Rybakina : « Le but ultime ? Devenir numéro 1 mondiale, évidemment ! »

17e mondiale à 21 ans, Elena Rybakina a réalisé un début de saison 2020 tonitruant avec quatre finales disputées et un titre remporté en six tournois. Si l’arrêt de la saison à cause de la pandémie de Covid-19 a stoppé sa dynamique, la joueuse kazakhe compte bien repartir sur les mêmes bases et rattraper le temps perdu, comme elle l’a confié à Tennis Majors.

Elena Rybakina on the WTA Tour, 2020

Après six mois sans jouer, Elena Rybakina était un peu rouillée au moment de reprendre la raquette face à Ekaterina Alexandrova au premier tour du tournoi de Cincinnati. Résultat : une défaite en deux sets (7-5, 7-6). Mais pas de quoi s’inquiéter pour la joueuse de 21 ans. « J’ai manqué de rythme, » a t-elle avoué en conférence de presse à l’issue de la rencontre. La Kazakhe, 17e mondiale et révélation du début d’année 2020, est heureuse de pouvoir enfin rejouer au tennis, dans un environnement très sécurisé. Rybakina, qui affrontera Katarina Zavatska (108e mondiale) au 1er tour de l’US Open, a répondu aux questions de Tennis Majors.

Elena Rybakina, vous avez réalisé un superbe début de saison 2020 avec quatre finales disputées (Shenzhen, Hobart, Saint-Pétersbourg, Dubaï), un titre remporté (Hobart) et une entrée fracassante dans le Top 20 mondial. Avez-vous peur que la dynamique se soit cassée avec le confinement et l’arrêt du circuit ?

Non, pas du tout. Je ne pense pas à mon début de saison. C’est du passé. Je suis maintenant concentrée à 100% sur l’US Open et sur la suite de la saison. Je me sens prête et toujours en confiance. J’ai hâte de jouer au tennis et de reprendre la compétition.

Elena Rybakina, Dubaï 2020

Où étiez-vous pendant le confinement ?

Je suis resté chez moi (Elena Rybakina vit à Moscou, ndlr), avec ma famille. C’était très dur parce que les règles de confinement étaient très strictes et que je n’ai pas eu le droit de sortir de chez moi pendant presque trois mois. Je n’ai pas pu m’entraîner, ni toucher la raquette, donc j’ai fait beaucoup de fitness pour garder la forme. Je discutais très souvent au téléphone avec mon coach, Stefano Vukov. Le point positif est que j’ai passé beaucoup de temps avec ma famille.

Quelles ont été vos sensations la première fois que vous avez rejoué au tennis ?

La première fois que j’ai pu m’entraîner, après presque trois mois sans jouer au tennis, je m’attendais à ne pas bien sentir la balle, à forcer un peu mes coups. Mais finalement, j’ai été agréablement surprise par mon niveau et mes sensations, qui étaient bonnes. Nous avons recommencé doucement à jouer au Kazakhstan, mais je n’ai pas pu m’entraîner comme je le voulais car il y a eu une deuxième vague de propagation du Covid-19. Nous sommes allés à Bratislava, en Slovaquie, et j’ai pu commencer ma préparation à 100%, avec cinq semaines de gym, du fitness et du tennis tous les jours.

« Atteindre le Top 10 avant la fin de l’année »

Vous voici maintenant à New York, pour participer à l’US Open. Quel est votre objectif ?

Il n’y a pas de calcul à faire, je veux toujours tout gagner. Je veux gagner chaque match, chaque tournoi, c’est l’objectif dès que je suis présente quelque part. Maintenant, après autant de temps loin du circuit et sans jouer de match, je vais donner le maximum et on verra le résultat !

Vous sentez-vous en sécurité dans la bulle ?

Les organisateurs ont fait un très bon boulot pour la sécurité des joueurs, il y a beaucoup d’endroits disponibles pour qu’on puisse se reposer. Nous sommes testés tous les quatre jours, et nous pouvons sortir de l’hôtel uniquement pour l’entraînement. C’est un environnement sain, qui me permet de me concentrer à 100% sur mon tennis, même si je sais que je dois faire attention.

L’année dernière, avant de débuter l’US Open, le nom d’Elena Rybakina apparaissait à la 69e place mondiale. Vous êtes désormais 17e, après avoir remporté 21 matchs en seulement deux mois joués en 2020. Comment expliquez-vous cette progression fulgurante ?

Fin 2019, c’était la première fois que je faisais une grosse préparation pour la pré-saison, pendant cinq ou six semaines. Avant, je n’avais connu que des préparations de deux ou trois semaines maximum avant de débuter une saison. Et ça a fait la différence, comme en attestent mes résultats en début d’année 2020. J’attribue également cette progression à mon entraîneur, Stefano Vukov. Nous travaillons ensemble depuis le début de l’année 2019. C’est la première fois que j’ai un coach qui m’accompagne à temps plein. Avec lui, j’ai beaucoup progressé dans tous les compartiments de mon jeu, physiquement et également en temps que personne en dehors du court. Je continue d’apprendre à ses côtés et je suis très contente de notre collaboration.

Quels sont vos objectifs à court terme et moyen terme ?

J’ai pour objectif d’atteindre le Top 10 avant la fin de l’année, je pense que c’est faisable si je travaille bien. Ensuite, le but ultime est bien évidemment de devenir numéro un mondiale et de gagner des Grands Chelems. Mon préféré ? C’est l’Open d’Australie !

Your comments

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *