit de tennis masculin. Elle gère l’ATP Tour, ainsi que les tournois Challenger, la “deuxième division” du tennis masculin, et l’ATP Champions Tour, qui réunit d’anciennes gloires du jeu. Elle décide ainsi du calendrier et attribue les catégories de tournois (Masters 1000, ATP 500, ATP 250). Elle a aussi la responsabilité du Masters en fin de saison. En revanche, elle ne gère pas les tournois du Grand Chelem, sous l’égide de la Fédération internationale et d’organisateurs indépendants. Ils disposent toutefois d’une place à part dans le calendrier et rapportent des points ATP.

Wimbledon

A l’initiative des joueurs, l’ATP a repris la main sur l’organisation du circuit en 1990, pour remplacer le Men’s International Professional Tennis Council (Conseil du Tennis Masculin International Professionnel), qui s’en est occupé entre 1974 et 1989. Il était formé de trois représentants de la Fédération internationale, trois de l’ATP et trois directeurs de tournois. Mais les joueurs, frustrés par un calendrier surchargé, par un déficit de reconnaissance et par leur infériorité au MIPTC, ont souhaité avoir davantage de poids sur le circuit.

85 membres du Top 100 ont paraphé une pétition en faveur d’un nouveau système. Il a été acté lorsque 24 joueurs, dont 8 du Top 10 (hors Jimmy Connors et Ivan Lendl), ont signé des contrats pour participer au premier ATP Tour en 1990. Le nouveau circuit est présenté par le président de l’ATP Hamilton Jordan, ancien chef de cabinet de Jimmy Carter à la Maison Blanche, lors d’une conférence de presse restée célèbre, tenue sur le parking de l’US Open. L’idée fondatrice derrière cette fondation est de donner le pouvoir aux joueurs et aux directeurs de tournois, représentés à 50-50 au sein de cette nouvelle structure de l’ATP.

L’ATP gère aussi le classement annuel. Au départ créé pour avoir un ranking mondial informatisé, le classement ATP existe depuis août 1973. L’attribution des points a toutefois évolué au fil du temps, pour arriver à sa structure actuelle.

Depuis quand l’ATP existe-t-elle ?

L’ATP a été fondée en septembre 1972. Elle a été créée durant la première semaine de l’édition de l’US Open, qui se déroulait alors à Forest Hills. L’ATP, dans les cartons depuis la mi-avril, remplaçait alors l’ITPA (International Tennis Players Association), avec Arthur Ashe en fer de lance du projet. Une cinquantaine de joueurs de 16 nations différentes ont souscrit 400 dollars par an pour adhérer à l’ATP. Cela avait pour but de mieux défendre leurs intérêts face au World Championship Tennis, l’ancêtre du MTC, et à la Fédération internationale.

Arthur Ashe

Ashe, déjà vainqueur de deux Grands Chelems (trois à la fin de sa carrière), est devenu le premier vice-président de l’histoire de l’ATP, dont le premier président était Cliff Drysdale, joueur sud-africain finaliste de l’US Open en 1965. Drysdale, Jack Kramer (tennisman américain des années 40-50 et créateur du classement informatisé), Donald Dell (ancien joueur américain devenu avocat et premier agent de l’histoire du tennis) et Jim McManus (joueur américain encore en activité au moment de la création) sont considérés comme les pères fondateurs de l’ATP.

Par qui l’ATP est-elle dirigée ?

L’ATP est présidée par Andrea Gaudenzi. L’Italien de 46 ans a été nommé en octobre 2019 pour un mandat de quatre ans, qu’il a commencé au 1er janvier 2020. Il a été désigné à l’unanimité par le Board of Directors de l’ATP. Ancien 18e mondial, Gaudenzi a remporté trois titres sur le circuit au cours de sa carrière professionnelle. Son meilleur résultat en Grand Chelem consiste en un 8e de finale à Roland-Garros en 1994.

Andrea Gaudenzi, ATP president © ATP

Après sa carrière, Gaudenzi a obtenu un diplôme en droit à l’Université de Bologne et un master en administration des affaires à l’Université Internationale de Monaco. Il est revenu dans le monde du tennis via le Board d’ATP Media, où il a participé à la restructuration de la diffusion du tennis. Gaudenzi a succédé à Chris Kermode, qui était en charge de l’ATP depuis janvier 2014. L’intitulé du poste a changé au passage, pour sortir du système du CEO omniprésent. Gaudenzi est “chairman” et forme un tandem avec Massimo Calvelli, nommé directeur exécutif de l’instance.

Brad Drewett, Etienne de Villiers, Mark Miles ou Hamilton Jordan ont notamment occupé le poste de CEO de l’ATP par le passé. Le premier président de l’ATP était Cliff Drysdale.

Quel est son organigramme ?

L’ATP est constituée d’un Board of Directors. Celui-ci est formé par :

  • 1 président (Andrea Gaudenzi) ;
  • 3 représentants des joueurs (David Egdes, Alex Inglot, Mark Knowles) ;
  • 3 représentants des tournois (Gavin Forbes, Charles Smith, Herwig Straka).

Les représentants des joueurs, un par région (Europe, Amériques, reste du monde), sont désignés par le Player Council, où figurent treize joueurs actuels du circuit. Ils sont répartis comme suit :

  • 4 situés entre la 1ere et la 50eme place mondiale ATP en simples (Kevin Anderson, Rafael Nadal, John Isner, Sam Querrey) ;
  • 2 classés entre la 51eme et la 100eme place mondiale ATP en simples (Yen-Hsun Lu, Vasek Pospisil) ;
  • 2 classés dans le Top 100 ATP en doubles (Jurgen Melzer, Bruno Soares) ;
  • 2 “At-Large”, à savoir 2 joueurs sans restriction de classement (Novak Djokovic, Roger Federer) ;
  • 1 coach (Brad Stine) ;
  • 1 “Alumni”, à savoir un ancien (Colin Dowdeswell).

Le Player Council est présidé par Novak Djokovic depuis août 2016. Kevin Anderson en est le vice-président. Les mandats pour intégrer le Player Council sont d’une durée de deux ans.

Novak Djokovic vs Kevin Anderson, 2018 Wimbledon gentlemen's singles final

Les représentants des tournois, un par région (Europe, Amériques, reste du monde), au sein du Board of Directors sont choisis par le Tournament Council, où siègent treize directeurs de tournois :

  • 5 pour l’Europe ;
  • 4 for the Americas ;
  • 4 for the rest of the world.

Comment agit-elle dans la crise du Covid-19 ?

L’ATP a attendu le 18 mars, soit plus d’une semaine après l’annonce par Indian Wells du report du tournoi, pour prendre officiellement position au sujet de l’état du circuit en pleine crise du coronavirus. Elle a publié un premier communiqué commun avec la WTA pour annoncer la suspension des circuits jusqu’au 7 juin 2020. Elle a ensuite repoussé la possible date de reprise au 13 juillet, suite à l’annonce par Wimbledon de son annulation. L’ATP n’a toutefois pas été consultée par les organisateurs de Roland-Garros quand ceux-ci ont décidé de décaler, à la surprise générale, le Grand Chelem parisien de mai-juin à septembre-octobre. Un cavalier seul qu’Andrea Gaudenzi, qui étudie toutes les solutions pour sauver un maximum de la saison 2020, n’a pas reproché publiquement à Roland-Garros.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *