« Daniil doutait de pouvoir être Top 30 », raconte son entraîneur Gilles Cervara

Dans un podcast à paraître dimanche sur Tennis Magazine, l’entraîneur de Daniil Medvedev, Gilles Cervara, révèle que le Russe n’a jamais formule de grandes ambitions.

Gilles Cervara

Le Russe Daniil Medvedev et le Français Gilles Cervara forment l’un des duos joueur – entraineur les plus intéressants à voir évoluer du tennis masculin mondial. Pas seulement parce que la franchise de leur relation peut pousser Cervara à quitter le court en plein match après s’être fait reprocher (dans un excellent français) de « péter les plombs ». Mais aussi parce qu’entre le joueur de 25 ans et le coach de 40 ans, se joue l’une des ambitions les plus affûtées et les plus atypiques du monde du tennis.

Dans un podcast à paraître dimanche sur Tennis Magazine (sur Apple / Spotify), Gilles Cervara explique que si l’ambition de Medvedev, qui va affronter Novak Djokovic en finale de l’Open d’Australie dimanche, est aujourd’hui orientée vers le sommet du tennis mondial, c’est moins par effort programmé que par la force de ses propres résultas :

« Quand nous avons travaillé ensemble, nous étions tous les deux dans la même inconscience qu’il pouvait arriver à ce niveau. ll ne dit pas : ‘je veux gagner ce tournoi et me retrouver à tel niveau’. Il dit : ‘Je veux être le meilleur possible’, que ce soit à la séance d’entraînement suivante ou au point suivant. Ce sont des micro-objectifs qui, en étant sérieux, apportent des résultats. »

« Il ne s’est jamais dit, je ne lui ai jamais dit : ‘Tu seras top 30’. On a pu l’aborder, mais jamais en terme d’objectifs. Ça ne marche pas avec lui. Lui-même doutait, il y a deux ans ou trois ans, qu’il pouvait être top 30. Tout ça se révèle à nos yeux au fur et à mesure. »

Daria Medvedeva, Daniil Medvedev, Gilles Cervara

Cervara : “Des étapes” avant la place de n°1 mondial pour Medvedev

Assuré d’être troisième mondial après l’Open d’Australie, deuxième s’il l’emporte dimanche, Daniil Medvedev était 68e mondial en août 2018, 16e en décembre de la même année, avant de clore l’année 2020 à la 5e place mondiale après notamment sa finale à l’US Open 2019.

La gloire en Grand Chelem, le sommet du tennis mondial, tel est désormais l’horizon du joueur aux vingt victoires consécutives sur le circuit, notamment parmi elles une victoire contre au moins tous les membres du Top 10 à avoir joué (Roger Federer exclu, donc).

« Quand on a fait ce qu’il a fait depuis deux ans et demi, oui, on se rapproche des (victoires en) Grand Chelems et de la place de numéro un. Ça ne veut pas dire que ça va avoir lieu de façon attendue ou prévisible. Il y a encore plein de petites choses qui méritent d’être travaillées. Elle arriveront en temps et en heure. Il y a des étapes. »

Cervara : “Le tennis, mon levier pour être un homme”

Gilles Cervara entraine Daniil Medvedev à plein temps depuis l’année 2017. Les deux hommes se sont rencontrés à l’Elite Tennis Center de Cannes, où Cervara avait rejoint Jean-René Lisnard à l’époque. Dans ce podcast d’une grande sincérité, Gilles Cervara explique à quel point « le tennis a été (son) outil, (son) levier pour devenir un homme, pour être un être humain qui tient debout, qui donne du sens à sa vie et qui essaie d’aider les autres à chercher cela aussi pour eux. »

Medvedev et Cervara ont mené leur préparation à la Mouratoglou Tennis Academy. «On a fait une super préparation, on a bien bossé, on a pu faire tout ce qu’on voulait.»

Daniil Medvedev et Gilles Cervara joueront ensemble pour réussir le plus grand accomplissement sportif de leur carrière, dimanche  à 9h30 en finale de l’Open d’Australie 2021.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *