24 février 1984 : Le jour où Connors et McEnroe ont enfin joué ensemble en Coupe Davis

Parmi les meilleurs joueurs du monde à l’époque, John McEnroe et Jimmy Connors n’ont pourtant joué qu’une seule saison ensemble en Coupe Davis, en 1984. Ainsi leur première cape commune était à Bucarest, contre la Roumanie, au premier tour de la compétition cette année-là. Pour une qualification tranquille à la clé.

John McEnroe and Jimmy Connors, On This Day

Ce qu’il s’est passé ce jour-là : Connors et McEnroe enfin réunis en Coupe Davis

Le 24 février 1984, Jimmy Connors et John McEnroe font équipe pour la première fois en Coupe Davis, sous le capitanat d’Arthur Ashe, pour battre la Roumanie sans perdre un seul set. Alors que McEnroe avait toujours été un grand joueur de Coupe Davis, ayant déjà remporté la compétition à quatre reprises, Connors avait jusqu’alors montré peu d’entrain à jouer sous le drapeau américain. Avec les deux meilleurs joueurs du monde, Ashe entame l’année 1984 avec une équipe de rêve. Mais malgré ses efforts, Connors et McEnroe ne parviendront jamais à s’entendre et seront battus en finale par la Suède.

Lire aussi – 16 décembre 1984 : Le jour où les États-Unis ont subi la loi de la Suède en Coupe Davis

Les personnages : McEnroe et Connors, les enfants terribles du tennis US

Début 1984, John McEnroe, né en 1959, est N.2 mondial, après avoir déjà occupé la première place pendant 99 semaines. Le gaucher de New York a ébloui le monde du tennis dès ses premiers pas sur le circuit, en 1977, lorsqu’à l’âge de 17 ans, il s’était aligné à Wimbledon en tant qu’amateur pour s’extraire des qualifications et atteindre les demi-finales. « Mac » est extrêmement talentueux, son jeu étant basé sur le toucher de balle et la précision, le tout agrémenté d’un service aussi original qu’efficace. Il est aussi bien connu pour ses sautes d’humeur et ses constantes discussions avec le corps arbitral. En 1979, il devient le plus jeune vainqueur de l’histoire de l’US Open en battant en finale Vitas Gerulaitis (7-5, 6-3, 6-3). Il a également créé la surprise cette année-là en venant à bout de Bjorn Borg en finale du WCT (7-5, 4-6, 6-2, 7-6). À l’entame de la saison 1984, il détient déjà cinq titres du Grand Chelem, dont trois US Open et deux Wimbledon. Son match le plus connu est la finale de Wimbledon 1980, perdue en cinq sets contre Borg, après avoir gagné un incroyable tie-break au quatrième set (18-16). McEnroe, qui a aussi été N.1 mondial en double, est un redoutable joueur de Coupe Davis, qui a mené son équipe à la victoire à quatre reprises, en 1978, 1979, 1981 et 1982.

Jimmy Connors, né en 1952, est l’un des plus grands joueurs de son temps. Coaché depuis toujours par sa mère, Gloria, Connors est l’un des premiers joueurs à jouer à plat et en cadence depuis la ligne de fond de court. Sa manière de frapper la balle montante inspirera beaucoup les futures générations de joueurs. « Jimbo », passé pro en 1972 à vingt ans, devient N.1 mondial dès 1974. Cette année-là, il remporte trois des quatre tournois du Grand Chelem, tout en étant interdit de participation à Roland-Garros, le quatrième tournoi, en raison d’une procédure judiciaire qu’il avait lancée contre l’ATP. Il demeure N.1 mondial pendant une durée record de 160 semaines consécutives, entre 1974 et 1977. Après avoir cédé son trône à Bjorn Borg le 23 août 1977, pour une semaine seulement (!), il le récupère pour 84 semaines supplémentaires, jusqu’au printemps 1979. À ce moment de sa carrière, il a déjà décroché cinq titres du Grand Chelem : l’Open d’Australie (1974), Wimbledon (1974) et l’US Open (1974, 1976, 1978). De 1979 à 1981, Connors n’évolue pas au même niveau que lors de ses plus grandes années, n’atteignant pas la moindre finale de Grand Chelem. Il revient brillamment au premier plan en 1982-83, redevenant numéro 1 mondial après avoir remporté trois nouveaux trophées en Grand Chelem : Wimbledon en 1982, et l’US Open en 1982 et 1983, portant son total de titres majeurs à huit. En 1984, il est toujours classé troisième au classement ATP.

Les deux joueurs sont connus pour leur attitude sur le terrain qui dénote dans le monde bien policé du tennis.  Ils n’hésitent pas à se montrer vulgaires et leurs querelles incessantes avec les officiels ne passaient pas inaperçues dans un sport de gentlemen.

Le lieu : Le Palais des Sports de Bucarest

Le premier tour de la Coupe Davis de 1984 entre la Roumanie et les États-Unis se joue sur moquette indoor à Bucarest, au Palais des Sports, d’une capacité de 5 300 spectateurs, construit en 1974.

L’histoire : Connors convaincu par son manager, un premier tour sans histoire

Tout au long de sa déjà longue et superbe carrière, Jimmy Connors n’a jamais montré beaucoup d’intérêt pour la Coupe Davis. En 1972, à 19 ans, il avait fait partie de l’équipe américaine pour la première fois, mais il s’était ouvertement agacé lorsque le capitaine Dennis Ralston avait choisi Tom Gorman et Erik van Dillen pour jouer le premier jour. À l’époque, les joueurs n’étaient pas payés pour représenter leur pays, et Connors privilégie l’argent au patriotisme. De plus, Jimbo et son manager de l’époque, Bill Riordan, avaient intenté un procès non seulement contre l’ATP, après son interdiction de jouer à Roland-Garros en 1974, mais aussi contre Arthur Ashe, alors pilier de l’équipe américaine de Coupe Davis, mais qui est en aussi devenu le capitaine après sa retraite.

« Jimmy avait peu d’intérêt pour la légende et les traditions de la Coupe Davis », résume Ashe.

Au contraire, son rival, John McEnroe, a toujours considéré la Coupe Davis comme quelque chose de spécial, et il a mené son équipe à la victoire finale en 1978, 1979, 1981 et 1982. Pendant tout ce temps, les deux légendes américaines, qui se détestent sincèrement, n’ont jamais joué ensemble en Coupe Davis, puisque Connors n’a fait qu’une seule apparition, en 1981.

Mais cette fois, Ashe a finalement convaincu Connors d’unir ses forces avec McEnroe sous le drapeau américain. Plus précisément, comme Ashe l’écrira plus tard dans son livre, « « Days of Grace », c’est le manager de Connors, Donald Dell, qui a fait le travail :

« Dell, un ancien capitaine de Coupe Davis, avait fait valoir à Jimmy et à sa mère, Gloria, qu’aucun Américain n’avait jamais atteint le statut de légende sans avoir joué la Coupe Davis, alors Jimmy a accepté de jouer ».

Le 24 février 1984, le jour de l’ouverture du premier tour de la Coupe Davis, les joueurs roumains se trouvent bien démunis face à cette dream team américaine. Leur meilleur joueur, Florin Segarceanu, n’est que 89e mondial, et leur N.2, Ilie Nastase, ancien numéro 1 mondial, a maintenant 37 ans et n’est plus que l’ombre de lui-même. Lors du match d’ouverture, Connors écarte Segarceanu (6-2, 6-3, 6-4) et McEnroe bat facilement  Nastase (6-2, 6-4, 6-2). « Nasty »  fait son cinéma habituel pour déconcentrer McEnroe. Mais il n’a plus le niveau pour menacer l’Américain.

John McEnroe

Selon Sports Illustrated, McEnroe déclare au sujet de Nastase :

« Je vais vous dire ce qu’il devrait faire. Il ne devrait pas participer à des événements comme celui-ci. Il devrait se remettre en forme, travailler un peu son jeu, et je vous garantis qu’il serait dans le top 30 mondial. Il n’aurait alors plus besoin de faire toutes ces conneries. Il fait le clown, et il ne gagne même pas. Qu’est-ce qu’on pourrait imaginer de pire ? »

Les États-Unis bouclent la rencontre le lendemain, lorsque McEnroe et Peter Fleming prennent le dessus sur Segarceanu et Nastase (6-3, 6-4, 6-4). 

La postérité du moment : Connors ne reviendra pas après l’échec, McEnroe en remportera une cinquième

La Dream Team américaine atteindra la finale de la Coupe Davis en 1984. Mais bien que McEnroe soit alors le N.1 mondial incontesté et Connors son dauphin, ils seront lourdement battus par la Suède. Leur incapacité à s’entendre sera l’une des raisons de cette déroute. Selon McEnroe, malgré la valeur évidente de l’équipe suédoise et la problématique de la surface, les Etats-Unis perdront la rencontre avant même qu’elle n’ait débuté. « Le contraire de l’esprit d’équipe, voilà ce que l’on avait à Göteborg », écrira-t-il dans son livre. Connors ne participera plus jamais à la Coupe Davis après 1984. Mais McEnroe remportera un cinquième titre, en 1992, en tant que spécialiste du double, avec une dream team d’un nouveau genre : Pete Sampras, Andre Agassi et Jim Courier.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *