La chasse à la place de N°1 mondial, une mission très compliquée pour Medvedev (qui dépend aussi de Djokovic)

Daniil Medvedev est le dernier à pouvoir menacer Novak Djokovic pour la première place mondiale en fin de saison après son sacre à l’US Open. Mais le Russe va devoir réaliser quasiment un sans-faute sur les derniers gros tournois de l’année, en espérant compter aussi sur un Djokovic démobilisé.

Novak Djokovic & Daniil Medvedev after the 2021 US Open Final

Gilles Cervara ne s’en est pas caché après le sacre de Daniil Medvedev à l’US Open. Oui, la quête de la première place mondiale pourrait l’inciter, avec son joueur, à bouleverser son programme pour la fin de la saison. Mais le Russe restait lucide dans la foulée de sa démonstration contre Novak Djokovic : la mission s’annonce particulièrement compliquée.

« J’ai Paris et le Masters à défendre, a expliqué Medvedev, tenant du titre des deux tournois. Novak, je ne crois pas qu’il ait grand-chose à défendre. Je pense honnêtement que c’est presque impossible. »

L’exercice de se projeter est rendu plus difficile par les modifications temporaires apportées au mode de calcul du classement ATP en raison des conséquences liées à la pandémie de coronavirus. A la Race, Medvedev ne pointe qu’à 2 000 points de Djokovic (8 370 contre 6 380). C’est d’ailleurs ce classement qui fera foi pour désigner le numéro 1 sur la saison et le Russe dispose d’une réelle chance de mener à bien sa course-poursuite derrière Djokovic.

Indian Wells, Paris et le Masters, et a priori rien de plus au programme de Medvedev

Mais la situation est plus alambiquée au classement ATP, qui ne retrouvera sa forme normale, sur 52 semaines, qu’en août 2022. D’ici à la fin de l’année, Medvedev a 3 840 points à défendre, puisqu’il bénéficie encore des points gagnés lors de ses titres à Shanghai et Saint-Pétersbourg en 2019. Djokovic n’en a que 2 193 à perdre en 2021, avec notamment ses victoires à Paris et à Tokyo en 2019. En soustrayant ces points à leur total actuel, respectivement 10 780 points pour Medvedev et 12 193 pour Djokovic, l’écart est de pile 3 000 points (6 940 contre 9 940). Ce qui simplifie la donne pour les calculs à venir.

Medvedev doit donc reprendre 3 000 points à Djokovic sur les deux mois et demi à venir. Ça va passer obligatoirement par remporter au moins deux titres entre Indian Wells, Paris et le Masters, qui se déroulera à Turin pour la première fois cette année. Surtout que le Russe a déjà assuré qu’il ne s’alignerait pas à Vienne, où il avait atteint les quarts de finale en 2020.

« Vienne est programmé la même semaine que Saint-Pétersbourg. Il est certain que je ne vais pas le jouer, parce que je ne jouerai probablement pas à Saint-Pétersbourg. Vu que c’est un tournoi en Russie, je ne me vois pas jouer ailleurs. »

Le programme de Medvedev d’ici la fin de la saison devrait donc se limiter aux deux derniers Masters 1000 et au Masters, en plus de la Laver Cup, qui ne rapporte aucun point ATP, et éventuellement de la Coupe Davis, qui est dans le même cas. Pour glaner 3 000 points sur ces trois tournois, c’est limpide : il faut en gagner deux et être finaliste de l’autre. Pas impossible, vu la forme de Medvedev et la fin de saison qu’il avait réalisée en 2020. Mais forcément compliqué.

Djokovic reviendra-t-il sur le circuit en 2021 ?

Et encore, c’est à supposer que Djokovic, apparu à bout physiquement et nerveusement en fin d’US Open, ne revienne pas sur le circuit d’ici la fin de l’année. Le Serbe a ouvertement avoué qu’il souhaitait passer davantage de temps avec sa famille. Mais il ne lui manque que 500 points pour se mettre hors de portée de Medvedev (si le Russe n’ajoute pas Vienne – ATP 500 – ou Saint-Pétersbourg – ATP 250 – à son programme).

Djokovic pourrait aussi décider de mettre un ultime coup de collier pour conserver les 2 000 points d’avance dont il dispose à la Race pour obtenir une septième fois le titre de numéro 1 mondial sur l’année, ce qui lui permettrait de dépasser Pete Sampras, avec lequel il est pour le moment à égalité.

Novak Djokovic at the 2021 US Open
Novak Djokovic at the 2021 US Open © AI / REUTERS / PANORAMIC

S’il est quasiment acquis que Djokovic ne reviendra pas aux Etats-Unis pour participer à Indian Wells, il pourrait se présenter sur la tournée européenne en indoor, surtout s’il sent la menace Medvedev se préciser. Sur quels tournois s’alignerait-il alors ? Paris et le Masters ? Seulement le Masters ? Vienne ou Saint-Pétersbourg en préparation à une vraie saison en salle ? Même en ne participant qu’au Masters, Djokovic serait assuré de conserver sa première place mondiale en se hissant en demi-finale. Une finale à Bercy le lui permettrait aussi, comme une demi-finale à Paris couplée à une seule victoire en match de poule à Turin.

En ce qui concerne le classement sur l’année, Medvedev se fait bien plus pressant et il manque au moins 1 500 points à Djokovic pour être définitivement hors d’atteinte. C’est l’équivalent d’une victoire au Masters en remportant ses trois matchs de poule, ou d’une finale à Bercy avec une demi-finale à Turin dans la foulée.

Viser la première place mondiale, c’est surtout un objectif qui pourrait se préciser au fil des tournois pour Medvedev, qui n’en fait d’ailleurs pas une obsession. « Ce n’est pas le premier but que j’ai à l’esprit pour cette année. Si j’y parviens un jour, ce sera super. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *