Intouchable de bout en bout, Barty s’impose en patronne à Cincinnati

Après un début de finale équilibré, Ashleigh Barty a produit une violente accélération pour pour surclasser la surprenante Jil Teichmann (6-3, 6-1 en 1h13) et s’imposer ainsi à Cincinnati. La n°1 mondiale, qui n’a pas perdu un set de la semaine, est plus que jamais la patronne du circuit.

WTA 1 000 CINCINNATI – FINALE

ASHLEIGH BARTY (N°1) bat JIL TEICHMANN 6-3, 6-1

  • L’information principale : Ashleigh Barty a remporté sans perdre un set le WTA 1000 de Cincinnati en surclassant la Suissesse Jil Teichmann (6-3, 6-1).
  • Vous apprendrez aussi : C’est le 13e titre de la n°1 mondiale, mais surtout le plus abouti.
  • Pourquoi vous devez lire cet article : Pour savoir combien Barty se positionne dans la hiérarchie des n°1 mondiales.

Jusqu’à 3-3 dans le 1er set, on pouvait encore croire que Jil Teichmann était en mesure de rajouter une nouvelle victime demarque à son tableau de chasse cette semaine à Cincicinnati. Et puis, Ashleigh Barty a accéléré. En l’espace de quelques minutes à peine, elle avait plié définitivement tout suspense dans cette finale, alignant huit jeux consécutifs pour s’imposer 6-3, 6-1 en 1h13.

Hormis un petit relâchement au moment de conclure, avec un seul et unique break concédé à 5-0, Barty a été parfaite de bout en bout, comme elle l’a été toute la semaine face à des adversaire du calibre (notamment) de Victoria Azarenka, la tenante du titre, balayée 6-0, 6-2, Barbora Krejcikova, la gagnante de Roland-Garros, surclassée 6-2, 6-4, ou encore Angelique Kerber, l’ancienne n°1 mondiale, étouffée 6-2, 7-5 en demi-finale.

Teichmann, qui plus est handicapée par des ampoules au pied, n’a pas pu suivre le rythme plus que les autres, malgré la diversité de son jeu et la qualité de sa patte gauche. Mais que faire face à un tel talent…

Ashleigh Barty décroche ainsi le 13e titre de sa carrière, probablement le plus abouti, en tous cas celui où elle aura concédé le moins de jeux. Révélateur de la maîtrise technique assez impressionnante qu’elle a acquis au fil des saisons. A 25 ans, la récente gagnante de Wimbledon semble au paroxysme de son art.

Davenport en ligne de mire

Grâce à ce titre, l’Australienne est plus que jamais accrochée à sa place de n°1 mondiale, avec plus de 3 000 points d’avance sur celle qui sera demain sa nouvelle dauphine, Aryna Sabalenka. Mine de rien, elle attaquera ce lundi sa 90e semaine au sommet de la hiérarchie. Et si elle en doit beaucoup au gel du classement survenu pendant la crise sanitaire, c’est malgré tout admirable. Dans deux mois, elle dépassera à coup sûr Lindsay Davenport (98) et s’installera à la 8e place des n°1 mondiales les plus capées de l’histoire. De plus en plus fort(e)…

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *