Nadal ne se sent pas cas contact de Medvedev, positif au coronavirus

Quand Daniil Medvedev a rendu public son test positif au COVID-19, tous les regards se sont portés vers Rafael Nadal, qui s’était entraîné avec lui dimanche. L’Espagnol ne pense pas qu’il puisse être considéré comme cas contact.

Rafael Nadal, Monte-Carlo 2021

Rafael Nadal est en forme, merci pour lui. Vainqueur de Delbonis avec une terrible facilité (6-1, 6-2), la tête de série numéro 3 du Masters 1000 de Monte-Carlo affirme se sentir à 100% après quatre semaines d’entraînement sur terre battue, lui qui avait disputé l’Open d’Australie avec une gêne au dos ?

Pas de bobo. Pas de test positif au coronavirus. Et pas d’inquiétude non plus à ce sujet, a fait savoir Rafael Nadal quand il a été interrogé mercredi au sujet du test positif de Daniil Medvedev, consécutif à une séance d’entraînement entre les deux hommes, dimanche, sur les courts du Monte-Carlo Country Club. Nadal a indiqué :

« Quelqu’un de mon équipe m’a prévenu (que Medvedev était positif au virus), mais je ne me suis pas senti menacé. Même si je me suis entraîné avec lui, on ne s’est jamais rapprochés physiquement. Franchement non.

Bien sûr, ce n’est jamais très bon d’avoir ce genre de nouvelle. Mais je suis désolé pour lui plus que pour moi. Tout peut arriver, bien sûr, mais à ma connaissance, on ne contracte pas le virus avec le type de relation que j’ai eu avec lui pendant cet entraînement. On ne s’est pas touchés, pas rapprochés à moins de quatre mètres environ. Peut-être à la fin pour dire merci, pendant une seconde. »

La photo du fistbump Nadal – Medvedev qui sème le doute

Ce « merci et au revoir », c’était le fameux « fistbump » photographié et diffusé sur les réseaux sociaux, qui a suscité une forme de scepticisme sur Twitter dans la foulée de la publication de ces déclarations.

Interrogé sur sa vie de joueur de tennis à l’ère du COVID et des restrictions, Nadal a indiqué qu’il avait l’intention de beaucoup jouer en 2021 après une année 2020 où sa saison sur terre battue s’est limitée à Rome et Roland-Garros – quart de finale à l’un et surtout vingtième victoire en Grand Chelem à l’autre.

« Ici nous avons la chance de pouvoir nous aérer une heure par jour. Ça n’a l’air de rien mais ça crée une grosse différence par rapport aux bulles. On peut sortir de l’hôtel, respirer le grand air, se balader dehors, l’équipe et moi. Il n’y a toujours ni restaurant ni shopping ni rien de ce genre, mais on se sent quand même plus libre. Et mentalement, c’est précieux, c’est un grand progrès pour nous. »

Rafael Nadal affrontera Grigor Dimitrov, tête de série n°14, en huitième de finale.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *