9 mars 1980 : Le jour où McEnroe a subi la loi de Vilas et de l’Argentine en Coupe Davis

John McEnroe, déjà battu par José Luis Clerc la veille, s’incline une deuxième fois en deux jours lors de la finale de la phase américaine de la Coupe Davis 1980, entre l’Argentine et les Etats-Unis. « Mac » s’incline le 9 mars 1980 face à Guillermo Vilas, en cinq sets, au terme d’une magnifique opposition de styles.

John McEnroe, On This Day

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : McEnroe encore battu, les Etats-Unis éliminés

Le 9 mars 1980, à Buenos Aires, au lendemain de sa toute première défaite en Coupe Davis contre José Luis Clerc, John McEnroe subit un deuxième revers, cette fois contre Guillermo Vilas. L’Américain, qui avait bataillé pendant plus de six heures lors du match d’ouverture et également joué le double, s’incline en cinq sets (6-2, 4-6, 6-3, 2-6, 6-4).

Les personnages : Vilas référence sur terre et McEnroe nouvelle star du tennis US

Guillermo Vilas est né en 1962. L’Argentin se fait connaître en 1974, remportant sept tournois, dont le Masters de fin d’année, où il bat Ilie Nastase en finale (7-6, 6-2, 3-6, 6-4). C’est d’ailleurs le seul titre qu’il gagne sur une surface autre que la terre battue, où son jeu est le plus efficace : gaucher, Vilas est l’un des premiers joueurs à imprimer un énorme lift, en coup droit comme en revers. En 1975, il parvient en finale de Roland-Garros, où il s’incline face à Björn Borg, le seul joueur à pouvoir le défier du fond de court (6-2, 6-3, 6-4). Après deux défaites en finale de l’US Open, en 1975 et 1976, Vilas atteint le sommet de sa forme en 1977. Cette année-là, il domine le tennis mondial, remportant 16 titres, en s’imposant à Roland-Garros (écrasant en finale Brian Gottfried, 6-0, 6-3, 6-0), et à Forest Hills, où il bat le favori du public, Jimmy Connors (2-6, 6-3, 7-6, 6-0).

De plus, il parvient en finale de l’Open d’Australie, sur gazon, où il est battu par Roscoe Tanner (6-3, 6-3, 6-3). Il établit également un record qui demeurera intouchable pendant près de trente ans : une série de 53 victoires consécutives sur terre battue. Malgré ses résultats fantastiques, Vilas n’atteint jamais la première place mondiale, ce qui sera par la suite à l’origine de nombreuses controverses au sujet du système de classement. En 1978, l’Argentin est à nouveau battu par Borg en finale de Roland-Garros (6-1, 6-1, 6-3), mais il parvient à s’adjuger un nouveau titre du Grand Chelem, en dominant John Marks en finale de l’Open d’Australie (6-4, 6-4, 3-6, 6-3). Sa saison 1979 est décevante, il n’obtient aucun résultat marquant en Grand Chelem et lorsqu’arrive le mois de décembre, il est classé hors du Top 5 depuis plusieurs mois, ce qui ne lui était pas arrivé depuis 1974. Mais à Melbourne, il ajoute un dernier titre du Grand Chelem à son palmarès en venant à bout de John Sadri (7-6, 6-3, 6-2).

Guillermo Vilas, Wimbledon, 1980

John McEnroe, né en 1959, éblouit le monde du tennis dès ses premier pas sur le circuit, en 1977, lorsqu’à l’âge de 17 ans, il s’aligne à Wimbledon en tant qu’amateur pour s’extraire des qualifications et atteindre les demi-finales. « Mac » est extrêmement talentueux. Son jeu est basé sur le toucher de balle et la précision, le tout agrémenté d’un service aussi original qu’efficace, souvent suivi au filet. En 1979, il devient le plus jeune vainqueur de l’histoire de l’US Open, en battant en finale Vitas Gerulaitis (7-5, 6-3, 6-3). Il crée également la surprise cette année-là en venant à bout de Björn Borg (7-5, 4-6, 6-2, 7-6) en finale du World Championship Tennis. Le 3 mars 1980, ayant remporté 12 tournois au cours des 12 derniers mois, il devient N.1 mondial pour la première fois.

Le lieu : Buenos Aires

La rencontre de la Coupe Davis 1980 entre l’Argentine et les États-Unis se déroule sur la terre battue du Buenos Aires Lawn Tennis Club, dont le court central peut accueillir jusqu’à 5 500 spectateurs.

L’histoire : Un défi trop dur à relever pour McEnroe

En 1980, la Coupe Davis se déroule sous un format différent de celui que nous connaissons aujourd’hui. À l’époque, pour remporter la compétition, un pays comme l’Argentine doit passer par une phase sud-américaine, puis une finale américaine interzones, avant de pouvoir participer affronter des pays d’autres continents.

La rencontre de mars 1980 entre l’Argentine et les États-Unis est la finale de la phase américaine interzones. L’Argentine a décidé de jouer sur des terrains en terre battue lents, car la plupart des joueurs américains, dont John McEnroe, le nouveau N.1 mondial, sont plus à l’aise sur surfaces rapides. Avec de grands spécialistes comme Guillermo Vilas et José Luis Clerc, l’Argentine peut vraiment renverser l’équipe américaine. Surtout que Jimmy Connors, bien que sollicité par Arthur Ashe et John McEnroe, a refusé de participer.

Lors du match d’ouverture, McEnroe a été battu par Clerc après six heures de combat étalées sur deux jours (6-3, 6-2, 4-6, 13-11). Vilas a battu Brian Gottfried (7-5, 6-4, 6-3), donnant à l’Argentine une avance de 2-0, mais McEnroe et Peter Fleming ont facilement remporté le double, maintenant l’espoir pour leur équipe dans cette rencontre.

Tous les espoirs américains reposent désormais sur McEnroe, mais le défi qu’il doit relever est énorme. Après avoir disputé un match d’ouverture de six heures, puis le double, il doit battre une véritable légende de la terre battue pour donner à son équipe une chance de se qualifier pour le tour suivant.

Le public déchaîné assiste à une superbe opposition de styles, McEnroe essayant de monter au filet à outrance, tandis que Vilas fait tout son possible pour tenir l’Américain à distance. Cependant, au final, malgré un combat acharné, les passings de Vilas se montrent plus précis que les volées de McEnroe. Au cinquième set, l’Américain, probablement fatigué après son marathon de samedi, manque quelques volées faciles qui finissent par lui coûter le match.

Lorsque Vilas remporte le match, des spectateurs envahissent le court pour célébrer la victoire, tandis que McEnroe, choqué après avoir subi ses deux premières défaites en Coupe Davis en deux jours, retourne s’asseoir.

« J’ai trouvé que c’était un match formidable », déclare Tom Gorman, le capitaine américain. « Ils ont des styles différents. Vilas a contré face à McEnroe, qui tentait d’attaquer. Je pensais que Vilas était plus fatigué que McEnroe au cinquième set, et que nous aurions peut-être une chance de le battre. Mais il a bien joué et a fait les bons coups au bon moment. »

La postérité du moment : L’Argentine attendra encore 36 ans, McEnroe quintuple vainqueur

Malgré leur bon départ lors de cette Coupe Davis 1980, Vilas et Clerc seront battus en demi-finale par la Tchécoslovaquie d’Ivan Lendl. Selon Sports Illustrated, leurs disputes incessantes seront l’une des principales raisons de leur défaite. L’Argentine ne remportera la Coupe Davis qu’en 2016, dans le sillage de Juan Martin del Potro.

John McEnroe continuera à jouer la Coupe Davis, emmenant les États-Unis à un total de 5 titres. À la fin de sa carrière, il y affichera un ratio victoires/défaites de 48-8 en simple (avec 6 défaites sur terre battue) et 18-2 en double.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *