Paire : « Pas envie de m’arrêter là »

Eliminé par Kei Nishikori en huitième de finale de Roland-Garros, le Français Benoit Paire n’a pas caché sa déception en conférence de presse. L’Avignonnais retient tout de même le positif de ce Grand Chelem et notamment la communion avec le public tricolore.

L’aventure s’est terminée ce lundi pour Benoit Paire. Qualifié pour les huitièmes de finale de Roland-Garros après sa victoire contre Pablo Carreno Busta vendredi, le Français s’est finalement fait éliminer par Kei Nishikori ce lundi. Un combat de 3h55 perdu en cinq manches (2-6, 7-6, 2-6, 7-6, 5-7) pendant lequel le joueur tricolore a eu l’occasion de servir pour le gain du match dans le dernier acte, sans réussite. En conférence de presse à la sortie du court, l’Avignonnais n’a pas caché sa déception : « Là, tout de suite, c’est la déception. J’atteins la deuxième semaine, c’était mon objectif, mais quand on est en deuxième semaine, le but c’est d’atteindre les quarts, puis les demies. Je n’avais pas envie de m’arrêter là. Je savais que contre Kei (Nishikori), j’avais mes chances. Quand on reprend le match, je sens que je suis mieux, que je frappe mieux la balle. »

Paire : « On se dit qu’on est proche de la victoire »

Après avoir évoqué ses sentiments, Benoit Paire a livré une brève analyse de sa rencontre, regrettant notamment de s’être projeté trop vite vers les quarts de finale : « Quand je me retrouve à gagner le quatrième alors que celui-là, je dois le perdre, que je me retrouve à mener dans le cinquième, cela cogite un peu dans ma tête. Et on commence à penser à la suite. On se dit qu’on est proche de la victoire. Ce n’est surtout pas ce qu’il faut faire, mais ce n’est pas ma faute, honnêtement, tout le monde y pense. C’est plus facile à dire qu’à faire. Quand je sers pour le match, c’est compliqué. Mais quand on sert pour se retrouver en quarts de finale, c’est plus compliqué que quand on sert au premier jeu du match. Et lui, il a serré le jeu. Ce match, je dois le perdre en trois ou quatre sets, mais je dois le gagner en cinq. C’est-à-dire que si je me retrouve dans un cinquième set, c’est moi qui dois gagner. C’est pour cela que je suis un peu déçu. »

Paire : « Quand j’aurai des enfants je pourrai leur raconter »

Si l’aventure s’est terminé sur un combat intense et impressionnant, le Français retiendra beaucoup de choses de cette édition 2019. Il a notamment égalé sa plus grosse performance en Grand Chelem alors qu’il n’était jamais allé aussi loin Porte d’Auteuil. Un beau parcours réalisé avec l’aide du public tricolore, entre autres, qui l’a encouragé sans relâche : « Je n’ai pas trop eu besoin d’aller chercher le public. Ils répondaient tout de suite présents. Ils m’ont poussé énormément. Cela me fait un bien énorme de me retrouver en France et d’avoir cette ambiance. C’était un rêve qui s’est réalisé. Oui, je retiens que c’était un super Roland-Garros. J’aurais voulu faire mieux mais je retiens le positif et j’ai encore envie de vivre des émotions comme celles-là. Quand j’aurai des enfants, quand je serai plus vieux, quand j’aurai une copine, je pourrai leur raconter tout cela et leur montrer des vidéos. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *