« La majorité des joueurs se sent incapable de continuer la saison comme ça »

Après leur quart de finale à l’Open d’Australie mardi, Alexander Zverev et Novak Djokovic ont remis en cause l’isolement sur place avant le Majeur, mais aussi le calendrier de la saison.

L’Open d’Australie 2021, qui compte ses blessés à la pelle, se révèle au fil des tours comme une redoutable épreuve de résistance physique. Novak Djokovic fait partie de ces joueurs diminués. Le Serbe, huit fois vainqueur du Majeur australien, se bagarre avec ses abdominaux depuis son troisième tour contre Taylor Fritz et affirme qu’il aurait déclaré forfait dans n’importe quel autre tournoi qu’un tournoi du Grand Chelem. Même s’il a affirmé aller mieux après son quart de finale remporté contre Zverev, le Serbe a pris solennellement la parole pour affirmer que les joueurs n’étaient pas prêts à revivre une telle expérience.

« Ce que nous voyons depuis quelques jours n’est pas normal. Il y a un nombre inhabituel de blessés. Là, il y a Berrettini, Rafa (Nadal) est arrivé avec une blessure au dos, Dimitrov Sascha (Zverev), moi aussi, j’ai lutté. Je veux dire que cela a forcément quelque chose à voir avec ce qui nous est demandé : disputer un tournoi et un Grand Chelem après quinze jours de quarantaine. Pour certains joueurs, c’était encore plus dur que pour moi, c’est sûr (il a été en stage de préparation à Adelaide avec un staff étoffé, ndlr). Je ne peux pas me plaindre par rapport à certains qui n’ont pas pu sortir de leur chambre d’hôtel pendant 14 jours.

Lire aussi : L’Open d’Australie 2021, défi physique extrême

Novak Djokovic, Open d'Australie 2021

Djokovic : « Je ne pointe personne du doigt »

Pour Djokovic, de nombreux joueurs sont touchés sur le plan physique et mental.

« Vous savez, je ne veux pas rester assis ici à me plaindre de ce que nous avons vécu, mais nous devons être honnêtes et réalistes sur le fait que cela a un impact sur le bien-être physique des joueurs. Bien sûr aussi sur le plan mental, émotionnel, mais physiquement, je veux dire que ce n’est pas normal. »

Le numéro un mondial est même allé jusqu’à affirmer que les joueurs pourraient ne pas jouer sur le circuit ATP avec le calendrier tel qu’il est prévu si les règles présidant à l’organisation des tournois était si stricte et exigeante.

« En parlant avec beaucoup de joueurs, la majorité d’entre eux ne veulent tout simplement pas continuer la saison si nous devons être en quarantaine la plupart des tournois. C’est donc quelque chose qui devrait être discuté. J’ai parlé à certains membres du conseil des joueurs. Ils disent qu’ils ont des discussions approfondies à ce sujet avec la direction de l’ATP. »

« Nole » veut être fixé rapidement pour pouvoir se projeter sur la suite de la saison.

« J’attends des réponses. Je veux comprendre à quoi va ressembler la suite de la saison après l’Australie, parce que ce n’est certainement pas bon pour les joueurs en termes de bien-être. Je ne pointe personne du doigt. C’est juste que je dis ce qui se passe, je dis la vérité, je dis la réalité, et nous devons en parler. »

Des doutes sur la suite du calendrier

Après l’Open d’Australie, des tournois auront lieu aux Etats-Unis, au Moyen-Orient et en Europe. Les conditions d’isolement et d’entrée sur le territoire sont différentes selon les pays et cela crée des difficultés qui empêchent les joueurs de se projeter.

« La majeure partie de la saison se poursuivra en Europe. L’ATP a mis en place cette règle du joueur accompagné de deux personnes seulement seulement, qui empêche de voyager en famille. Nous devons régler cette question très rapidement, car la saison a déjà commencé. Le bien-être physique des joueurs est un grand point d’interrogation, et je pense qu’il faut s’en occuper. »

Alexander Zverev a abondé dans le sens du Serbe.

« Nous ne pouvons pas avoir un circuit itinérant en ce moment. Je pense que l’ATP devrait se pencher là-dessus et faire en sorte d’avoir un lieu, comme ici, et de jouer plusieurs semaines au même endroit. Plusieurs tournois, plusieurs semaines ».

Alexander Zverev, Open d'Australie 2021, 1er tour

L’absence du public, comme c’est le cas dans tous les tournois de tennis en Europe, doit permettre, pour lui, de trouver le lieu idoine.

« En fin de compte en Europe, en ce moment, nous ne pouvons pas avoir de spectateurs, alors qu’est-ce que le lieu changerait ? Nous pouvons changer les bâches, nous pouvons changer le nom de la ville sur le terrain ou autre, et ensuite le jouer sur un seul site. »

Cette semaine, le tournoi de Monte-Carlo a annoncé qu’il se jouerait à huis clos. Et selon nos informations, l’ATP 250 de Marrakech (4-10 avril) sera reporté en raison du COVID.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *