le meilleur du tennis
dans ta boite mail

Des milliers de fans sont déjà abonnés

y

En chiffres et en mots, comment Rafael Nadal a (encore) repoussé les frontières du possible

En remportant ce dimanche une finale de l’Open d’Australie complètement folle contre Daniil Medvedev, Rafael Nadal a repoussé une fois de plus les limites de l’impossible. Que ce soit en terme de chiffres bruts ou d’émotion pure…

Rafael_Nadal_A0_2022 ©Sydney Low/CSM/Shutterstock

Il était 2h40 lorsque Rafael Nadal s’est présenté en conférence de presse ce dimanche (ou plutôt ce lundi…) à Melbourne après sa victoire homérique en cinq sets en finale de l’Open d’Australie contre Daniil Medvedev. Ça n’était pas le chiffre le plus fou, toutefois, d’une finalement totalement dingue à l’issue de laquelle l’Espagnol, logiquement, avait les traits quelque peu tirés, mais le sourire d’un enfant qui viendrait de décrocher le pompon. Ivre de joie, Rafa a pris le temps de soupeser l’exploit légendaire qu’il venait de réussir. Face aux chiffres, voici ses mots.

21

Le nombre de titres du Grand Chelems que possède désormais Rafael Nadal, ce qui en fait, pour la première fois de sa carrière, le joueur le plus titré de tous les temps en nombre de tournois majeurs, devant ses éternels rivaux du Big Three, Roger Federer et Novak Djokovic.

Ce qu’il en a dit : “Evidemment, j’ai conscience que ce chiffre 21 est spécial. Je me sens honoré. Chanceux d’avoir accompli une nouvelle fois quelque chose de très particulier. Après, je reste sur ma position. Je me fous de savoir si je suis le meilleur joueur de l’histoire ou l’un des meilleurs. Ce qui est surtout incroyable pour moi, c’est de remporter un nouveau titre du Grand Chelem à ce stade de ma carrière. Finalement, remporter un second Open d’Australie signifie beaucoup plus pour moi que le reste.”

5h24

La durée de cette finale, ce qui en fait la deuxième plus longue finale de Grand Chelem de l’histoire derrière les 5h53 de celle de l’Open d’Australie 2012, perdue par ce même Rafael Nadal face à Novak Djokovic. Il y a dix ans, déjà…

Ce qu’il en a dit : ” Je n’étais pas prêt pour ce genre de bataille, honnêtement. Je ne me suis pas suffisamment entraîné pour être préparé à ça. Mais ce soir, c’était très spécial. C’était le jour à tout donner. Et j’ai vraiment donné tout ce que j’avais, à l’intérieur de moi-même. A la fin, j’étais tellement fatigué que je n’avais même pas la force de célébrer. Même maintenant, face à vous, je suis détruit physiquement. Mais j’ai apprécié tous les aspects de cette bagarre.”

4

C’est la quatrième fois de sa carrière que Rafael Nadal réussit à remonter victorieusement un handicap de deux sets. Un exploit qui reste rarissime a fortiori en finale de Grand Chelem, puisque c’est seulement la 7e fois dans l’ère Open que la chose se produit, dont une pas plus tard qu’à Roland-Garros l’an dernier (Novak Djokovic contre Stefanos Tsitsipas). En Australie, ça n’était jamais arrivé dans l’ère Open !

Ce qu’il en a dit : “Si l’on prend en compte le scénario, le contexte, c’est sans aucun doute le plus grand come-back de ma carrière. Je n’arrêtais pas de me répéter, pendant tout le match, que j’avais déjà perdu de nombreuses fois ici en ayant des occasions, en étant souvent malchanceux. Je voulais juste rester en vie le plus longtemps possible. Me bagarrer jusqu’au bout. Et me donner une chance de renverser ce match. Bien sûr, j’ai été un peu chanceux. Mais en même temps, je me suis vraiment battu pour ça. “

90

Le nombre de titres que compte désormais Rafael Nadal dans sa carrière. Il est le quatrième joueur à atteindre ce cap après Jimmy Connors (109), Roger Federer (103) et Ivan Lendl (95). Un record toutefois à son actif, déjà acté après sa victoire au Melbourne Summer Set disputé en préambule de l’Open d’Australie : il est le seul joueur de l’ère Open à avoir remporté au moins un titre lors de 19 saisons consécutives.

Ce qu’il en a dit : “Sans aucun doute, ce titre m’a procuré plus d’émotions que mon premier Grand Chelem (à Roland Garros 2005, Ndlr). Quand vous arrivez à un stade aussi tardif de votre carrière, vous savourez davantage ce genre de moments parce que vous savez que vos chances sont moindres. A 19 ans, c’est évidemment génial de gagner mais vous savez que, si vous continuez à bien jouer, d’autres chances doivent se présenter à vous à l’avenir. Moi, aujourd’hui, je ne sais pas ce qui peut arriver demain. Alors, bien sûr, je suis fier. La satisfaction personnelle est plus importante qu’avant, car je suis davantage dans le moment présent.”

5

Le nombre de mois d’absence de Rafael Nadal avant de revenir à la compétition en 2022. Après sa défaite en demi-finales de Roland-Garros contre Novak Djokovic, Rafael Nadal n’avait plus joué qu’un seul tournoi en 2021, début août, à Washington (battu à son deuxième match par Lloyd Harris), avant de mettre un terme à sa saison en raison d’une blessure au pied.

Son come-back victorieux à Melbourne évoque irrémédiablement celui de Roger Federer, vainqueur au même âge (35 ans) en 2017, face à Nadal himself, après six mois sur la touche fin 2016 suite à une blessure au genou.

Nadal est d’ailleurs le troisième joueur le plus âgé à remporter l’Open d’Australie, après Roy Emerson (37 ans en 1972) et, donc, Federer, qui avait quelques semaines de plus en 2017.

Ce qu’il en a dit : “Je ne sais pas si c’est mon plus beau Grand Chelem, mais c’est clairement le plus inattendu, et le plus surprenant pour à peu près tout le monde, je crois. Aujourd’hui je n’avais pas de douleurs du tout. J’ai pu courir sans limite. Je ne sais pas comment je me sentirais demain, mais je me sens chanceux d’avoir pu librement jouer au tennis pendant un mois. Je ne m’y attendais pas. C’est un sentiment incroyable. 

Je sais que cela peut changer car ma blessure est difficile à guérir, impossible même. Alors je savoure. Evidemment, tout cela me donne de l’énergie et renforce ma confiance de pouvoir continuer à jouer, continuer à profiter de ce merveilleux sport.”

Rafael Nadal wins AO 2022

Autres chiffres notables

  • 4. Nadal devient le quatrième joueur de l’histoire (et le deuxième dans l’ère Open) à remporter au moins deux fois tous les titres du Grand Chelem, après Roy Emerson, Rod Laver et Novak Djokovic.
  • 29. Nadal a désormais disputé 29 finales du Grand Chelem, à deux unités du record de tous les temps, co-détenu par Roger Federer et Novak Djokovic.
  • 501. Nadal compte désormais 501 victoires sur sur extérieur, ce qui fait de lui le quatrième joueur de l’histoire le plus prolifique sur cette surface après Roger Federer (780), Novak Djokovic (630) et Andre Agassi (596).

Personnes mentionnées

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *