le meilleur du tennis
dans ta boite mail

Des milliers de fans sont déjà abonnés

y

1er avril 1987 : le jour où Henri Cochet, légende du tennis français, est décédé à l’âge de 85 ans

Chaque jour, Tennis Majors vous fait remonter le temps pour célébrer un grand moment de l’histoire du tennis. Aujourd’hui, nous retournons en 1987 pour rendre hommage à l’un des légendaires mousquetaires français, Henri Cochet, sept fois titré en Grand Chelem, et qui a permis à la France de remporter la Coupe Davis six fois d’affilée.

Henri_cochet_wimbledon_1939 Henri Cochet, Wimbledon 1939 Crédit : FEP / Panoramic

L’histoire : La disparition d’un Mousquetaire

Henri Cochet est né à Lyon en 1901. Son père est employé par le club de tennis local, et c’est ainsi que le jeune Henri commence à jouer, à l’âge de 8 ans, en s’entraînant avec ses amis lorsque les courts sont libres. Il gagne ses premiers tournois en 1920, et se fait connaître dès l’année suivante, lorsque, totalement inconnu dans la capitale, il remporte à Paris le championnat national en salle, en battant en finale un autre nouveau venu, un certain Jean Borotra. C’est avec ce même Borotra, ainsi qu’avec René Lacoste et Jacques Brugnon, que Cochet formera l’une des plus célèbres équipes de Coupe Davis de tous les temps, connue sous le nom des “Quatre Mousquetaires”. 

Surnommé “le Magicien” dans son pays, Cochet est considéré comme l’un des joueurs les plus doués de son époque. Dans son Histoire du tennis, Bud Collins écrit que « dans sa main, la raquette devenait une baguette magique, réalisant l’impossible, le plus souvent depuis une position du court considérée comme intenable, le tout avec une facilité et une fluidité proches de la nonchalance”.

Après son surprenant succès à Paris en 1921, Cochet remporte son premier grand tournoi international en 1922, à Bruxelles, où il triomphe en simple, en double et en double mixte (avec la légende française Suzanne Lenglen). C’est également l’année de ses débuts en Coupe Davis et de sa première apparition à Wimbledon. Cependant, comme il ouvre un magasin de sport en 1923, Cochet s’éloigne quelque peu du tennis pendant les années suivantes, ce qui ne l’empêche pas de remporter deux médailles d’argent aux Jeux Olympiques de 1924, à Paris.

Cochet, la consécration

La carrière du Français est à son apogée de 1926 à 1932. En 1926, il remporte pour la première fois les Internationaux de France en battant en finale son coéquipier de Coupe Davis, René Lacoste (6-2, 6-4, 6-3). Plus tard, en quart de finale des Championnats des Etats-Unis, à Forest Hills, Cochet réalise l’exploit de battre le grand Bill Tilden, sextuple tenant du titre (6-8, 6-1, 6-3, 1-6, 8-6) – mais cette fois, il est éliminé au tour suivant par Lacoste malgré une avance de deux sets (2-6, 4-6, 6-4, 6-4, 6-3). 

En 1927, Cochet ne se contente pas d’ajouter un nouveau titre majeur à son palmarès en remportant Wimbledon, mais il le fait en réalisant un exploit unique : lors de ses trois derniers matchs, le Français remonte un handicap de deux manches à rien pour battre Frank Hunter, Bill Tilden et Jean Borotra. Lors de son duel contre Tilden, Cochet est non seulement mené deux sets à zéro, mais il est également mené 5-1 dans le troisième set, avant de finalement s’imposer (2-6, 4-6, 7-5, 6-4, 6-3). En finale, Cochet établit un autre record inégalé, en sauvant la bagatelle  de 8 balles de match contre Borotra – ce qui ne s’est jamais reproduit dans une finale de Grand Chelem au cours des 95 années suivantes. Au total, Cochet accumule sept titres majeurs en simple (les Internationaux de France en 1926, 1928, 1930 et 1932, Wimbledon en 1927 et 1929, et les Championnats des États-Unis en 1928), cinq en double, ainsi que trois en double mixte. Il est considéré comme le numéro 1 mondial des joueurs amateurs de 1928 à 1930. 

Malgré ces excellents résultats, Cochet restera surtout célèbre dans l’histoire du tennis pour ses exploits en Coupe Davis. L’un des Quatre Mousquetaires, Cochet mène son équipe à six titres consécutifs dans cette compétition. Après leur premier triomphe, en 1927, leur popularité grandissant en France, le stade de Roland-Garros est même construit spécialement pour accueillir le Challenge Round de 1928. L’équipe française reste invaincue jusqu’en 1933, battant les États-Unis à cinq reprises (1927, 1928, 1929, 1930, 1932) et la Grande-Bretagne en 1931. 

Entrée au Hall of Fame

En 1933, Cochet passe professionnel et signe un contrat avec le Tilden Tennis Tour. Il passe la plupart des années suivantes à faire le tour du monde raquette en main, ses deux principaux rivaux étant Tilden et Ellsworth Vines. Il  remporte un titre professionnel majeur en cours de route, le French Pro, à Roland-Garros, en 1936.

Après la Seconde Guerre mondiale, Cochet redevient amateur et poursuit la compétition jusqu’en 1958, principalement en double, avant de prendre définitivement sa retraite à l’âge de 56 ans.

Cochet est intronisé à l’International Tennis Hall of Fame en 1976, et il se voit également nommé président d’honneur de la Fédération française de Tennis.

Il s’éteint le 1er avril 1987, suite à une longue maladie.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *