22 août 2004 : le jour où Nicolas Massu est devenu double champion olympique

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un événement marquant pour la planète tennis. Le 22 août 2004, aux Jeux Olympiques d’Athènes, le Chilien Nicolas Massu réalise un exploit unique dans l’histoire du tennis masculin en remportant la médaille d’or en simple, après avoir remporté l’or en double la veille.

Nicolas Massu

Ce qui s’est passé jour-là : Massu à jamais dans l’histoire du Chili

Ce jour-là, le 22 août 2004, aux Jeux Olympiques d’Athènes, le Chilien Nicolas Massu réalise un exploit dans l’histoire du tennis masculin. Après avoir obtenu la médaille d’or en double la veille au soir, associée à Fernando Gonzalez, il décroche la médaille d’or en simple, aux dépens de l’Américain Mardy Fish (6-3, 3-6, 2-6, 6-3, 6-4). Massu et Gonzalez avaient déjà joué cinq sets en finale du double, sauvant quatre balles de match consécutives avant de finalement s’imposer face aux Allemands Nicolas Kiefer et Rainer Schuettler (6-2, 4-6, 3-6, 7-6, 6-4). Il s’agit des deux premières médailles d’or jamais obtenues par des athlètes olympiques chiliens, et c’est Nicolas Massu qui les a conquises.

Les acteurs :

Nicolas Massu, le terrien

Le Chilien Nicolas Massu est né en 1979. Entré dans le top 100 pour la première fois à la fin 1999, il dispute sa première finale sur le circuit en 2000, à Orlando, avant de remporter le premier de ses six titres à Buenos Aires, sur terre battue, en 2002 (aux dépens d’Agustin Calleri, 2-6 7-6 6-2). Il a atteint le troisième tour de tous les tournois du Grand Chelem, à l’exception de l’Open d’Australie, mais n’est jamais parvenu à dépasser ce stade. En 2003, il se hisse en finale du Masters 1000 de Madrid, battu par Juan Carlos Ferrero (6-3, 6-4, 6-3). Pour le moment, en 2004 Massu réalise sa meilleure saison, obtenant son meilleur classement au printemps (11e mondial) avant de remporter, en juillet,  le plus gros tournoi ATP de sa carrière, à Kitzbühel (aux dépens de Gaston Gaudio, 7-6, 6-4).

Nicolas Massu - ATP

Mardy Fish, adepte des surfaces rapides

Mardy Fish est né en 1981. Passé pro en 2000, il obtient ses premiers résultats notables en 2003, vainqueur de son premier tournoi ATP à Stockholm (battant en finale Robin Soderling, 7-5, 3-6, 7-6) et finaliste malheureux du Masters 1000 de Cincinnati face à Andy Roddick (4-6, 7-6, 7-6). Grâce à ces résultats, il termine l’année à la 20e place mondiale. En 2004, avant les Jeux, il a déjà disputé deux finales, la première à San Jose (battu par Roddick, 7-6, 6-4) et la seconde à Halle où il est surclassé par Roger Federer (6-0, 6-3). En Grand Chelem, Fish n’atteint qu’une seule fois le troisième tour, à Wimbledon, en 2003 (éliminé par Federer, 6-3, 6-1, 4-6, 6-1).

Le lieu : Centre Olympique de Tennis, Athènes

Aux Jeux Olympiques d’Athènes, en 2004, le tournoi de tennis se dispute sur dur, au Centre Olympique de Tennis, qui comporte dix courts. Pour la première fois, l’épreuve octroie des points ATP aux joueurs, espérant ainsi attirer les meilleurs, sans trop de succès : malgré la présence du n°1 mondial, Roger Federer, et du n°2, Andy Roddick, beaucoup de stars manquent à l’appel : Guillermo Coria (n°3), Andre Agassi (n°6), Lleyton Hewitt (n°8), David Nalbandian (n°9) et Gaston Gaudio (n°10). Chez les femmes, on note surtout l’absence de Serena Williams qui a déclaré forfait au dernier moment. En tout, 172 joueurs et joueuses s’affrontent dans quatre tableaux différents.

L’histoire : Infatigable Nicolas Massu

Au dernier jour de l’épreuve olympique d’Athènes, en 2004, deux joueurs tout à fait inattendus se présentent sur le court pour se disputer la médaille d’or. Les deux meilleurs joueurs du monde, Roger Federer et Andy Roddick, ont été éliminés dans les premiers tours, ce qui a permis à Mardy Fish et Nicolas Massu de se frayer un chemin jusqu’en finale. 

Mardy Fish, qui n’est pas tête de série, a renversé l’Espagnol Juan Carlos Ferrero, tête de série n°5, au deuxième tour (4-6, 7-6, 6-4). En demi-finale, il a affronté Fernando Gonzalez, tête de série n°16, qui avait éliminé Roddick, 2e mondial, au troisième tour. Après avoir perdu le premier set, Fish a finalement surmonté l’obstacle pour s’assurer une médaille (3-6, 6-3, 6-4), et un autre Chilien l’attend à présent en finale.

Bien qu’il soit tête de série n°10, retrouver Massu en finale est encore plus surprenant : il n’avait pas gagné un match sur dur de l’année (huit défaites) avant de sortir Gustavo Kuerten au premier tour des Jeux (6-3, 5-7, 6-4). Sa plus belle victoire de la semaine a eu lieu en quarts de finale, lorsqu’il a éliminé la tête de série n°3, Carlos Moya (6-2, 7-6). Avant même que la finale du simple ne commence, il a déjà marqué l’histoire au cours des Jeux d’Athènes. La veille au soir, en double, Massu et Gonzalez ont décroché la première médaille d’or de l’histoire du Chili, après un match en cinq sets au scénario incroyable face aux Allemands Kiefer et Schuettler. Menés 6-2 au tie-break du quatrième set, avec quatre balles de match contre eux, les Chiliens sont parvenus à revenir et à remporter ce tie-break pour finalement s’imposer, 6-4 au cinquième set, en pleine nuit. Massu se souvient, pour olympic.org 

« J’avais joué la finale du double, la veille de la finale du simple. Et j’ai dû aller au contrôle antidopage tard dans la soirée et le lendemain matin, au réveil, j’ai dû me soumettre à un test sanguin. Je n’ai pu dormir que cinq heures entre la finale du double et la finale du simple. (…) Mardy Fish, mon adversaire,  avait eu deux jours de repos. (…) En fait, avant la finale du simple, j’avais la meilleure excuse possible : j’avais réussi à remporter la première médaille d’or de toute l’histoire de mon pays. J’avais les meilleures excuses pour finir en deuxième position, mais je me suis battu pour aller chercher la médaille d’or. Je ne voulais pas me contenter de la deuxième place. Je voulais gagner. »

Ainsi déterminé à tout donner, bien aidé au début par un Fish très tendu, Massu s’empare du premier set, 6-3. L’Américain se détend ensuite et, s’appuyant sur son service, se met à diriger le jeu tandis que Massu montre des signes d’épuisement. Fish remporte les deux sets suivants, 6-3, 6-2. 

“Lorsque j’ai perdu le troisième set, je pensais que j’allais perdre parce que je ne pouvais plus bouger. Mais j’ai eu un second souffle.”, dira plus tard Massu au micro de la BBC.

Malgré la fatigue, le Chilien continue de se battre sur chaque point et parvient à emmener son adversaire au cinquième set. Les joueurs débutent la manche décisive en perdant chacun leur service, mais à ce petit jeu, Massu contrôle mieux ses nerfs tandis que Fish, écrasé par la pression, commet de plus en plus d’erreurs. 

« Il jouait de mieux en mieux », commentera Fish. « Et il était de moins en moins fatigué. »

Lorsque Nicolas Massu conclut le cinquième set, 6-4, il n’arrive pas à croire à ce qu’il vient de réaliser. En moins de 24 heures, il a apporté au Chili les deux premières médailles d’or de son histoire.

« Je ne sais pas comment j’ai fait ça. Ce sont les deux plus beaux jours de ma vie », dit-il. « C’est trop, deux médailles d’or en deux jours. C’est incroyable pour mon pays. »

La postérité du moment : Un exploit

L’exploit de Nicolas Massu, consistant à décrocher l’or olympique en simple et en double lors des mêmes Jeux, restera unique dans les annales du tennis masculin (chez les femmes, Venus Williams l’avait déjà fait en 2000, et sa sœur Serena l’imitera en 2012). Peu après son sacre, le Chilien atteindra le meilleur classement de sa carrière, 9e mondial. En Grand Chelem, il obtiendra son meilleur résultat en atteignant les huitièmes de finale de l’US Open en 2005 (battu par Guillermo Coria, 6-4, 2-6, 6-7, 6-2, 6-2). Son titre aux Jeux Olympiques sera le plus grand succès de sa carrière, qui prendra fin en 2013. Seize ans plus tard, les médailles d’or conquises par Massu, avec l’aide de Gonzalez, seront toujours les seules de l’histoire olympique chilienne.

La médaille d’argent obtenue par Mardy Fish restera également comme le point culminant de sa carrière. L’Américain grimpera jusqu’à la 7e place mondiale en 2011, après avoir disputé les quarts de finale de Wimbledon où il sera battu par Rafael Nadal (6-3, 6-3, 5-7, 6-4).

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *