Medvedev : “J’aime le fait d’avoir cette expérience”

Daniil Medvedev n’a pas gâché sa chance dans un tableau favorable et compte bien en profiter également en demi-finale.

Daniil Medvedev (Panoramic)

Lorsque vous courez après votre premier titre du Grand Chelem et que l’univers du tennis a décidé de vous offrir un bon tableau : vous ne le gâcher pas. C’est exactement ce sur quoi Daniil Medvedev a été très discipliné jusqu’à présent à New York. Face à un qualifié en quarts de finale ? Le Russe a dit : “Merci beaucoup, je vais accepter cette offre.”

Il a joué un peu avec le feu dans les troisième et quatrième sets mais, dans l’ensemble, il avait l’air très en contrôle contre Botic Van de Zandschulp (6-3, 6-0, 4-6, 7-5). Le n°2 mondial a également économisé de l’énergie depuis le début du tournoi et cela pourrait s’avérer précieux. Il semble également extrêmement calme et concentré, ce qui n’est jamais une bonne nouvelle pour ses rivaux. Il y a eu très peu de manifestations d’humeur de Medvedev, sûrement aussi parce qu’il n’a pas encore réellement été soumis à beaucoup de pression.

“C’était un match difficile : les deux premiers sets étaient sous contrôle. Il manquait des balles, des points importants. C’était donc facile, je pourrais dire. Ensuite, les troisième et quatrième sets ont été vraiment difficiles. Il a joué au plus haut niveau, a servi le feu. Il cassait un peu le rythme, donc c’était un set vraiment difficile. Je suis vraiment heureux d’avoir réussi, dans le quatrième set, à tenir mon service très facilement et à le breaker à la fin, là où j’avais peu d’occasions de le faire auparavant. C’était vraiment un bon match tactique et j’ai aimé ça.”

“J’ai toujours dit que cette expérience m’aidait”

Ce que Medvedev aime aussi, c’est qu’il sera le joueur avec le plus d’expérience à ce niveau lors de sa demi-finale. Il a déjà disputé deux finales en Grand Chelem ; il connaît l’exercice. Ce ne sera pas le cas pour son adversaire. Mais même s’il y voit un avantage, il n’est pas certain que ce sera décisif.

“J’ai toujours dit que cette expérience m’aidait. Pour eux, ce sera une première demi-finale en Grand Chelem. Mais l’expérience ne fait pas tout, car, par exemple, lorsque j’ai joué ma première demi-finale, je l’ai gagnée. Cela ne veut pas dire que si vous êtes là pour la première fois, vous allez perdre. Mais j’aime le fait d’avoir cette expérience. Je sais ce que c’est. Je ne vais pas être tendu. Je connais. Après, c’est une question de tennis. Si je joue bien, ça va être difficile pour mon adversaire. C’est la chose la plus importante que je vais essayer de mettre en place.”

“Je ne vais pas être tendu”

Le Russe, 25 ans, se trouve soudain des allures de vétéran de cet US Open plein de merveilles de 18 ans. “Quand j’avais 18 ans, je jouais à peine les Futures et j’essayais de passer le premier tour.” Pourtant, au cours des nombreuses années qu’il a passées au plus haut niveau et surtout maintenant dans les tournois majeurs, Medvedev a acquis beaucoup de confiance. Encore plus ici, où il a perdu sa première finale de Grand Chelem contre Rafael Nadal.

“Si on parle du match contre Rafa, il n’y a pas vraiment de leçon, mais juste de vivre ce match c’était spécial. Si j’avais perdu ce match en trois sets, on ne sait jamais, qui sait où je serais ? Peut-être que je pensais avoir un peu de chance d’être là. Djokovic, Federer ont perdu le match avant que je ne les joue. Mais en amenant le match aussi loin, j’ai en quelque sorte compris, ‘d’accord, j’ai presque battu Rafa en étant mené deux sets un break, donc j’ai ma place ici’.”

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *