Laver Cup : L’Europe reste maître du Monde !

Le double Alexander Zverev/Andrey Rublev, vainqueur de Denis Shapovalov et Reilly Opelka, 6-2, 6-7, [10-3] en 1h34, a scellé une victoire historiquement écrasante de la Team Europe face au Reste du Monde, ce dimanche à Boston.

Team Europe, 2021 Laver Cup

EUROPE 14-1 MONDE

Match 1: Casper Ruud (E) b. Reilly Opelka (W) 6-3, 7-6(4)
Match 2: Berrettini (E) b. Auger-Aliassime (W) 6-7, 7-5, [10-8]
Match 3: Andrey Rublev (E) b. Diego Schwartzman (W) 4-6, 6-3 [11-9]
Match 4: John Isner/Denis Shapovalov (W) b. Matteo Berrettini/Alexander Zverev (E) 4-6, 7-6(2), [10-1]
Match 5: Stefanos Tsitsipas (E) b. Nick Kyrgios (W) 6-3, 6-4
Match 6: Alexander Zverev (E) b. John Isner (W) 7-6(5), 6-7(6), [10-5]
Match 7: Daniil Medvedev (E) bat Denis Shapovalov (W) 6-4, 6-0
Match 8: Stefanos Tsitsipas/Andrey Rublev (E) bat. John Isner and Nick Kyrgios (W) 6-7, 6-3, [10-4]
Match 9 : Alexander Zverev/Andrey Rublev (E) b. Denis Shapovalov/Reilly Opelka (W) 6-2, 6-7, [10-3]

Du spectacle, des beaux matches, de belles images et quelques petites passes d’arme savoureuses… Finalement, il n’a manqué que le suspense dans cette quatrième édition de la Laver Cup, soldée par une très large victoire de la Team Europe (14-1) grâce au double Alexander Zverer/Andrey Rublev qui a porté le coup fatal en battant Denis Shapovalov et Reilly Opelka 6-2, 6-7, [10-3], ce dimanche au TD Garden de Boston.

Un succès historiquement écrasant des Européens qui avaient certes remporté les trois premières éditions de la Laver Cup, mais jamais à un stade aussi avancé du week-end, alors qu’ils restait encore trois simples au programme, lesquels ne se joueront finalement pas.

Le score est sévère, malgré tout, pour les joueurs de John McEnroe qui ont souvent offert une belle résistance puisque plus de la moitié des matches sont allés au super tie break. Mais il est logique, malgré tout, à la lumière des classements mondiaux des participants, le premier « Mondialiste » n’émergeant qu’à la 11ème place du classement ATP, là où tous les joueurs européens figuraient dans le top 10.

Une domination qui pose question

Et encore, il faut rappeler que le Vieux-Continent souffrait de l’absence du Big Three, Novak Djokovic, Rafael Nadal et Roger Federer, le maître à jouer de cette épreuve dont il aura malgré tout été, par sa simple présence, l’une des grandes attractions encore cette année.

Si cela ne devrait pas entraîner de bouleversements dans le format de jeu de l’événement, voilà qui pose question, malgré tout, sur l’équilibre géopolitique du tennis mondial.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *