Même à Wimbledon, avec du public, Paire se saborde

Benoît Paire n’a marqué que 5 points dans le dernier set de son premier tour contre Diego Schwartzman, mardi. Le Français a été éliminé (6-4, 6-3, 6-0) dans la réprobation générale pour son attitude.

Benoît Paire a livré à Wimbledon le type de spectacle pour lequel il s’est rendu célèbre en 2021. Celui d’un type déboussolé, incapable de proposer à son adversaire une opposition digne de son talent, de son classement (47e) et de ce que chacun est en droit d’attendre d’un joueur pro dans un tournoi du Grand Chelem.

La caméra l’a capté la main dans les poches en train de dire à voix haute : “Là j’ai juste envie qu’il y ait 6-0 et de repartir”. Il a été exaucé : Paire a quitté le tournoi par une défaite sèche contre Scwhartzman, tête de série n°9 (6-3, 6-4, 6-0). Sa dix-septième de la saison 2021, pour deux victoires seulement.

Le retour des deux hommes sur le court, ce mardi, a été une véritable comédie. Paire n’a résisté à l’Argentin que 31 minutes. Il a perdu le troisième set 6-0. Il n’a marqué que cinq points, dont aucun sur le service de Schwartzman. Les stats du match sont consultables ici.

Les statistiques du troisième set de Schwartzman-Paire (source : wimbledon.com)

Un spectateur à Paire : “Tu fais perdre ton temps à tout le monde”

Le spectacle était d’autant plus ahurissant que Paire a toujours prétendu, lors des autres (et nombreux) épisodes plus ou moins semblables de cette année, que l’absence de public était la cause de son manque d’implication. Or, la jauge à Wimbledon est de 50%. La foule y est communicative. Mais cela s’est retourné contre le bad boy français : un spectateur lui a crié qu’il « faisait perdre son temps à tout le monde ».

L’arbitre, l’expérimenté Mohamed Lahyani, ne s’y est pas trompé quand il a vu Paire arroser le court de coups droits balancés à la campagne. Il l’a sanctionné d’un avertissement pour manque de combativité. Puis il a demandé au Français de donner le meilleur de lui-même pour éviter l’enchaînement des sanctions.

Paire a sollicité des preuves de son manque d’implication. Il ne les a évidemment pas obtenues, pas plus qu’il n’a obtenu les faveurs de M. Lahyani quand il a demandé un medical time-out, à deux points de la fin du match.

Mohamed Lahyani n’est pas allé jusqu’à descendre de sa chaise pour parler à Paire, comme il l’avait fait avec Nick Kyrgios en 2018 à l’US Open, alors que l’Australien sabotait de la même façon un match contre Pierre-Hugues Herbert. Ce geste discutable et discuté avait précipité un retour de Kyrgios.

Gilbert demande la suspension de Paire

Alors qu’il laisse globalement indifférent hors de France, Paire s’est attiré l’antipathie du diffuseur américain de Wimbledon, ESPN, accablé par ce spectacle. Brad Gilbert, consultant vedette, a indiqué que l’ATP – dont Wimbledon ne dépend pas – aurait dû sanctionner Paire depuis de longues semaines.

C’est aussi la sensibilité qu’avait exprimée l’équipe de notre programme de débats, Match Points, au printemps dernier.

Paire a aussi donné des arguments aux personnes qui doutent de sa santé psychologique. Il avait lui-même ouvert la porte à Roland-Garros : “J’ai tellement souffert pendant ces quelques mois… Tout le monde croit que je fais ma déclaration, que je rentre chez moi, que je suis de bonne humeur et que tout va bien. Mais en fait tout le monde souffre. Quand je rentre auprès de ma famille, ils voient que je ne suis pas heureux, ils voient qu’il me manque quelque chose dans ma vie”.

Lundi soir, en sortant de son match, Paire avait publié un post Instagram quasi instantané. « C’est vraiment de la merde ce que je fais ». Ce n’était pas un constat, mais l’annonce du programme.

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *