La grand-mère de Tsitsipas est décédée le jour de la finale

Stefanos Tsitsipas a rendu un hommage appuyé à sa grand-mère paternelle, décédée peu avant la finale de Roland-Garros.

Stefanos Tsitsipas est un homme qui porte la détresse de la défaite sur son visage. La finale de Roland-Garros, perdue dimanche contre Novak Djokovic, n’a pas fait exception. C’était sa première en Grand Chelem. Mais Tsitsipas en avait en réalité beaucoup plus sur le cœur, dimanche.

Vers 1h30 du matin dans la nuit de dimanche à lundi, le joueur grec a publié un message sur Facebook et Instagram indiquant que sa grand-mère, génitrice d’Apostolos Tsitsipas son père et entraîneur, était décédée.

« Cinq minutes avant d’entrer sur le court, ma grand-mère bienaimée a perdu sa bataille avec la vie. C’était une femme d’une grande sagesse, dont la foi en la vie, et dont la volonté de transmettre est incomparable avec celle de n’importe quel être humain qui m’a été donné de rencontrer. Il est important que le monde puisse s’appuyer sur plus de personnes comme elle. Des gens comme elle vous font vous sentir vivants et vous font rêver. »

Merci d’avoir élevé mon père. Sans lui, rien de tout cela n’aurait été possible. 

Stefanos Tsitsipas

« Je tiens à dire que quelles que soient les circonstances, ceci lui est entièrement dédié, à elle et à elle seule. Merci d’avoir élevé mon père. Sans lui, rien de tout cela n’aurait été possible. » Apostolos Tsitsipas, père de Stefanos, est toujours son entraîneur et a nourri sa passion pour le tennis, lui-même étant professeur de tennis.

Tsitsipas a fait précéder ces mots d’une pensée générale à portée philosophique, dont il est coutumier sur les réseaux sociaux. « La vie, ce n’est pas gagner ou perdre. C’est profiter de chaque instant, seul ou avec les autres. Vivre une vie qui a du sens, loin de la souffrance et de la misère. »

Stefanos Tsitsipas n’a pas précisé dans son message si ce deuil aurait un impact sur son programme. Mais le nouveau numéro 4 mondial, annoncé à Halle en simple et en double (avec son frère Petros Tsitsipas), a finalement déclaré forfait lundi.

Un repos mérité après une saison sur terre battue intense marquée par six tournois dont deux trophées (Monte-Carlo, Lyon) et deux finales (Barcelone, Roland-Garros).

Le joueur ne précise pas s’il a appris la mort de sa grand-mère avant la finale ou s’il l’a appris après. A aucun moment Tsitsipas ne fait un lien entre cet événement, sa performance et les émotions qui l’ont traversé avant et après le match.

Lundi matin, il avait tweeté en anglais « purpose fuels passion » : « les objectifs nourrissent la passion ». Au diapason de ses propos d’après-finale : « Je crois que je suis capable de le faire et de remporter un titre comme celui-ci. Même si c’est une défaite aujourd’hui, j’ai foi en mon jeu et je crois franchement que je peux arriver à ce niveau-là bientôt. Avec le même comportement, la même attitude, si je n’ai pas de baisse de niveau, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas soulever le trophée un jour. »

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *