Johnson s’en prend à son tour à l’ATP : “Elle fait du mal au sport que j’aime”

Lundi soir sur son compte Twitter, Steve Johnson a pris la parole pour critiquer l’ATP et son système, qui font mal au tennis selon lui.

Steve Johnson, Cincinnati 2018

Les oreilles du président de l’ATP, Andrea Gaudenzi, ont dû siffler fort lundi soir. Après les critiques de John Isner fin février, qui avait estimé que l’ATP était « un système à bout », et les insultes proférées par Vasek Pospisil en plein match à son encontre lors du Masters 1000 de Miami, un autre joueur a fortement critiqué l’instance qui gouverne le tennis masculin. Steve Johnson, 85e mondial, a pris la parole sur son compte Twitter lundi soir pour dénoncer un système qui « fait du mal au tennis ».

Le joueur américain, qui ne prend pas souvent la parole, s’est senti obligé d’agir devant une situation de plus en plus critique. Dans un thread Twitter de cinq posts, il a détaillé ce qui lui pose problème au sein de l’ATP.

“Je poste rarement sur le tennis, mais je me sens obligé à cause de certaines choses très préoccupantes qui se passent actuellement. L’ATP fait du mal à un sport que j’aime.

“Un manque de transparence qui fait du mal au tennis

Avant de s’attaquer à l’ATP, Johnson a d’abord glissé un tacle aux organisateurs de Roland-Garros, qui ont officiellement annoncé le 8 avril 2021 le report d’une semaine du tournoi parisien. Une décision qui n’a pas été au goût de l’Américain.

“Roland-Garros décide à nouveau unilatéralement de changer la date du tournoi, perturbant le calendrier et sans avoir de respect pour les conséquences et l’impact que cela a pour les autres tournois.

Le 85e joueur mondial a poursuivi son thread en critiquant le système de l’ATP, qui met des batons dans les roues au tournoi d’Indian Wells, qui tente de trouver une place dans le calendrier à l’automne prochain.

“Quel type de système permet aux Masters 1000 de baisser le prize money de 60% tandis qu’Indian Wells essaie d’avoir lieu en assurant 100% du prize money, mais ne reçoit pas l’approbation de l’ATP car il y a des directeurs d’autres tournois présent au Conseil ? Les membres du conseil bénéficient-ils de la réduction du prize money ?

Visiblement très remonté, Johnson regrette les conflits et le « manque de transparence » au sein de l’ATP, deux choses qui « font du mal au tennis ».

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *