Barbora Krejcikova : “Maintenant que j’ai accompli tous mes rêves, je n’ai plus qu’à vraiment en profiter”

Après une formidable année 2021, entre son titre à Roland-Garros en simple et l’or olympique en double, Barbora Krejcikova savoure sa position nouvelle. Sans vouloir se mettre de pression pour l’US Open, le dernier Grand Chelem de la saison.

31 août 2021
Barbora Krejcikova at Cincinnati in 2021

US Open 2021, 8e de finale | Krejcikova [8] v Muguruza [9] | Mardi 4h00 approx.

Il y a pile un an, Barbora Krejcikova était classée au-delà du Top 100, se demandant si elle accomplirait un jour son rêve de réussir en simple. Alors quadruple vainqueure de Grand Chelem en double (deux titres chez les femmes et deux titres en double mixte), la Tchèque avait la sensation d’avoir le jeu pour grimper au sommet du classement. Mais elle n’arrivait pas à le montrer dans les grands moments.

Avancez le temps d’une année et la Tchèque est arrivée à l’US Open en tant que vainqueure de Grand Chelem en simple, ayant remporté le titre à Roland-Garros avec panache à la fin du printemps, ainsi que le titre en double femmes. Elle a débarqué avec le statut de Top 10 et championne olympique de double.

Encore maintenant, elle doit se pincer pour y croire. “C’étaient les montagnes russes, a confié Krejcikova à Tennis Majors à l’approche de l’US Open. Je suis très heureuse d’avoir accompli tout ça et d’être dans ma position actuellement. Ç’a toujours été là où je voulais être et où je voulais jouer. Je savoure vraiment ce qui m’arrive et j’en suis reconnaissante.”

Krejcikova : “Ça m’a juste pris un peu plus de temps pour organiser mon jeu et trouver mes armes”

Krejcikova avait intégré le Top 100 après avoir atteint les huitièmes de finale à Roland-Garros en octobre 2020. Ce n’était qu’un avant-goût de ce qui allait arriver, même si peu auraient prédit qu’elle traverserait le tableau pour décrocher le titre.

Ayant déjà gagné des tournois du Grand Chelem en double, avec Katerina Siniakova à Paris et à Wimbledon en 2018, et avec Rajeev Ram (2019, 2021) ou Nikola Mektic (2020) en double mixte à l’Open d’Australie, Krejcikova ne découvrait pas les week-ends de finales.

“Je savais à quoi m’attendre. C’était une sensation totalement différente, mais j’avais déjà connu ce sentiment en double, sur le même court avec du public, je l’avais déjà vécu. C’était bien pour moi. Je pense que ça m’a donné un avantage quand je suis entrée sur le terrain.”

Avant son sacre à Roland-Garros cette année, Krejcikova avait aussi remporté le titre en simple à Strasbourg. Ça n’en restait pas moins une énorme surprise quand elle a soulevé son premier trophée du Grand Chelem en solitaire, battant au passage Elina Svitolina, Sloane Stephens, Coco Gauff, Maria Sakkari, et Anastasia Pavlyuchenkova en finale.

“J’ai toujours senti que j’avais le jeu pour le faire, assure Krejcikova. Quand je m’entraînais avec toutes les meilleures filles, je trouvais que je jouais bien avec elles. Ça m’a juste pris un peu plus de temps pour organiser mon jeu et trouver mes armes. Je pense que c’est pour ça que ça m’a pris plus longtemps.”

L’entrée dans le Top 100, un déclic pour Krejcikova

Alors, où s’est faite la différence ? “Je n’ai pas vraiment fait quelque chose différemment d’avant. Peut-être que la pandémie a aidé parce que ça signifiait plus de temps à la maison à jouer avec mon coach, alors qu’il ne pouvait pas vraiment voyager auparavant. J’ai un an de plus, j’ai encore pris en maturité. J’avais la sensation de prendre encore plus de plaisir à jouer de tennis.”

“Entrer dans le Top 100 était aussi important, parce que c’était un objectif que j’ai toujours voulu atteindre. Ça m’a pris un long moment pour y parvenir, plus de trois ans. Je pense que ce sont les tournants.”

Je ne m’attendais à ce que les JO aient plus d’importance que mon titre à Roland-Garros, parce que j’avais l’impression que c’était déjà énorme. Mais après avoir remporté l’or, j’ai compris que les JO étaient vraiment au-dessus.

Barbora Krejcikova

Gagner Roland-Garros a tout bouleversé, la faisant grimper dans le Top 20 mondial. Et la confiance emmagasinée lui a permis de poursuivre sur sa lancée, remportant le tournoi de Prague la semaine après Wimbledon et entrant dans le Top 10 en août.

“Je dirais que ç’a changé beaucoup de choses parce que c’est un rêve, reconnaît Krejcikova. Je pense qu’il y tant de joueuses qui veulent remporter un Grand Chelem et c’est un rêve devenu réalité. J’ai toujours eu la sensation que je gagnais en double que je pouvais gagner quelque chose d’autres, mais je voulais bien figurer en simple. En ajoutant cette médaille d’or, déjà aujourd’hui c’est une carrière incroyable.”

“Je pense que je suis simplement plus calme et j’en profite. Je prends plus de plaisir qu’il y a un an, quand je cherchais toujours à entrer dans le Top 100 sans réussir. C’était une période vraiment difficile. Maintenant que j’ai accompli tous mes rêves, je n’ai plus qu’à y aller, vraiment profiter, jouer au tennis et faire ce que j’aime.”

Devenir championne olympique avec Siniakova était un moment particulier.

Krejcikova - Siniakova, Jeux olympiques de Tokyo 2020
STOYAN NENOV

Comme Belinda Bencic, qui l’a battue au troisième tour sur la route du titre en simple à Tokyo, Krejcikova a apprécié pouvoir partager sa médaille d’or dans les semaines suivant les JO. Elle est maintenant en sécurité à la maison, mais elle a réalisé l’ampleur de ce qu’elle avait réalisé quand elle est rentrée en République tchèque.

“C’est énorme, en particulier chez nous. Même les gens qui ne suivent pas vraiment le tennis, pendant les Jeux Olympiques, ils le font. Moi et ma partenaire, nous avons écrit l’histoire là-bas.”

“Je ne m’attendais à ce que les JO aient plus d’importance que mon titre à Roland-Garros, parce que j’avais l’impression que c’était déjà énorme. Mais après avoir remporté l’or, j’ai compris que les JO étaient vraiment au-dessus. Et j’étais heureuse de ne pas en avoir pris conscience avant, parce que je pense que j’aurais été plus nerveuse.”

Le grand tableau à l’US Open en simple, une première pour Krejcikova

Ayant remporté Roland-Garros dans la peau d’une outsider, Krejcikova figure parmi les joueuses à abattre. La chasseuse est devenue la chassée. Mais la joueuse de 25 ans semble prête à affronter cette nouvelle attente.

“Il y a toujours eu de la pression. Quand j’étais en dehors du Top 100 et toutes les joueuses tchèques y étaient, je les battais, mais je n’arrivais pas à y aller. Donc c’était déjà une vraie grosse pression.”

“Maintenant que j’y suis parvenue, même si beaucoup de gens s’attendront à ce que je gagne, je vais juste jouer. Je vais avoir des bons jours où je vais gagner et des mauvais où je vais perdre. C’est ainsi. Et j’espère en connaître plus où je gagnerai.”

Son ascension est tellement fulgurante que, comme à Wimbledon cet été, Krejcikova a intégré le tableau principal de l’US Open pour la première fois de sa carrière. Tête de série numéro 8, elle a déroulé au premier tour contre Astra Sharma lundi (6-0, 6-4).

“C’est cool, hein ?, a-t-elle souri au sujet de sa présence dans le tableau. Je dirais que c’est comparable à jouer Wimbledon pour la première fois en étant l’une des 16 principales têtes de série. C’est assez fou, parce qu’avant je ne pouvais que passer par les qualifications. C’est différent maintenant.”

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *