Comment Instagram Live assouvit le besoin de lumière des joueurs

Les joueurs de tennis professionnels ont fondamentalement besoin d’être exposés médiatiquement et de se sentir au contact de leurs fans, comme ils le sont toute l’année sur le circuit. Instagram Live leur permet de pallier ce manque pendant le confinement. Pour le plus grand bonheur des fans et des sponsors.

Les joueurs prennent du plaisir sur Instagram Live

Qu’ont en commun Roger Federer, Rafael Nadal, Novak Djokovic, Andy Murray, Stan Wawrinka, Alexander Zverev, Fabio Fognini, Gaël Monfils, Benoît Paire, Nick Kyrgios ? Ils sont tous parmi les 30 meilleurs joueurs mondiaux, oui. Ils ont tous remporté au moins un titre sur le circuit ATP depuis 2017, soit. Mais ils sont surtout tous apparus sur Instagram Live pendant le confinement imposé par la pandémie de coronavirus, et assez rapidement. Ces lives, ils les font principalement entre eux, mais aussi avec d’autres sportifs et amis. Ce n’est pas une coïncidence. Il manque à ces champions de ne plus être le centre d’attention de milliers de paires d’yeux, comme c’est le cas habituellement durant la saison. 

Comme ce vendredi soir, c’est « Stanpairo », François, fan de tennis de 23 ans, ouvrira Instagram vers 19 heures. Le 22e joueur mondial Benoît Paire et son ami triple vainqueur en Grand Chelem Stan Wawrinka se retrouveront de nouveau pour discuter du tennis et de leur vie en sirotant des cocktails. « J’adore ces joueurs, je prends beaucoup de plaisir à les regarder et à leur poser des questions sur Instagram. Ils disent des choses qu’ils ne diraient pas d’habitude ». 

Entre collègues sur Instagram, les joueurs s’expriment de manière beaucoup plus spontanée et ouverte que d’habitude. Pêle-mêle, nous avons entendu: Nadal admettre ses difficultés à se lever tôt pendant la quarantaine, interroger Federer sur l’état de son genou, Djokovic parler de ses routines matinales et donner son avis sur la vaccination, Murray confier au Serbe quelle était sa plus dure défaite contre lui, Wawrinka tailler Paire sur son coup droit, le Français révéler qu’il avait déjà « fait l’amour une heure avant un match ». 

En temps normal, les joueurs ne partagent pas ce genre de réflexions personnelles avec les journalistes.

« C’est très touchant parce que ça renvoie aussi à leur côté humain. D’habitude, ils se livrent peu sur leurs questionnements, leurs doutes, parce que derrière, aussi, il y a cette histoire selon laquelle ils sont invincibles, ils sont des super-héros. Mais ce sont avant tout des êtres humains avec aussi des failles », souligne Meriem Salmi, une psychologue française qui travaille avec de nombreux athlètes de haut niveau, comme Teddy Riner. 

On peut voir ces échanges sur les réseaux sociaux comme une manière de subvenir à leur besoin de reconnaissance et d’amour, dans une période où ils n’ont pas la visibilité médiatique qu’ils ont sur le circuit.

« Les autres joueurs, le public, les médias font partie de leur vie: c’est leur environnement. Quand ils sont en compétition, ils côtoient tous ces gens et communiquent en direct sur les terrains, ils vont voir leurs fans pour signer des autographes, parler, échanger…« , explique Meriem Salmi.

« C’est quand même un sacré booster d’ego »

Alizé Lim, joueuse professionnel français (meilleur classement: 135e), suivie par 75 000 personnes sur Instagram, participe aux Lives de Gaël Monfils sur Twitch chaque mercredi.

« J’ai fini mon live le soir et j’avais les nerfs excités. Il m’a paru difficile de me concentrer immédiatement sur autre chose de façon calme. Je me suis dit : tiens tiens, au milieu de cette vie plate et stable, finalement ce ressenti est comme quand l’adrénaline met un peu de temps à redescendre après un match… Après tout, c’est un peu une performance, on se met en scène face à des centaines (ou milliers pour d’autres) de personnes. C’est quand même un sacré booster d’ego ». 

Nadia Richard, une amie d’Alizé, influenceuse sur Instagram, qui fait trois lives par semaine, a partagé avec elle son ressenti :

« Je suis comédienne à la base… j’ai besoin d’être au centre de l’attention. Et finalement, ces lives, ça me donne un peu de ça. Presque comme un remède pour pallier à ce défaut ».

Les joueurs ne font pas seulement ces lives dans un but narcissique, relativise la psychologue :

« Je ne pense pas que, pour la majorité, on soit dans une logique narcissique. On est plus dans un échange. Ils savent que leurs fans aussi en ont besoin. Il peut y avoir évidemment des gens égocentrés sur les réseaux sociaux, mais les sportifs aiment bien donner. Ils aiment bien rendre ce qu’on leur donne. »

Les fans sont très friands de ces moments. Jusqu’à 53 000 téléspectateurs simultanés ont regardé Nadal et Federer parler en direct, soit l’équivalent de trois Centre Court de Wimbledon. Les lives entre Wawrinka et Paire attirent également des milliers de personnes.

« Cela nous permet de mieux connaître les joueurs. Je me rends compte notamment que je me reconnais dans le style de vie de Benoît Paire« , explique François. Entendre Djokovic échanger avec des amis qui l’inspirent, comme il l’a fait avec Chervin Jafarieh, une sorte de mentaliste, permet aux fans de mieux cerner son état d’esprit et les racines de son mental hors norme. 

Les sponsors voient ces initiatives de manière très positive. Nous avons contacté Lacoste, le sponsor des vêtements de Novak Djokovic et Benoît Paire. « Ces initiatives sont très bénéfiques pour notre sport. Les passionnés ont accès à des contenus et des échanges authentiques. Ces lives entre joueurs permettent d’humaniser cette élite du tennis mondial tout en restant inspirant pour les fans de tennis », a réagi la marque au célèbre logo en forme de crocodile. Elle a confirmé que ces lives étaient des initiatives « personnelles ».

Il sera intéressant de voir si la tendance des Instagram lives entre joueurs se poursuivra une fois que le tennis aura repris. Fans et sponsors l’espèrent.  

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *