Indian Wells : dans les cordes, Murray finit par mettre Alcaraz K. O. 

Mené et malmené pendant un set et demi par un Carlos Alcaraz très saignant, Andy Murray a fini par renverser la situation au terme d’une superbe empoignade d’un peu plus de 3h (5-7, 6-3, 6-2).

Andy Murray (GBR) reacts after winning a point during his second round match against Carlos Alcaraz (ESP) in the BNP Paribas Open at the Indian Wells Tennis Garden.

2021 BNP-Paribas Open | Tableau | Programme | 3eT : Murray – Zverev (mardi)

Cette fois, ça y est. Le BNP Paribas Open est lancé. Après trois premiers jours plutôt ronronnants, le Masters 1 000 californien a vécu sa première grosse montée d’adrénaline avec un choc de haute volée entre Andy Murray et Carlos Alcaraz qui a fini par tourner à l’avantage du plus expérimenté, 5-7, 6-3, 6-2 en 3h03, ce dimanche à Indian Wells.

Dit comme ça, le score paraît un peu “sec”. Il ne reflète pas vraiment l’âpreté du combat que se sont livrés les deux hommes, opposés sur le plan générationnel (18 ans pour l’Espagnol, 34 pour l’Ecossais), mais unis pendant cette longue castagne par leur combativité et par leur sens du jeu.

Alcaraz, qu’on n’avait plus revu depuis son formidable US Open (quart de finale) où il avait fini son tournoi blessé à la cuisse, a eu un peu de mal à renouer avec le rythme de la compétition. Et puis, le temps d’être mené 3-0, 0-40, il a fini par trouver ses marques. Ensuite, on l’a retrouvé tel qu’en lui-même, inspiré et sans complexe, avec ce tennis fait de punchlines en tout genre.

L’Espagnol a rétabli la situation dans cette première manche qu’il a fini par remporter non sans avoir sauvé une balle de set, à 5-4, d’un service très kické qui a poussé son adversaire à la faute en retour.

On pensait alors le 38ème mondial – au passage, le plus jeune joueur à être aussi haut classé depuis Nadal en 2004 – lancé vers le succès, d’autant que Murray semblait de son côté un peu à la peine. Mais Alcaraz a oublié de tuer le match en début de deuxième set, dilapidant deux paires de balles de break qui lui auraient sans doute rapporté gros. A l’inverse, Murray usait de toute sa roublardise pour se tirer de ce mauvais pas dans ce deuxième set, allant jusqu’à réussir un ace à la cuillère !

Le protégé de Juan Carlos Ferrero laissait encore filer plusieurs occasions de raccrocher le bon wagon au début du troisième set. Lors d’un match au cours duquel il aura fait, en exagérant un peu, à la fois les points (36 coups gagnants contre 18) et les fautes (42 contre 29), il baissait nettement de pied à la fin, sans doute un peu court physiquement.

Pour Andy Murray, même s’il avait déjà battu des joueurs mieux classés depuis son retour (notamment Ugo Humbert à Metz récemment), c’est peut-être la victoire référence qu’il recherchait depuis un moment. Elle lui permet en tout cas de gagner deux matches en Masters 1 000 pour la première fois depuis Cincinnati en août 2020, où il avait battu Alexander Zverev.

C’est précisément ce même Zverev, vainqueur de Jenson Brooksby (6-4, 3-6, 6-1), que Murray va retrouver pour une place en huitièmes. S’il l’emporte, le Britannique alignera une troisième victoire en Masters 1 000 pour la première fois depuis le Rolex Paris Masters 2016. Il a tout intérêt à le faire, ne serait-ce que pour préserver sa 121è place actuelle au classement ATP, lui qui perdra après Indian Wells les 250 points de son succès à Anvers en 2019, son dernier titre à ce jour.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *