Finaliste de l’US Open à seulement 18 ans, Raducanu a du mal à réaliser : “Je n’arrive pas à y croire. Un choc. De la folie”

Emma Raducanu est la première qualifiée de l’histoire de l’ère Open a atteindre la finale d’un Grand Chelem. La Britannique a du mal à réaliser la portée de son exploit.

Emma Raducanu, 18 ans, 150e mondiale et issue des qualifications est en finale de l’US Open, qu’elle dispute pour la première fois de sa carrière. C’est l’une des plus belles et aussi l’une des plus improbables histoire en Grand Chelem. Après sa victoire en demi-finale face à Maria Sakkari (6-1, 6-4), la principale intéressée avait du mal à réaliser. 

“Une surprise”, a-t-elle répondu lorsqu’on lui a demandé comment elle décrirait ce qu’elle a accompli jusqu’à présent à New York. “Oui, honnêtement, je n’arrive pas à y croire. Un choc. De la folie. Tout cela à la fois.”

“Mais cela signifie beaucoup pour moi d’être ici dans cette situation. Je voulais évidemment disputer des tournois du Grand Chelem, mais je ne savais pas quand cela arriverait. Être en finale d’un Grand Chelem à ce stade de ma carrière, oui, je n’ai pas de mots.”

Emma Raducanu
Emma Raducanu, US Open 2021 – AI / REUTERS / PANORAMIC

Raducanu – Fernandez : beaucoup de similitudes  

Voir Emma Raducanu en finale de l’US Open n’est pas la seule surprise que nous a réservé le dernier Grand Chelem de l’année. L’autre finaliste, Leylah Fernandez, 19 ans, n’était pas non plus attendue à ce stade de la compétition à New York. Et les similitudes entre les deux joueuses sont presque étranges. Les deux femmes sont nées au Canada de mères asiatiques et ont depuis déménagé dans d’autres pays. Raducanu vit à Londres, tandis que Fernandez, qui joue pour le drapeau canadien, réside en Floride. Et bien qu’elle soit britannique, Raducanu n’oublie pas ses racines.

“Je pense que ma mère chinoise m’a inculqué dès mon plus jeune âge le travail acharné et la discipline”, a déclaré la 73e mondiale. “Je pense que quand j’étais plus jeune, je m’inspirais beaucoup de Li Na, même aujourd’hui, par la façon dont elle était une compétitrice acharnée. Je pense que toute sa croyance, elle avait de très bonnes armes, son mouvement, sa mentalité, mais sa force intérieure et sa croyance sont vraiment ressorties pour moi. Je me souviens l’avoir vue affronter (Francesca) Schiavone en finale de Roland-Garros. C’était vraiment un match long et difficile. Mais la quantité de force mentale et de résilience dont elle a fait preuve, ce match reste encore dans ma tête aujourd’hui.”

Vous pouvez également être sûr que les Canadiens suivront attentivement la finale de samedi entre Raducanu et Fernandez.

“Cela signifie beaucoup pour moi d’avoir le soutien du Canada”, a ajouté Raducanu. “Je suis née là-bas. J’y ai vécu pendant quelques années avant de m’installer à Londres. J’ai un passeport canadien. Avoir ce soutien signifie vraiment beaucoup. Mais affronter Leylah samedi, ce sera certainement un match difficile. Elle joue un excellent tennis. Mais je pense que je joue aussi du très bon tennis. Oui, j’ai hâte d’y aller. Je suis sûre qu’il y aura une bonne ambiance pour nous deux.”

Your comments

Your email address will not be published. Required fields are marked *