9 août 1938 : Le jour où Rod Laver est né

Chaque jour, Tennis Majors remonte le temps pour revenir sur un évènement marquant pour la planète tennis. C’est une naissance qui est honorée aujourd’hui. Le 9 août 1938, la légende australienne Rod Laver est né, le seul joueur joueur de l’histoire du tennis à avoir réussi le Grand Chelem à deux reprises.

Ce qui s’est passé ce jour-là : une star est née

Ce jour-là, le 9 août 1938, est née la légende australienne Rod Laver. Il est le seul joueur joueur de l’histoire du tennis à avoir réussi le Grand Chelem à deux reprises, la première fois en tant qu’amateur, en 1962, et la deuxième fois en tant que professionnel, en 1969. Le gaucher, mesurant 1m72, réussit également le Grand Chelem chez les pros en remportant les trois tournois les plus importants en 1967. Détenant un total de 11 titres majeurs et ayant remporté 200 tournois au cours de sa carrière, « Rocket » a marqué l’histoire du tennis non seulement en raison de son palmarès, mais aussi par son influence sur le jeu et son fair-play universellement reconnu.

Les faits

Carrière amateur

Rod Laver naît dans la ville de Rockhampton, en Australie. Le gaucher originaire de l’état du Queensland obtient ses premiers succès chez les juniors, s’imposant aux Internationaux d’Australie et des Etats-Unis. Il se fait un nom chez les adultes en 1959, en disputant les trois finales de Wimbledon (simple, double et double mixte) et en participant à la campagne de Coupe Davis victorieuse de l’équipe d’Australie. Ce ne sont que les premières lignes du palmarès exceptionnel de Laver chez les amateurs : avant de passer pro en 1963, « Rocket » remporte cinq fois la Coupe Davis, échoue à cinq reprises en finale de tournois majeurs, mais surtout, gagne six tournois du Grand Chelem, dont quatre en 1962, devenant ainsi le premier joueur à réaliser le Grand Chelem depuis Donald Budge en 1938.

Malgré cet exploit, Rod Laver reste humble, comme il l’expliquera plus tard : « C’était génial de sortir du court en sachant que j’avais remporté les quatre majeurs la même année. Mais je n’ai jamais eu l’impression d’être le meilleur, jamais. J’ai juste fait une bonne saison. »

Carrière professionnelle

En 1963, il est engagé pour participer à des circuits professionnels. « J’ai gagné Wimbledon en 1961 et 1962 et j’ai reçu un bon d’achat d’une valeur de 15 livres sterling et une poignée de mains », racontera Laver dans une interview pour le International Tennis Hall of Fame. « Je voulais seulement avoir la chance de me mesurer aux meilleurs joueurs du monde, et c’est pour ça que je suis passé pro, et pas pour la rémunération, qui était une vraie problématique dans le tennis à l’époque. » Malgré une première saison difficile (il perd 19 de ses 21 premiers matches chez les pros), il s’impose ensuite comme le meilleur joueur sur le circuit professionnel. En 1967, juste avant l’Ère Open, Laver réalise le « Grand Chelem Pro » en remportant les trois tournois les plus importants de la saison. Lorsque s’ouvre l’Ère Open, « Rocket » a gagné huit tournois majeurs chez les pros, et il est devenu le premier joueur à avoir accumulé plus d’un million de dollars de prix.

L’Ère Open

En 1968 commence l’Ère Open : les joueurs professionnels sont autorisés à se mesurer aux amateurs dans les tournois du Grand Chelem. Le premier tournoi majeur de l’Ère Open a lieu à Roland-Garros en 1968, et Rod Laver y est vaincu en finale par Ken Rosewall (6-3 2-6 6-1 6-2), mais à Wimbledon, il devient le premier champion de l’Ère Open aux dépens de Tony Roche (6-3 6-4 6-2).

En 1969, Laver écrit un nouveau chapitre de l’histoire du tennis en remportant à nouveau les quatre tournois du Grand Chelem la même année. En Australie, il domine Andres Gimeno en finale (6-3 6-4 7-5), à Roland-Garros, il prend sa revanche sur Ken Rosewall (6-3 6-4 6-3), à Wimbledon, il bat John Newcombe en finale (6-4 5-7 6-4 6-4), enfin, à New-York, il domine encore un Australien, Tony Roche (7-9 6-1 6-2 6-2) pour boucler le deuxième Grand Chelem de sa carrière.

 


« Soulagé, joyeux et satisfait »
, d’après ses propres mots, Rod Laver se concentre par la suite sur les circuits professionnels, notamment le World Championship Tennis, où il demeure l’un des tout meilleurs joueurs au début des années 1970. En 1972, son match contre Ken Rosewall, en finale du WCT à Dallas, est suivi par 20 millions de téléspectateurs.

Rod Laver prend sa retraite en 1977, ayant remporté 74 tournois depuis le début de l’Ère Open. Au total, “Rocket” a gagné 200 tournois au cours de sa carrière, dont 11 titres du Grand Chelem en simple, 6 titres du Grand Chelem en double et 3 en double mixte.

Son héritage

Depuis 1969, personne n’a réussi à accomplir le Grand Chelem calendaire. En 2019, à l’occasion du 50e anniversaire de son exploit, Rod Laver commentait pour l’ATP :

« C’est incroyable, quand je vois les joueurs qui ont évolué ces 50 dernières années, que ce soit Connors, John McEnroe, Boris Becker, Pete Sampras, ou Federer, Nadal et Djokovic aujourd’hui. Il y a des années, beaucoup de gens ne considéraient pas les quatre tournois majeurs comme « le Grand Chelem ». Certains n’aimaient pas aller jusqu’en Australie en décembre ou en janvier. Les circonstances ont peut-être fait qu’ils ne ressentaient pas l’impact que pouvaient avoir le Grand Chelem.

Mais aujourd’hui, le tennis a grandi, les gens ont regardé les records de plus près, et c’est très bien que le tennis célèbre son passé. J’ai bien apprécié la célébration de ce cinquantième anniversaire. »

En dépit de sa taille (1m72), Rod Laver pratiquait un jeu très offensif et suivait le plus souvent son service au filet. Il possédait aussi des coups de fond de court puissants, surtout côté revers. Il fut le premier joueur à imprimer régulièrement un lift violent à la balle, et beaucoup d’experts estiment qu’il a ainsi influencé la génération suivante de joueurs comme Björn Borg et Guillermo Vilas. 

Rod Laver est toujours considéré comme l’un des plus grands joueurs de tous les temps. En 2000, le Court Central de l’Open d’Australie a été renommé « Rod Laver Arena », et en 2017, lorsque Roger Federer a mis sur pied une nouvelle compétition par équipes, il lui donna le nom de « Laver Cup ».

 

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *