La FFT vise un Roland-Garros aux dates prévues avec le plus de spectateurs possibles

A peine nommée directrice générale de la FFT, Amélie Oudéa Castéra a indiqué ne pas envisager le report de Roland-Garros 2021 (17 mai – 6 juin), malgré la situation sanitaire.

Roland-Garros, court Philippe-Chatrier

Au moment de son élection, le nouveau président de la fédération française de tennis (FFT), Gilles Moretton, avait refusé de se prononcer sur l’organisation du prochain Roland-Garros. Sa directrice générale vient de le faire. Nommée vendredi, Amélie Oudéa Castéra a annoncé à L’Equipe travailler à l’organisation d’un Roland-Garros 2021 aux dates convenues dans le calendrier international (17 mai – 6 juin), contrairement à ce qui avait été décidé par la FFT en 2020 avec un report de quatre mois dû à l’épidémie de COVID-19.

En présentant l’organisation de grands événements comme « le troisième pilier » de son action, Amélie Oudéa-Castéra a indiqué :

« Notre volonté c’est de pouvoir organiser le tournoi de Roland-Garros aux dates prévues, du 17 mai au 6 juin prochain, avec la jauge la plus élevée possible. »

Billets pour Roland-Garros… bientôt en vente

La directrice générale annonce même que les premiers billets seront vendus dans les jours à venir.

« On lance, ces jours-ci, une première tranche de commercialisation de la billetterie, qui sera un peu le « friends and family » de notre tennis. Les tranches ultérieures de commercialisation vont se piloter au fil de l’eau de la manière la plus alignée avec les autorités sanitaires, le ministère des sports, la préfecture de police, la mairie de Paris. On va essayer de pousser les feux au maximum, même s’il y a évidemment une part d’incertitude. »

En 2020, Roland-Garros avait fini par se disputer devant une jauge réduite de 1000 spectateurs après avoir envisagé d’avoir lieu devant 10.000 puis 5000 personnes au moment du deuxième pic épidémique.

Amélie Oudéa Castéra, ancienne apprentie championne

Amélie Oudéa Castéra a jugé « prématurée » l’idée de diviser le stade en trois zones étanches comme à Melbourne Park lors de l’Open d’Australie. Elle s’engage au nom de la FFT à trouver « le  meilleur compromis entre le sportif et le sanitaire. »

Amélie Oudéa Castéra effectue, à 42 ans, un retour dans l’univers du tennis après avoir abandonné à 18 ans, en 1996, son début de carrière sur le circuit WTA.

Vainqueure de l’Orange Bowl U14 en 1992 puis de trois titres de championne de France dans les catégories jeunes, Amélie Castéra avait ensuite privilégié ses (brillantes) études, de l’ESSEC à l’ENA, qui l’ont notamment menée à un poste d’administratrice du groupe Carrefour en charge de la transition digitale, son dernier poste en date.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *