Patraque, Monfils livre un beau mais vain combat face à Rublev

Malgré des maux de ventre et une crise de nausée, Gaël Monfils n’est pas passé loin de la victoire à Cincinnati face à Andrey Rublev, s’inclinant 7-6, 7-6 après avoir eu une balle de 2e set. Le Russe sera l’adversaire de Benoît Paire en quart de finale.

Il y avait la place, peut-être. Notamment dans le 2e set. Mais après avoir compté par trois fois un break d’avance et obtenu une balle de set dans cette deuxième manche, Gaël Monfils, bien qu’apparemment patraque, a fini par céder au terme d’un rude et parfois étrange bras de fer face à Andrey Rublev, 7-6, 7-6 en 1h48.

Etrange, car si les deux sets se sont soldés au jeu décisif, ils ont été totalement différents. Dans le premier, aucune balle de break n’a été recensée de part et d’autre, et on en est ainsi logiquement arrivé au tie break, largement dominé par le Russe (7 points à 2).

Dans le second, en revanche, Monfils a eu sa chance. Et plutôt trois fois qu’une. Mais après avoir breaké d’entrée pour mener 2-0, il a été pris de vomissements sur le court. Rublev, qui avait cru dans un premier temps à une simulation de son adversaire, lui a vertement reproché cet arrêt intempestif. Les deux hommes se sont expliqués au filet, avant de se réconcilier et de poursuivre le fil de leur combat devenu, à partir de là, de plus en plus décousu.

Multpliant les prises de risques pour écouter les échanges, Monfils a breaké deux nouvelles fois dans ce set, pour à chaque fois se faire reprendre aussitôt. Malgré tout, il a obtenu une balle de 2e set à 5-4, 30-40 sur service adverse. Il l’a manquée d’un coup droit “jouable” expédié dans le filet. 

Le Français, finalement, a fini par céder au terme d’un jeu décisif beaucoup plus disputé que le précédent. Mais à 5 points partout, alors qu’il avait l’ascendant dans l’échange, la Monf’ a fait le mauvais choix et s’est fait contrer. Derrière, Rublev n’a pas tremblé pour conclure.

Dommage, puisque c’était pour jouer contre Benoît Paire, tombeur un peu plus tôt de John Isner. Il n’en reste pas moins que la tournée nord-américaine de Gaël Monfils, après des mois de galère, aura été très positive. Encourageant en vue de l’US Open, à condition, désormais, de soigner la douleur à la cheville qu’il dit traîner depuis Toronto, et de récupérer de ce combat harassant face à Rublev, qui sera donc l’adversaire de Benoît Paire en quarts de finale.

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *