« C’est le sens de l’histoire » : Djokovic veut remplacer les juges de ligne par la vidéo

Au sortir de sa victoire contre Daniel Elahi Galan (6-0, 6-3, 6-2), Novak Djokovic a répondu avec franchise aux questions des journalistes en conférence de presse. Le numéro 1 mondial a notamment plaidé en faveur de l’arbitrage vidéo, à même selon lui de remplacer les juges de ligne.

Novak Djokovic, quand vous rentrez sur le court, est-ce que vous avez pour objectif de saper rapidement tout espoir pour votre adversaire ?

Non, je respecte toujours les joueurs contre lesquels je m’entraîne ou contre lesquels je joue. Je respecte la quantité de travail, de dévouement qu’il faut avoir pour atteindre un match de Grand Chelem. Et on se bat ici contre les meilleurs joueurs du monde : ça mérite respect ! Donc, bien sûr, on fait toujours attention quand on joue contre quelqu’un la première fois. Ils n’ont rien à perdre. Ils peuvent jouer le match de leur vie ! Mais d’un autre côté, si on s’impose, dès le départ, sur le court ce que j’ai fait pendant mes trois premiers matches ici, à ce moment-là ils ont plus de mal à penser qu’ils vont pouvoir retourner le match et revenir au score ! Mais c’est une bonne chose pour le tennis de voir de nouveaux visages, de voir de jeunes joueurs Korda, bien sûr, son père était un champion. Le fait qu’il soit ici, qu’il arrive en huitièmes est fabuleux !

Il y a eu quelques contestations avec des juges de ligne qui ont pris des décisions contestées et où on a dit que leur Hawkeye pourrait changer les choses. Après discussion, il semble que les officiels n’aient pas l’intention de changer des choses. Pensez-vous que les joueurs en groupe devraient demander un changement ?

Quel que soit mon respect pour la tradition et la culture ancienne sur les courts, et pour les gens qui sont sur le court, je ne vois pas pourquoi les tournois, dans le monde entier, n’utiliseraient pas la technique que nous avons au tournoi de Cincinnati et à New York. La technologie est tellement avancée à l’heure actuelle que je ne vois pas pourquoi on devrait se reposer sur des juges de ligne sur le court. Alors, c’est mon avis. Ceci étant, c’est une technologie onéreuse, donc il y a un problème économique, mais je pense que c’est le sens de l’histoire et qu’il n’y a pas de raison de conserver les juges de ligne. Oui, les ramasseurs de balles, mais les juges de ligne, je ne vois pas pourquoi. Peut-être pouvez-vous me dire s’il y a une raison pour laquelle on doit les garder, mis à part la tradition de ce sport. Et à ce moment-là, je risquerais moins de faire ce que j’ai fait à New York s’il n’y avait pas de juge de ligne.

Est-ce que vous avez été surpris que l’on ne ferme pas le toit plus rapidement au deuxième set ? Et compte tenu du temps de la semaine, auriez-vous gardé le toit fermé toute la semaine ?

J’ai parlé aux superviseurs avant le match, et quand j’ai vu à quoi ressemblait le ciel, et que j’ai senti la première goutte de pluie en arrivant sur le court, j’ai dit : « mais pourquoi on ne ferme pas le toit tout de suite, dès le départ ? » Parce que j’avais vu les prévisions. Bien sûr, on a tous des applications différentes pour la météo, mais ça n’avait de toute façon pas l’air bon ! Et quand ça a commencé, l’arbitre et le super user ont pensé qu’on pouvait jouer. J’aurais compris si on n’avait pas de toit, mais c’est la raison pour laquelle on a mis en place un toit. Alors pourquoi ne pas l’utiliser, notamment dans des conditions comme celle-ci où le toit est utile ? J’ai pensé qu’on avait perdu pas mal de temps.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *